31/12 21:10

Revoir l’intégralité des voeux du Président Emmanuel Macron aux Français: "Au moins jusqu’au printemps, l’épidémie de Covid19 pèsera sur la vie de notre pays" - VIDEO

Le président français Emmanuel Macron a affirmé jeudi lors de ses voeux pour 2021 qu’il « ne laisserai(t) pas, pour de mauvaises raisons, une lenteur injustifiée s’installer » dans la campagne de vaccination contre le Covid-19 qui vient de démarrer au compte-goutte en France.

Critiqué pour une vaccination trop lente, notamment par rapport à l’Allemagne, il a assuré qu’il ne laisserait « personne jouer avec la sûreté et les bonnes conditions, encadrées par nos scientifiques et nos médecins, dans lesquelles la vaccination doit se faire ».

Le chef de l’Etat a souligné que « l’espoir est là dans ce vaccin que le génie humain a fait advenir en un an seulement », ajoutant que « c’était impensable il y a encore quelques mois ». Dans ce contexte, M. Macron a dit ne pas tolérer que la campagne de vaccination puisse prendre du retard.

« Chaque Français qui le souhaite doit pouvoir se faire vacciner. De manière sûre et dans le bon ordre, en commençant par ceux qui présentent le plus de risques », a-t-il ajouté. Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé, peu avant cette allocution, une accélération de la campagne de vaccination avec son élargissement dès lundi à tous les soignants de plus de 50 ans.

Le gouvernement a été critiqué pour une trop grande lenteur dans cette campagne, qui a démarré dimanche dans les maisons de retraite, avec seulement 200 vaccinés au bout de trois jours, alors que les voisins européens en sont déjà à plusieurs milliers.

Lors de son allocution, M. Macron a dit avoir « une pensée pour les 64.000 victimes de ce virus, leurs familles et leurs proches ». « Des parents, des amis, des pans entiers de l’imaginaire français nous ont quitté ces derniers mois », a-t-il ajouté. « Cette année 2020 a été difficile » car « elle nous a rappelé nos vulnérabilités » et a « été encore plus injuste pour les plus fragiles », a-t-il estimé.

Le président a aussi évoqué « tous nos compatriotes vivant dans la précarité, parfois la pauvreté, pour qui la crise que nous traversons rend le quotidien plus difficile encore ». Avant de dire sa « reconnaissance à ceux qui se sont mobilisés pour soigner, nourrir, éduquer, protéger, à tous ceux qui par leur travail, leur engagement nous ont permis de tenir debout et ensemble durant ces mois difficiles ».

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions