03/01 07:16

Le journaliste togolais Carlos Kétohou, arrêté mardi à Lomé par la police, a été libéré, a annoncé la Haute Autorité de l'audiovisuel et de la communication

Le journaliste togolais Carlos Kétohou, arrêté mardi à Lomé par la police, a été libéré samedi, a annoncé la Haute Autorité de l'audiovisuel et de la communication(HAAC). Des responsables d'organisations de la presse togolaise ont confirmé sa libération. Ce directeur de publication du journal proche de l'opposition

L'Indépendant Express avait été arrêté à son domicile mardi soir, après la publication d'un article mettant en cause deux ministres.

Dans un communiqué, la HAAC a affirmé avoir obtenu du ministère public, la "libération" du journaliste et l'a invité à son siège lundi pour "discuter du contenu" de l'article. M. Kétohou avait été interpellé à la veille d'une convocation judiciaire, à la suite de cet article accusant deux ministres d'avoir volé des couverts lors d'un repas organisé par une institution financière à Lomé. Jeudi soir, la rédaction du journal a publié une "mise au point", soulignant que l'article "ne concerne pas le Togo" et a présenté ses "excuses à ses lecteurs et à toutes les personnes à qui le contenu a causé du tort".

L'organisation Reporters sans frontières avait demandé mercredi sur Twitter la libération du journaliste. "Des faits présumés de diffamation ne devraient pas être examinés par un service d'investigation criminel de gendarmerie", avait dénoncé RSF auprès de l'AFP. Toutes les organisations locales de presse ont unanimement condamné les conditions de l'arrestation du journaliste et exigé sa libération.

Le Togo, petit pays d'Afrique de l'Ouest, est régulièrement pointé du doigt par les organisations de défense des droits de l'Homme. Le président Faure Gnassingbé est arrivé au pouvoir en 2005 après le décès de son père, le général Gnassingbé Eyadéma, qui avait lui-même dirigé le Togo pendant 38 ans. Il a été réélu depuis lors de scrutins tous contestés par l'opposition.

Ailleurs sur le web

Vos réactions