07/02 13:31

Les utilisateurs de Pixel, la marque de téléphone de Google, pourront bientôt mesurer leurs fréquences respiratoire et cardiaque via la caméra de leur smartphone

Les utilisateurs de Pixel, la marque de téléphone de Google, pourront bientôt mesurer leurs fréquences respiratoire et cardiaque via la caméra de leur smartphone, a annoncé le géant des technologies. Sans avoir besoin d'équipements médicaux ou de montres connectées, les usagers auront accès à ces informations dans l'application de bien-être Google Fit, à partir du mois de mars, grâce à une manoeuvre aussi simple qu'un selfie. "Nous voulons révéler le potentiel des appareils connectés que nous utilisons tous les jours", a expliqué Shwetak Patel, un directeur de la branche santé du groupe, pendant une conférence de presse. "Avec l'intelligence artificielle, les capacités de ces appareils sont démultipliées", a-t-il continué. "Et le plus répandu, c'est le smartphone, avec tous ses capteurs". Les ingénieurs de Google ont mis au point une technique dite d'apprentissage automatisé ("machine learning"). Les utilisateurs auront juste besoin d'ouvrir leur application Google Fit et la caméra détectera les légers mouvements de la poitrine qui se soulève et s'abaisse pour mesurer la fréquence respiratoire.

Pour la fréquence cardiaque, ils se sont servis des imperceptibles changements de couleur de peau qui surviennent quand le sang fraîchement oxygéné se répand depuis le coeur au reste du corps. Les usagers poseront le bout du doigt sur l'objectif de leur téléphone, le flash s'activera et l'application rendra son verdict sur le nombre de battements du coeur par minute. "Nous avons pris en compte une large variété de couleurs de peau dans notre étude", a souligné Jiening Zhan, ingénieure de Google Health. "Même si notre technologie est conçue à des fins de bien-être, ses marges d'erreur sont comprises dans la même fourchette que celles d'équipements approuvés par la FDA", l'agence américaine du médicament. Ces nouveaux outils doivent arriver sur les téléphones Android (le système d'exploitation mobile de Google) dans les mois qui viennent. Google a précisé que les données seraient traitées directement sur le smartphone, sans passer par ses serveurs, à moins que l'utilisateur ne souhaite les garder en mémoire. Le groupe n'a pas précisé ses intentions en termes de monétisation future ou d'éventuels partenariats avec d'autres marques de produits liés au bien-être, par exemple. De nombreux accessoires connectés, comme les montres Fitbit (rachetées par Google) ou celles d'Apple, permettent déjà de mesurer ce genre de fonctions corporelles.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de stbx00
7/février/2021 - 16h15
Magnésium X a écrit :

Bref . Un algorithme qui écrit une banalité ,via calcule sur une probabilité aléatoire , comme pour les pèse personne les montres connectées ... Tant qu'il y aura des gogos ,pourquoi se gêner ! 

Sans s'attendre à une fiabilité totale ce type de produit permet d'obtenir des indicateurs qui peuvent être utiles.

J'étais sceptique sur les balances connectées mais après vu une analyse d'une nutritionniste puis les résultats sur une balance Xiaomi je dois dire que c'était juste bluffant...