13/10/2010 16:58

Une charte pour changer l'image des femmes dans les médias

Une charte destinée dans un premier temps à accroître l'intervention de femmes sur les plateaux, les ondes et dans les journaux et à se débarrasser des stéréotypes a été signée mercredi par les représentants des médias et la secrétaire d'Etat à la Famille Nadine Morano. 

Malgré des avancées, les femmes restent trop souvent "invisibles" ou "secondaires" dans les médias français (radio, télévision, presse écrite), a relevé lors d'un point presse Michèle Reiser, présidente de la Commission sur l'image des femmes dans les médias, artisan de cet acte d'engagement non contraignant, et également signataire. 

Selon un rapport établi par la Commission en 2008, l'infériorité numérique des femmes sollicitées pour intervenir dans les médias reste criante: ainsi, à la télévision, les femmes interrogées était 31% et les hommes 52%, le nombre de prises de parole était de 37% pour les femmes contre 63% pour les hommes et le temps moyen de parole de 9,1 secondes pour les femmes et de 12 pour les hommes, soit 25% de temps en moins pour les femmes. 

"Les stéréotypes ont la vie dure. Les experts invités par les médias sont à 82% des hommes, y compris dans les milieux très féminisés comme les avocats ou les médecins", a souligné Michèle Reiser, réalisatrice, romancière, membre du Conseil supérieur de l'audiovisuel et de l'Observatoire de la parité.  Et les femmes, quand elles sont présentes, "restent plus anonymes, confinées dans un statut de seconde zone, souvent de victimes", a-t-elle poursuivi. Elles représentent pourtant 51% de la population française et sont actives dans tous les secteurs. 

La première cible de cette autorégulation sera la présence de plus d'experts féminins dans les médias. "Une fois par an, nous rendrons public un bilan sur les avancées observées. Ce n'est pas du +flicage+ mais un accompagnement. La Commission aidera ainsi les médias, en cas de besoin, à puiser dans un vivier d'expertes", a ajouté Mme Reiser.  Cette autorégulation "c'est une initiative unique, je crois, en Europe", a dit Mme Morano.

"Ce doit être une prise de conscience sur le décalage entre l'image des femmes projetée dans les médias et la réalité. Il faudra montrer dans un an qu'il y a eu des progrès", a insisté la ministre. 

"L'autre soir, dans l'émission +Mots croisés+ (France 2) sur les retraites, il n'y avait que des hommes sur le plateau !", a-t-elle remarqué à titre d'exemple. 

La Commission sur l'image des femmes dans les médias a été pérennisée cet été à la demande du Premier ministre François Fillon.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Nua
14/octobre/2010 - 23h29

On devrait aussi faire une charte pour qu'il y ait moins de pétasses à la télé !

Portrait de Nua
14/octobre/2010 - 23h27

C'est ridicule ! Il y a aujourd'hui d'autres combats à mener que la représentativité des femmes dans les médias surtout que je les trouve très présentes . Préoccupons nous plutôt de la place des vieux , ou bien de la place des handicapés dans les médias ça nous changera !

Portrait de Emir44
14/octobre/2010 - 08h46

Oops, faute d'orthographe !

Portrait de Emir44
14/octobre/2010 - 08h46

J'aime bien ces histoires de parité !
Les femmes sont dédaignées, méprisées, reléguées et ce n'est pas juste.

Mais, mais... 70% des femmes travailles pour 100% d'hommes (chômage inclus, car désireux(ses) de travailler.

Alors finalement... La parité, c'est 50/50 ou 100/70, ce qui fait 59/41 ?

Réfléchissons... :s