03/03 10:46

Les clubs de L1 et L2 valident le report d'un an du remboursement du prêt garanti par l'Etat souscrit après l'interruption des championnats pour cause de pandémie

Les clubs de L1 et L2, réunis en assemblée générale, ont validé le report d'un an du remboursement du prêt garanti par l'Etat (PGE) souscrit au printemps 2020 après l'interruption des championnats pour cause de pandémie, a-t-on appris de sources proches des délibérations. Ce prêt d'un montant total de 224,5 M EUR, souscrit par la Ligue de football professionnel (LFP), avait permis de soulager à court terme les trésoreries des clubs professionnels français après l'arrêt prématuré de la saison 2019-2020.

Le report du remboursement, autorisé par l'Etat, a été validé mardi lors d'un vote de l'Assemblée générale de la Ligue de football professionnel (LFP). Il repousse à la saison prochaine le versement de la première traite, d'un montant de 56 millions d'euros, selon l'une de ces sources. Cela devrait apporter un peu d'air aux clubs professionnels, étranglés financièrement face à la situation sanitaire, synonyme de chute des recettes en billetterie, et l'imbroglio des droits télévisés après le retrait du diffuseur défaillant Mediapro. Face à cette double crise, la LFP a demandé le mois dernier au gouvernement un "plan de soutien d'urgence", chiffrant ses revenus audiovisuels globaux sur la saison à 759,1 millions d'euros, au lieu de 1,3 milliard initialement escompté.

De son côté, la DNCG, le gendarme du football français, a projeté des pertes globales de 1,3 milliard d'euros pour la Ligue 1 cette saison, en raison de la crise sanitaire et celle des droits TV. L'exécutif a mis en place un groupe de travail impliquant Bercy et les clubs, qui doit se réunir sous peu afin de venir en aide au football français.

Outre les prêts garantis par l'Etat, les mesures d'activité partielle qui ont pu être activées pour des salariés (hors joueurs) dans les clubs, et l'aide du fonds de compensation de billetterie, les clubs ont aussi bénéficié d'exonérations de cotisations sociales sur les salaires pour les derniers mois de 2020.

Ailleurs sur le web

Vos réactions