19/12 14:31

France Télévisions proposera l'an prochain "Nous paysans", une programmation spéciale prévue aux dates auxquelles le Salon de l'agriculture aurait dû se tenir (27 février-7 mars), pour rapprocher les Français et l'agriculture

France Télévisions proposera l'an prochain "Nous paysans", une programmation spéciale prévue aux dates auxquelles le Salon de l'agriculture aurait dû se tenir (27 février-7 mars), avec pour ambition de rapprocher les Français de celles et ceux qui cultivent, élèvent et innovent.

"France Télévisions veut profiter de la fenêtre habituellement consacrée au Salon de l'agriculture pour apporter un regard sur l'agriculture au sens large, en s'appuyant sur son maillage exceptionnel, avec les réseaux de France 3 en région et de La 1ère en Outremer", a expliqué à l'AFP Yannick Letranchant, directeur des opérations spéciales de l'information et des antennes du groupe public.

"France Télévisions a un rôle à jouer: mettre en valeur l'agriculture de France, et nous voulons, pendant ces jours là, rendre encore plus visibles ses hommes et ses femmes, ses terroirs et ses histoires", a-t-il ajouté. Et ce via une programmation qui alliera reportages, magazines, documentaires, sur les différentes antennes du groupe et sur le numérique, et qui couvrira plusieurs thèmes, des métiers et formations aux enjeux environnementaux (climat, biodiversité...) en passant par les procédés innovants, l'Europe, la transmission des exploitations et les débats autour de l'agriculture de demain.

D'autant, note France Télévisions, que plusieurs problématiques sont devenues plus familières au grand public en raison de la crise sanitaire. "Nous sommes partis du constat que le premier confinement a réconcilié, s'il en était besoin, les Français avec leur agriculture: on a redécouvert à cette occasion les circuits courts et la problématique de la souveraineté alimentaire", fait notamment valoir M. Letranchant. L'édition 2021 du Salon de l'agriculture, qui devait se tenir à Paris du 27 février au 7 mars, a été annulée en raison de l'épidémie de Covid-19, une décision prise en octobre par les organisateurs, qui veulent toutefois maintenir le concours général des produits agricoles et des débats publics.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de john311
19/décembre/2020 - 16h50

Est ce une commande du ministere de l'agriculture ou de la FNSEA? les francais ne sont pas fachés avec les agriculteurs, nuance, seulement avec l'industrialisation de l'agriculture, qui detruit et pollue le pays et la santé des gens. Beaucoup d'agriculteurs veulent travailler en respectant la nature et leurs produits. Voir par exemple leur demande de démantèlement de DEMETER cree surtout pour defendre les industries agricoles puissantes. Le terme "d'agribashing" cree par  les communicants de la FNSEA afin de creer un nouveau delit imaginaire, et faire taire les associations qui defendent la vraie agriculture.

Portrait de Kevin 29
19/décembre/2020 - 15h37

Méfiance. L’agriculture est trop souvent essentialisée et ce genre d'émission n'aide pas. Déjà, le mot "paysan" pour qualifier les agriculteurs est dévoyé. Parmi les exploitants agricoles seule une petite minorité peuvent encore être qualifiés de paysans. La vision romantique des gens sur le métier, urbains comme ruraux me fait sourire. L’agriculture c'est désormais davantage du business et des histoires de gros-sous que les histoires de paysannerie de nos grands-pères. De même expliquer que le salon de agriculture c'est celui du monde agricole est aussi une essentialisation grossière, les vrais paysans ont autre chose à faire que de participer des salons et surtout ils n'en ont rien à carrer.