04/11 13:01

Le journaliste Hugo Clément accuse Maddy Burciaga, influenceuse, de se vanter d’un faux partenariat avec la Fondation Bardot pour vendre ses produits

C'est dans un communiqué que la Fondation Brigitte Bardot pousse un gros coup de gueule contre "une « influenceuse », qui se fait appeler « Maddy Burciaga » et se met en scène avec des animaux sauvages (!)". La jeune femme"tente de propulser sa gamme de cosmétiques en communiquant sur un prétendu partenariat avec la Fondation Brigitte Bardot.", indique-t-on.

La Fondation tient à préciser "qu’elle n’a jamais autorisé une telle exploitation de son nom et de sa réputation, pour laquelle elle n’a d’ailleurs jamais été sollicitée, ni évidemment rémunérée." Avant de poursuivre: "Une telle utilisation afin d’assurer la commercialisation de cosmétiques est d’autant plus préjudiciable que ceux-ci ne sont en aucun cas certifiés «vegan»."

"Face aux allégations mensongères de Madame Burciaga sur ses réseaux sociaux et sur son site marchand, la Fondation se réserve le droit d’entamer toutes les poursuites qu’elle jugera nécessaires.", ajoute la fondation.

Quelques heures plus tôt, sur son compte Instagram, le journaliste Hugo Clément a lui aussi dénoncé l'influenceuse. "ATTENTION ARNAQUE ! Une influenceuse suivie par plus de 2 millions de personnes (@maddyburciaga) vend du maquillage de sa marque (@mlipscosmetics) en posant avec un lionceau captif et en présentant cela comme un partenariat avec la @fondationbrigittebardot, prétendant lui reverser 25% des bénéfices", explique-t-il sur le réseau social.

Et d'ajouter : "C’est faux ! La Fondation vient de publier un communiqué (troisième image) indiquant qu’elle n’avait « jamais autorisé une telle exploitation de son nom et de sa réputation, pour laquelle elle n’a d’ailleurs jamais été sollicitée ou rémunérée ». La Fondation, qui lutte contre la maltraitance infligée aux animaux, dénonce des « allégations mensongères »".

"Tenter de vendre du rouge à lèvre en utilisant abusivement un lionceau et une association de défense des animaux... il fallait oser !", conclut le journaliste.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Jiben79
4/novembre/2020 - 19h12

Il nous les brise le justicier en carton, pas que soutienne la bimbo tv réalité, mais putain qu'il s'occupe de son cul

Portrait de auriol64
4/novembre/2020 - 15h01

Ça ne doit pas être la morale qui étouffe certains youtubeurs ou autres, payer par des marques pour promouvoir leurs produits!