28/02 11:46

Economie - Le groupe Lagardère a vu sa perte nette exploser à 660 millions d'euros en 2020 sous le coup de la crise sanitaire

Le groupe Lagardère a vu sa perte nette exploser à 660 millions d'euros en 2020 sous le coup de la crise sanitaire, et son chiffre d'affaires s'est inscrit sur l'année en baisse de 38% à 4,4 milliards d'euros. Le groupe est surtout victime de l'effondrement de ses activités de distribution dans les lieux de transports (Travel Retail), notamment les boutiques Relay, "reflétant la baisse du trafic passagers aérien", explique-t-il dans un communiqué.

Le chiffre d'affaires de cette activité censée assurer la croissance du groupe s'effondre de 60% à 1,7 milliard d'euros, et reste en baisse de 65% au quatrième trimestre. L'édition, l'autre branche de Lagardère avec notamment l'éditeur Hachette, voit en revanche ses recettes rester stables sur l'année à 2,4 milliards d'euros après une "très bonne année" qui a vu la sortie d'"exceptionnels best-sellers", s'est félicité le PDG du groupe Arnaud Lagardère lors d'une conférence avec des analystes.

Enfin, les autres activités, notamment les médias Europe 1, Paris Match et le JDD, ainsi que le divertissement (salles de spectacles), ont vu leurs recettes chuter de 58% à 115 millions d'euros. "La baisse du chiffre d'affaires des radios (-9,4%) et de la presse (-11,9%) a été atténuée au second semestre (après un premier semestre fortement affecté par la baisse des revenus publicitaires) en raison de l'attractivité du média radio pour les annonceurs, et de la demande pour les titres de presse", a précisé le groupe.

Lagardère entend poursuivre ses plans d'économies sur l'ensemble de ses activités, y compris sur les charges de personnel, a-t-il indiqué.

Le groupe, qui était entré dans le rouge en 2019 avec une perte de 15 millions d'euros, affirme que la nouvelle perte cette année de 660 millions d'euros inclut des éléments exceptionnels à hauteur de 319 millions d'euros, notamment des dépréciations d'actifs sur sa branche Travel Retail et des charges relatives aux acquisitions et cessions.

Après s'être vu octroyé en janvier un prêt garanti par l'Etat de 465 millions d'euros et avoir parallèlement amendé et étendu sa ligne de crédit renouvelable, Lagardère estime néanmoins que sa situation de liquidité est "solide" et "suffisante pour couvrir ses besoins de financement en 2021".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de YVESM
1/mars/2021 - 11h14

Si ce n’était que le Covid.

Le problème de Lagardère, c’est qu’ils ont perdu depuis longtemps la bosse du commerce...