21/11 07:52

L'Assemblée nationale a voté l'article controversé de la loi "sécurité globale", visant à limiter la diffusion du visage des forces de l'ordre - Vidéo

L'Assemblée nationale a voté en première lecture vendredi soir la mesure la plus controversée de la proposition de loi "sécurité globale" pénalisant la diffusion malveillante de l'image des forces de l'ordre, avec les garanties du gouvernement en faveur du "droit d'informer".

Dans sa rédaction modifiée, l'article 24 adopté par 146 voix pour et 24 contre, prévoit de pénaliser d'un an de prison et 45.000 euros d'amende, "sans préjudice du droit d'informer", la diffusion de "l'image du visage ou tout autre élément d'identification" d'un agent de la police nationale, gendarme ou d'un agent de police municipale, "dans le but manifeste qu'il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique".

Un article qui, s'il a contenté les syndicats de police, a mis une partie de l'opposition et des journalistes vent debout. À tel point que le Premier ministre Jean Castex, avec son ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, ont tenté d'apaiser l'ambiance en amendant l'article 24. Jeudi, Matignon avait indiqué "que les dispositions envisagées ne feront nul obstacle à la liberté d’informer et que le délit créé par le texte visera uniquement le fait de diffuser des images dans le but qu’il soit manifestement porté atteinte à l’intégrité physique ou psychique" d'un policier, d'un militaire ou d'un gendarme.

Selon l'AFP, Gérald Darmanin recevra lundi neuf associations, syndicats ou organisations de journalistes, avec pour but "d'aborder avec eux le sujet de la place des journalistes dans le suivi des manifestations", précise l'entourage du ministre de l'Intérieur.

"L'article 24 pourra également être abordé." Au sein de l'Assemblée nationale, ce vendredi, les échanges ont été houleux. L'insoumis Ugo Bernalicis a ainsi fustigé "une entreprise de dissuasion massive d'aller manifester et d'aller filmer ce qu'il se passe en manifestation". "C'est une nouvelle forme d'entrave de manifester et d'informer", a-t-il dénoncé.

Au MoDem, pourtant allié de la majorité, Nicolas Turquois s'est dit "mal à l'aise" devant cet "article 24" et les difficultés "d'interprétation" de l'atteinte à "l'intégrité psychique".

Comme la gauche, des élus du groupe centriste avaient d'ailleurs proposé, en vain, de supprimer l'article. À l'inverse, le patron des députés LaREM et ancien ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a jugé que la "proposition du gouvernement nous permet d'y voir clair" et de "rassurer", après des "procès d'intention". "Si la liberté de la presse peut être attaquée, les policiers et les gendarmes peuvent l'être également", a de son côté souligné Gérald Darmanin, après avoir soufflé le chaud et le froid sur cette disposition, suggérant parfois de la durcir.

Devant les députés, il a d'ailleurs reconnu s'être "posé la question en tant que ministre de l'Intérieur" du "floutage" des visages des policiers, une mesure hautement inflammable, qui ne fait pas partie de la proposition de loi, mais que réclament des élus de droite et les syndicats de policiers.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Tranquillou et plus
21/novembre/2020 - 15h53

Bon, il faut protéger les délinquant !

Et pendant ce temps là, le Covid prend de la vitesse... (mais ne le dites pas)

Portrait de Wouhpïnaise
21/novembre/2020 - 09h01
l'écume des choses a écrit :

577 députés.... 170 votants soit même pas 30 % de votants ....

 

c'est ca la représentation nationale?

Avec le virus le nombre de députés est limité à 50 % dans l'hémicycle.

Portrait de nina83
21/novembre/2020 - 08h52

on floute bien les personnes arrêtées, jugées etc, on les protège, alors pourquoi les flics ne pourraient pas avoir le visage flouté sur les vidéos ????? ça gêne qui ???? pas moi