11/12 07:46

Le parquet général a requis contre Mathieu Gallet, accusé de favoritisme lorsqu'il dirigeait l'Institut national de l'audiovisuel (INA), un an de prison avec sursis et 40.000 euros d'amende

Le parquet général a requis contre Mathieu Gallet, accusé de favoritisme lorsqu'il dirigeait l'Institut national de l'audiovisuel (INA), une peine d'un an de prison avec sursis et 40.000 euros d'amende, a indiqué à l'AFP l'avocat de l'ancien PDG de Radio France. En première instance, M. Gallet, 43 ans, avait été condamné en janvier 2018 à un an de prison avec sursis et 20.000 euros d'amende. Il était accusé d'avoir favorisé deux sociétés de conseil auxquelles l'INA, un établissement public, a versé plus de 400.000 euros lorsqu'il était son directeur entre 2010 et 2014.

Après sa condamnation, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) avait démis le dirigeant de ses fonctions de PDG de Radio France qu'il occupait depuis 2014. M. Gallet avait fait appel, ses avocats dénonçant "une enquête à charge".

Le premier volet de l'affaire concernait l'entreprise Balises de son consultant Denis Pingaud. Ce professionnel de l'audiovisuel était utilisé par l'INA comme « conseiller externe ». Rémunéré 5.000 euros par mois, il a perçu 130.000 euros hors taxes. Un total qui aurait dû forcer l'établissement de Bry-sur-Marne (Val-de-Marne) à mettre sa société en concurrence, pour respecter la réglementation des marchés publics.

Second volet de l'affaire, un contrat de 2013 entre l'INA et la société de conseil Roland Berger Strategy, pour 289.000 euros hors taxes. L'entreprise avait été choisie après un appel d'offres « trop court » et Mathieu Gallet avait faussé la concurrence en prévenant ce prestataire dès 2010 que l'INA aurait besoin de fusionner deux directions, selon la procureure. Ses avocats défendent, eux, la régularité de cette procédure : les sociétés avaient cinq jours pour envoyer leur « fiche d'identité » à l'INA, mais disposaient de plusieurs semaines pour formuler une véritable offre commerciale.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions