15/02 17:48

La grève qui perturbe France 3 se poursuit sur la Côte d'Azur - Des syndicats protestent contre le manque de moyens pour réaliser la nouvelle tranche régionale du "18.30"

La grève qui a perturbé France 3 en janvier se poursuit sur la Côte d'Azur, à raison d'une heure par jour, et est entrée dans sa quatrième semaine, à l'appel de la plupart des syndicats (FO, CGT, CFDT, Sud) qui protestent contre le manque de moyens pour réaliser la nouvelle tranche régionale du "18.30", a-t-on appris de sources concordantes. "On a de plus en plus de temps d'antenne, ce qui nous réjouit, mais avec de moins en moins de personnel et ça conduit à une baisse de la qualité et une pression sur le personnel. A chaque fois, on dépouille le JT en effectif pour faire réaliser d'autres programmes. Dans notre journal, on en arrive à avoir 40% de rediffusions", expliquent à l'AFP Nathalie Masseglia, déléguée syndicale SNRT-CGT et SNJ-CGT et Pierre-Olivier Casabianca, délégué Sud Médias, syndicat majoritaire.

"Les discussions sont au point mort", selon eux, ce que le directeur régional de France 3 Paca Samuel Peltier a confirmé à l'AFP en déplorant que les organisations syndicales aient posé comme préalable la suspension du nouveau programme alors qu'il proposait pour sa part des moyens supplémentaires et le dégel de plusieurs postes. "C'est une grève de 18h05 à 19h04", a-t-il regretté, en précisant que la nouvelle tranche, testée la première semaine de février avec une réalisation effectuée à Antibes et un rédacteur en chef adjoint comme présentateur, a été un succès d'audience. Le "18.30", diffusé du lundi au vendredi depuis le 25 janvier, propose un espace de débats autour de "la question du jour". Deux invités, issus de la région, échangent, avec les réseaux sociaux en toile de fond. Cette nouvelle tranche d'information s'inscrit dans une stratégie de transformation de France 3 en réseau de chaînes à dominante locale, en s'appuyant sur France Bleu, dont la chaîne codiffusera les 44 matinales d'ici 2022. La formule a été étrennée sur la Côte d'Azur il y a deux ans, avant d'être généralisée. BFM TV est de son côté à l'offensive avec le rachat annoncé de 100% de la chaîne régionale Azur TV, dans laquelle le magnat Iskandar Safa avait pris une participation.

Ailleurs sur le web

Vos réactions