03/11 11:41

Face aux vives critiques, les dérogations au confinement accordées aux chasseurs seront limitées "au strict minimum", assure la secrétaire d'Etat à la Biodiversité Bérangère Abba

Les dérogations au confinement accordées aux chasseurs pour permettre la régulation de certaines espèces seront limitées "au strict minimum", a assuré la secrétaire d'Etat à la Biodiversité Bérangère Abba.

La secrétariat d'Etat avait annoncé dimanche des dérogations pour éviter la "prolifération" des sangliers responsables d'importants dégâts sur les cultures et des cervidés problématiques pour les forêts, précisant que les prélèvements seraient définis au niveau local.

Le président de la Fédération nationale des chasseurs (FNC) Willy Schraen avait ensuite indiqué à l'AFP que ces dérogations pourraient concerner "6 ou 7 espèces", ajoutant notamment les lapins, lièvres, faisans et pigeons.

Interrogée sur cette hypothèse lundi lors d'une conférence de presse, Bérangère Abba a simplement répondu "non".

"L'idée et la consigne passée aux préfets est de se tenir au strict minimum et tout ce qui pourrait ne pas présenter de caractère d'urgence n'aura pas lieu dans ce mois de confinement", a-t-elle déclaré.

La lettre envoyée par le ministère aux préfets, vue par l'AFP, indique que ces derniers pourront autoriser des prélèvements de sangliers et de cervidés, mais aussi "exceptionnellement" d'autres espèces chassables qui pourraient provoquer des dégâts.

Mme Abba a assuré que cette disposition concernait les cormorans "à une époque où les piscicultures sont très exposées, à l'approche des fêtes de fin d'année".

La Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) s'est inquiétée malgré tout de décisions préfectorales qui pourraient être prises pour des espèces ou dans des départements où "ce n'est pas justifié": "on attaquera les arrêtés s'ils nous paraissent disproportionnés", a déclaré à l'AFP son directeur général Yves Vérilhac.

Les prélèvements de sangliers et de cervidés ne pourront être effectués que par des battues et du tir à l'affût, pas par l'organisation de chasse à courre.

Et "la chasse dite de loisir est suspendue. Il n'est donc pas permis de chasser dans la limite d'une heure quotidienne et dans la limite d'un kilomètre autour de son domicile, comme l'attestation dérogatoire de déplacement le permet lorsqu'il s'agit de promenades ou d'activités physiques", a reconnu la FNC lundi sur son site internet, alors que son président avait évoqué vendredi sur Facebook une "heure de détente cynégétique".

Chaque année, les chasseurs doivent payer des millions d'euros d'indemnisation aux agriculteurs pour les dégâts causés par les sangliers.

Selon Willy Schraen, entre un tiers et un quart des prélèvements de grand gibier sont effectués en France au mois de novembre et quelque 500.000 sangliers devaient être tués d'ici fin décembre.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de FAST
4/novembre/2020 - 15h53
djibou35 a écrit :

j'ai une idée on fait un lâché de djihadistes en foret comme ça cela ne généra personne que les chasseurs chasse pendant le confinement 

ah si zut y'a pleins de bien pensants 

Sauf que les chasseurs resterons au chaud chez eux, contrairement à de pauvres animaux, un djihadiste peut se défendre !

Portrait de djibou35
4/novembre/2020 - 15h00

j'ai une idée on fait un lâché de djihadistes en foret comme ça cela ne généra personne que les chasseurs chasse pendant le confinement 

ah si zut y'a pleins de bien pensants 

Portrait de FAST
4/novembre/2020 - 11h24
Stutzen 550 CZ®. a écrit :

smiley

Loups, Lynx et même l'Ours le tout entre Bâle et Genève. Je vois déjà les habitants des grandes villes sortir la pétoire du grand père pour réguler tout ça. 

C'est vrai que les morts dus aux attaques de loups et de lynx sont nombreux, mais moins que les gens tués par les bavures des chasseurs. Ceci dit, les renards roux sont aussi sur la liste des prédateurs naturels des chevreuils, vous savez ceux que les chasseurs qualifient de nuisibles parce qu'ils leur font concurrence. C'est vous qui avez mentionnés les ours, loups et lynx, pas moi smiley. On constate aussi que les sangliers peuvent s'attaquer aux petits faons et donc participer à la régulation

Bizarre pour les chasseurs soit disant premiers écologistes de France, de ne pas connaitre la liste des prédateurs des chevreuils ?

Portrait de FAST
4/novembre/2020 - 11h11

@ tous les pro-chasseurs...

Pouvez vous nous pointer vers les chiffres officiels ?

Portrait de FAST
4/novembre/2020 - 11h10
Franck64 a écrit :

Ca fait chier les anti chasse et les écolos 

Mais ils sont plus nombreux que les viandards chasseurs avinés smiley

Portrait de FAST
4/novembre/2020 - 11h10
jeanseb54 a écrit :

@Franck64 tous ces pro défense animale n’ont rien d’écolos car pour eux il faut tout raser et empoisonner pour cultiver leur soja etc...

Ah bon ? Vous ne les connaissez pas visiblement et parlez pour ne rien dire

Portrait de jeanseb54
4/novembre/2020 - 10h22 - depuis l'application mobile
Franck64 a écrit :

Ca fait chier les anti chasse et les écolos 

@Franck64 tous ces pro défense animale n’ont rien d’écolos car pour eux il faut tout raser et empoisonner pour cultiver leur soja etc...

Portrait de Galileo.
3/novembre/2020 - 20h14
twighlight zone reboot Re a écrit :

S'il y a la place pour des chevreuils il y a de la place pour leurs prédateurs non?

Ah ya de la bonne qu'a l'air de circuler dans le coin !!!smiley

Faites tourner quoi !!!! smiley

En attendant la réintroduction des ours et des loups à Genève, je vais voir ou en sont les progrès de la génétique moi!!

Trop hâte de voir des hordes de vélociraptors réintroduits dans leur milieu naturel: Les Champs Elysées !

Allez, faites tourner !!! smileysmiley

Portrait de FAST
3/novembre/2020 - 20h05
FAST a écrit :

Alors, Stutzen (version 6.2) et Hamilton... ces chiffres officiels

Tiens, d'autres chiffres

En 1974, 72% des Genevois avaient voté pour l'interdiction, en 2006, ils étaient 90% à la plébisciter.

Portrait de Lepton
3/novembre/2020 - 20h02
Stutzen 550 CZ®. a écrit :

smiley

Loups, Lynx et même l'Ours le tout entre Bâle et Genève. Je vois déjà les habitants des grandes villes sortir la pétoire du grand père pour réguler tout ça. 

Les Suisses ont tous ou presque un fusil d'assaut  à la maison..pas besoin de la pétoire de Pop Pop .

Portrait de FAST
3/novembre/2020 - 19h53
FAST a écrit :

Alors, Stutzen (version 6.2) et Hamilton... ces chiffres officiels

Portrait de FAST
3/novembre/2020 - 19h52
FAST a écrit :

Exactement, ils ont trop peur d'avouer la vérité

Pouvez vous nous pointer vers les chiffres officiels ?

Portrait de FAST
3/novembre/2020 - 19h51
twighlight zone reboot Re a écrit :

S'il y a la place pour des chevreuils il y a de la place pour leurs prédateurs non?

C'est la mauvaise foi des chasseurs, qui déséquilibrent la nature et ensuite se vantent d’être nécessaires pour réguler.

Portrait de hamilton
3/novembre/2020 - 19h33
FAST a écrit :

Très PARTISAN cet article MAL argumenté. Il enfonce une porte ouverte, sans les prédateurs naturels (éliminés par les chasseurs), pas de régulation

Comme on dit: CQFD !

Prédateurs naturels du chevreuil ...

Donc réintroduire des loups et quelques lynx, seuls prédateurs naturels du chevreuil, autour de Genève pour réguler la population de chevreuils. ???

Bon !!! Ben je crois qu'on va s’arrêter la hein !!! smileysmileysmiley

Merci pour cette bonne dose de rire juste avant de passer à table !!! smiley

Portrait de FAST
3/novembre/2020 - 19h12
Stutzen 550 CZ®. a écrit :

Votre source c'est le site de aspas-nature.org connu pour son extrémisme.  Sur le site officiel de la SNPGC il n 'y  a rien comme chiffres. 

Exactement, ils ont trop peur d'avouer la vérité

Pouvez vous nous pointer vers les chiffres officiels ?

Portrait de FAST
3/novembre/2020 - 19h10
hamilton a écrit :

Très intéressant cet article argumenté.

Comme on dit: CQFD !

Très PARTISAN cet article MAL argumenté. Il enfonce une porte ouverte, sans les prédateurs naturels (éliminés par les chasseurs), pas de régulation

Comme on dit: CQFD !

Portrait de hamilton
3/novembre/2020 - 19h05
Stutzen 550 CZ®. a écrit :

On voit l'enragé ! 

Je reposte également mon commentaire.  

Petit extrait d'un article paru dans le journal  Suisse maRTS. 

"Le canton de Genève a autorisé le tir de 25 chevreuils depuis le mois de novembre et jusqu'au 31 janvier. Une dérogation à l'interdiction de la chasse en vigueur depuis bientôt 45 ans qui se justifie par les dégâts aux cultures.

Le tir des cervidés est confié à onze gardes de l'environnement, car la chasse est interdite dans le canton de Genève depuis 1974, ce qui constitue une exception en Suisse.

 

Le but est de limiter les dégradations provoquées par les animaux sur les cultures environnantes. "On a eu beaucoup de dégâts sur la vigne, ce qui pose problème sur la croissance de la vigne, ou directement sur le raisin", explique Didier Dubelly, garde de l'environnement.

 

La gestion genevoise de la faune coûte environ un million de francs par an pour compenser les dégâts et installer des clôtures notamment. Et ce modèle ne pourrait probablement pas être appliqué dans toute la Suisse, estime l'éthologue Manue Piachaud.

 

Modèle genevois pas exportable

Pour la spécialiste du comportement des animaux, ce système "paraît tout à fait approprié pour une canton très urbanisé", mais "sur un plus grand territoire, les conséquences financières, techniques et en termes de main d'oeuvre seraient énormes".

 

Après avoir comparé la situation avec d'autres régions où la chasse est autorisée, Manue Piachaud estime que le modèle genevois coûterait trois fois plus cher que la chasse. La chercheuse a d'ailleurs mis au point un calculateur en ligne qui permet d'estimer les coûts de gestion de la faune avec ou sans chasseur sur un territoire donné."

Très intéressant cet article argumenté.

Comme on dit: CQFD !

Portrait de FAST
3/novembre/2020 - 18h41
Stutzen 550 CZ®. a écrit :

On voit l'enragé ! 

Je reposte également mon commentaire.  

Petit extrait d'un article paru dans le journal  Suisse maRTS. 

"Le canton de Genève a autorisé le tir de 25 chevreuils depuis le mois de novembre et jusqu'au 31 janvier. Une dérogation à l'interdiction de la chasse en vigueur depuis bientôt 45 ans qui se justifie par les dégâts aux cultures.

Le tir des cervidés est confié à onze gardes de l'environnement, car la chasse est interdite dans le canton de Genève depuis 1974, ce qui constitue une exception en Suisse.

 

Le but est de limiter les dégradations provoquées par les animaux sur les cultures environnantes. "On a eu beaucoup de dégâts sur la vigne, ce qui pose problème sur la croissance de la vigne, ou directement sur le raisin", explique Didier Dubelly, garde de l'environnement.

 

La gestion genevoise de la faune coûte environ un million de francs par an pour compenser les dégâts et installer des clôtures notamment. Et ce modèle ne pourrait probablement pas être appliqué dans toute la Suisse, estime l'éthologue Manue Piachaud.

 

Modèle genevois pas exportable

Pour la spécialiste du comportement des animaux, ce système "paraît tout à fait approprié pour une canton très urbanisé", mais "sur un plus grand territoire, les conséquences financières, techniques et en termes de main d'oeuvre seraient énormes".

 

Après avoir comparé la situation avec d'autres régions où la chasse est autorisée, Manue Piachaud estime que le modèle genevois coûterait trois fois plus cher que la chasse. La chercheuse a d'ailleurs mis au point un calculateur en ligne qui permet d'estimer les coûts de gestion de la faune avec ou sans chasseur sur un territoire donné."

Je reposte ma réponse:

Et alors ? Rien à battre de l'avis d'une viandarde pro-chasseurs

Portrait de FAST
3/novembre/2020 - 17h25
lucieat a écrit :

le gibier lâché est essentiellement des oiseaux : faisans, perdreaux, élevés comme les poulets qu'on trouve sur les étalages, mais qui vivent bien nourris dans de grandes volières heureux en attendant et il y a pas mal de chasseurs maladroits qui les loupent, ils ont une chance de s'en sortir s'ils sont malins;

S'il fallait introduire des prédateurs pour le gros gibier: sangliers, chevreuils, cerfs...à moins de lâcher des meutes de loups (qui tuent déjà des milliers de brebis par ans, on ne pense jamais aux pauvres brebis égorgées, massacrées et qui agonisent en attendant la mort, mais les loups ...ah, faut pas toucher !! ) ou des lions, je ne vois quel animal serait assez fort pour attaquer un cochon de 100 kg avec des défenses acérées qui éventrent un chien d'un seul coup.

Néanmoins, comme vous, je suis contre les lâchés de gibiers, ( c'est moi qui plume !)mais ça représente du travail pour beaucoup de gens et un chiffre d'affaire considérable qui entre dans l'économie du pays et il faut aussi en tenir compte

Je reposte donc:

SNPG… C'est le Syndicat National des Producteurs de Gibier de Chasse(SNPGC) qui l'affirme : "14 millions de faisans ; 5 millions de perdrix grises et rouges ; 1 million de canards colvert ; 40 000 lièvres de France ; 100 000 lapins de garenne ; 10 000 cerfs ; 7 000 daims" sont produits chaque année en France. Au bas mot, 20 millions d'animaux sont élevés puis lâchés dans la nature pour être tirés à vue...

Pour le détail des sangliers, allez donc faire un tour sur le site du Syndicat National des Producteurs de Gibier de Chasse, vous aurez une idée de ce scandale:

La France compterait 5 000 élevages de petits gibiers (plume et poil), dont 3 500 professionnels, 400 à 500 élevages de cerfs, 600 élevages de daims, 300 à 400 élevages de sangliers, selon le Syndicat national des producteurs de gibier de chasse (SNPGC) et l'Institut technique de l'aviculture.

Portrait de lucieat
3/novembre/2020 - 15h52
FAST a écrit :

Demandez donc aux chasseurs d’arrêter de relâcher des millions de gibiers d'élevage dans la nature et réintroduisons les prédateurs naturels que vos chasseurs ont exterminé car ils leur faisaient concurrence

le gibier lâché est essentiellement des oiseaux : faisans, perdreaux, élevés comme les poulets qu'on trouve sur les étalages, mais qui vivent bien nourris dans de grandes volières heureux en attendant et il y a pas mal de chasseurs maladroits qui les loupent, ils ont une chance de s'en sortir s'ils sont malins;

S'il fallait introduire des prédateurs pour le gros gibier: sangliers, chevreuils, cerfs...à moins de lâcher des meutes de loups (qui tuent déjà des milliers de brebis par ans, on ne pense jamais aux pauvres brebis égorgées, massacrées et qui agonisent en attendant la mort, mais les loups ...ah, faut pas toucher !! ) ou des lions, je ne vois quel animal serait assez fort pour attaquer un cochon de 100 kg avec des défenses acérées qui éventrent un chien d'un seul coup.

Néanmoins, comme vous, je suis contre les lâchés de gibiers, ( c'est moi qui plume !)mais ça représente du travail pour beaucoup de gens et un chiffre d'affaire considérable qui entre dans l'économie du pays et il faut aussi en tenir compte

Portrait de FAST
3/novembre/2020 - 15h28
Stutzen 550 CZ®. a écrit :

Petit extrait d'un article paru dans le journal  Suisse maRTS. 

"Le canton de Genève a autorisé le tir de 25 chevreuils depuis le mois de novembre et jusqu'au 31 janvier. Une dérogation à l'interdiction de la chasse en vigueur depuis bientôt 45 ans qui se justifie par les dégâts aux cultures.

Le tir des cervidés est confié à onze gardes de l'environnement, car la chasse est interdite dans le canton de Genève depuis 1974, ce qui constitue une exception en Suisse.

 

Le but est de limiter les dégradations provoquées par les animaux sur les cultures environnantes. "On a eu beaucoup de dégâts sur la vigne, ce qui pose problème sur la croissance de la vigne, ou directement sur le raisin", explique Didier Dubelly, garde de l'environnement.

 

La gestion genevoise de la faune coûte environ un million de francs par an pour compenser les dégâts et installer des clôtures notamment. Et ce modèle ne pourrait probablement pas être appliqué dans toute la Suisse, estime l'éthologue Manue Piachaud.

 

Modèle genevois pas exportable

Pour la spécialiste du comportement des animaux, ce système "paraît tout à fait approprié pour une canton très urbanisé", mais "sur un plus grand territoire, les conséquences financières, techniques et en termes de main d'oeuvre seraient énormes".

 

Après avoir comparé la situation avec d'autres régions où la chasse est autorisée, Manue Piachaud estime que le modèle genevois coûterait trois fois plus cher que la chasse. La chercheuse a d'ailleurs mis au point un calculateur en ligne qui permet d'estimer les coûts de gestion de la faune avec ou sans chasseur sur un territoire donné."

Et alors ? Rien à battre de l'avis d'une viandarde pro-chasseurs

Portrait de FAST
3/novembre/2020 - 15h05
Azrael68 a écrit :

Pourquoi les vegans se sentent toujours obligé du nous imposer leur façon de manger ? Je connais aucun mangeur de viande imposer à un vegan de manger de la viande ! Ces vegans sont des extrémistes ! Ils vandalisent des boucheries , ils nous critiquent sur ce qu’ont mange... nous on critique jamais les vegans , ont ne s’offusquent pas sur la pauvre petite laitue qu’ils ont tué pour la manger ! Bref en France ont est encore libre de manger ce due l’ont veut ! Dont les vegans .... laissé nous manger comme ont veut , nous ont vous laisse manger comme vous voulez !

Ah, le cri de la carotte, l'originalité des viandards QUI OUBLIENT simplement leurs victimes du monde animal... On ne vous force pas a violer, mais laissez nous violer tranquille... disent les violeurs

Portrait de Azrael68
3/novembre/2020 - 14h03 - depuis l'application mobile

Pourquoi les vegans se sentent toujours obligé du nous imposer leur façon de manger ? Je connais aucun mangeur de viande imposer à un vegan de manger de la viande ! Ces vegans sont des extrémistes ! Ils vandalisent des boucheries , ils nous critiquent sur ce qu’ont mange... nous on critique jamais les vegans , ont ne s’offusquent pas sur la pauvre petite laitue qu’ils ont tué pour la manger ! Bref en France ont est encore libre de manger ce due l’ont veut ! Dont les vegans .... laissé nous manger comme ont veut , nous ont vous laisse manger comme vous voulez !

Portrait de Tellier
3/novembre/2020 - 13h08
lucieat a écrit :

Les "biens pensants" ne s'insurgent pas contre les campagnes de dératisations, les destructions de termitières, destructions de nids de frelons asiatiques, les écrevisses américaines, les tortues de Florides , les crapauds géants dans le sud ouest relâchés dans la nature et qui envahissent et mangent tous les animaux indigènes etc... c'est la même chose, les nuisibles, il faut les réguler sinon, c'est eux qui nous envahiront et il ne sera plus possible des rattraper la chose. C'est eux ou nous

Fort bien dit !

Portrait de Tellier
3/novembre/2020 - 13h08
lucieat a écrit :

Si on laisse proliférer les sangliers, les végans n'auront pas grand chose à mettre dans leur assiette. Ils ne se rendent pas compte des dégâts qu'ils font, ils n'ont jamais vu un champ ou un pré retourné comme si on avait passé le motoculteur pour qu'ils puissent atteindre ce qui les intéresse. un de mes voisin avait planté tout un champ de pommes de terre, quelques jours après, on aurait dit qu'il avait labouré, plus une, il a du tout replanter et protéger. Sachant qu'une laie peut faire jusqu'à 10/12 petits, 2 fois par ans au moins, même si la moitié  sont des mâles, qu'il y a des morts, mettons qu'il s'en sauve 8 dont4 femelles, que dans un an elles sont fertiles: combien y aura t-il de sangliers en 2 ans ? Si vous habitez près d'une forêt, ils viennent jusque dans votre jardin tout massacrer. Pour un équilibre, il faut réguler 500 000 sangliers par ans selon ce que j'ai lu, ça parait beaucoup, mais c'est que c'est calculé en fonction de la population. Il faut arrêter avec les larmoyants qui plaignent les "pauvres sangliers" et autres chevreuils, qui eux mangent les blés qui poussent au printemps et les plantations d'arbres

 

Bien dit !

Portrait de FAST
3/novembre/2020 - 13h00
lucieat a écrit :

Si on laisse proliférer les sangliers, les végans n'auront pas grand chose à mettre dans leur assiette. Ils ne se rendent pas compte des dégâts qu'ils font, ils n'ont jamais vu un champ ou un pré retourné comme si on avait passé le motoculteur pour qu'ils puissent atteindre ce qui les intéresse. un de mes voisin avait planté tout un champ de pommes de terre, quelques jours après, on aurait dit qu'il avait labouré, plus une, il a du tout replanter et protéger. Sachant qu'une laie peut faire jusqu'à 10/12 petits, 2 fois par ans au moins, même si la moitié  sont des mâles, qu'il y a des morts, mettons qu'il s'en sauve 8 dont4 femelles, que dans un an elles sont fertiles: combien y aura t-il de sangliers en 2 ans ? Si vous habitez près d'une forêt, ils viennent jusque dans votre jardin tout massacrer. Pour un équilibre, il faut réguler 500 000 sangliers par ans selon ce que j'ai lu, ça parait beaucoup, mais c'est que c'est calculé en fonction de la population. Il faut arrêter avec les larmoyants qui plaignent les "pauvres sangliers" et autres chevreuils, qui eux mangent les blés qui poussent au printemps et les plantations d'arbres

Adressez vous donc aux chasseurs pour vos doléances

Portrait de FAST
3/novembre/2020 - 12h48
hummerH2 a écrit :

"Chaque année, les chasseurs doivent payer des millions d'euros d'indemnisation aux agriculteurs pour les dégâts causés par les sangliers."

 

Nul doute que tous les bisounours auto-proclamés "zamoureux des zanimaux" et qui s'offusquent de cette dérogation accordée aux chasseurs  vont se porter immédiatement volontaires pour régler ces millions d'euros d'indemnisation aux agriculteurs à la place des chasseurs...

Heureusement qu'ils (les chasseurs) paient pour les dégâts qu'ils causent

Portrait de FAST
3/novembre/2020 - 12h41

SNPG… C'est le Syndicat National des Producteurs de Gibier de Chasse(SNPGC) qui l'affirme : "14 millions de faisans ; 5 millions de perdrix grises et rouges ; 1 million de canards colvert ; 40 000 lièvres de France ; 100 000 lapins de garenne ; 10 000 cerfs ; 7 000 daims" sont produits chaque année en France. Au bas mot, 20 millions d'animaux sont élevés puis lâchés dans la nature pour être tirés à vue...

Portrait de FAST
3/novembre/2020 - 12h35
lucieat a écrit :

Si on laisse proliférer les sangliers, les végans n'auront pas grand chose à mettre dans leur assiette. Ils ne se rendent pas compte des dégâts qu'ils font, ils n'ont jamais vu un champ ou un pré retourné comme si on avait passé le motoculteur pour qu'ils puissent atteindre ce qui les intéresse. un de mes voisin avait planté tout un champ de pommes de terre, quelques jours après, on aurait dit qu'il avait labouré, plus une, il a du tout replanter et protéger. Sachant qu'une laie peut faire jusqu'à 10/12 petits, 2 fois par ans au moins, même si la moitié  sont des mâles, qu'il y a des morts, mettons qu'il s'en sauve 8 dont4 femelles, que dans un an elles sont fertiles: combien y aura t-il de sangliers en 2 ans ? Si vous habitez près d'une forêt, ils viennent jusque dans votre jardin tout massacrer. Pour un équilibre, il faut réguler 500 000 sangliers par ans selon ce que j'ai lu, ça parait beaucoup, mais c'est que c'est calculé en fonction de la population. Il faut arrêter avec les larmoyants qui plaignent les "pauvres sangliers" et autres chevreuils, qui eux mangent les blés qui poussent au printemps et les plantations d'arbres

Demandez donc aux chasseurs d’arrêter de relâcher des millions de gibiers d'élevage dans la nature et réintroduisons les prédateurs naturels que vos chasseurs ont exterminé car ils leur faisaient concurrence

Portrait de FAST
3/novembre/2020 - 12h34
lucieat a écrit :

Les "biens pensants" ne s'insurgent pas contre les campagnes de dératisations, les destructions de termitières, destructions de nids de frelons asiatiques, les écrevisses américaines, les tortues de Florides , les crapauds géants dans le sud ouest relâchés dans la nature et qui envahissent et mangent tous les animaux indigènes etc... c'est la même chose, les nuisibles, il faut les réguler sinon, c'est eux qui nous envahiront et il ne sera plus possible des rattraper la chose. C'est eux ou nous

Heureusement que les chasseurs sont avec nous pour s'occuper de vos problèmes de fourmis et de frelons smileysmiley