27/10 08:01

Coronavirus - En dépit du froid et de la pluie l'interdiction de chauffer ou de couvrir les terrasses éphémères des restaurants reste interdit à Paris - Vidéo

En dépit du froid et de la pluie qui découragent désormais les clients, l'interdiction de chauffer ou de couvrir les terrasses éphémères est interdit à Paris. Anne Hidalgo a autorisé la prolongation jusqu'à juin 2021 de ces structures éphémères, mises en place au déconfinement mais ne souhaite pas les faire évoluer. 

«Même si nous comprenons les tentations et avons conscience des difficultés économiques, il ne s'agit pas de recréer des mini-restaurants sur l'espace public», affirme à CNews Olivia Polski, adjointe parisienne chargée du commerce.

«Couvrir serait contre-productif sur le plan sanitaire, car cela empêcherait une bonne aération. Et chauffer serait aberrant d'un point de vue écologique. D'ailleurs, la majorité des restaurateurs respecte la charte», détaille l'élue. «Nous avons déjà eu énormément de chance d'avoir ces terrasses éphémères, ça a sauvé certains d'entre nous du dépôt de bilan», estime Alain Fontaine, président de l'Association française des maîtres-restaurateurs.

Alors pour lui, «il ne faut pas pousser le bouchon trop loin si on veut continuer à bénéficier de l'écoute et de l'ouverture d'esprit de la part des pouvoirs publics, comme cela a été le cas jusqu'à maintenant».

Et celui qui défend l'inscription des bistrots au patrimoine culturel immatériel met en avant un autre argument économique : «Il faut aussi penser à nos confrères qui ont des terrasses traditionnelles, liées à leurs fond de commerce, et qui payent des impôts dessus depuis des années. On entrerait dans une concurrence déloyale si on demandait de chauffer et de couvrir».

En cas d'infractions, les resquilleurs sont passibles d'amendes allant jusqu'à 500 euros de la part des agents de la mairie. Sans compter la bonne adaptation aux règles sanitaires et du couvre-feu, contrôlées par la police municipale.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de .Kazindrah.
27/octobre/2020 - 09h45

Que signifie le titre ???

Portrait de lxa75
27/octobre/2020 - 09h13

A Rennes   et dans certaines communes limitrophe  ça va faire 2 ans que ce n'est plus chauffé , mais c'est vrai 1 Breton c'est plus costaud , c'est pas une lavette qui vit dans des appartement chauffé à 22° smiley

Portrait de jean71
27/octobre/2020 - 08h10

Le titre ( incompréhensible ) a-t-il été relu avant d'être  publié ?  " L'interdiction ...reste  interdit  "  ! Et  c'est  repris dans l'article  !!

N'aurait-il pas mieux valu écrire : "Chauffer ou couvrir les terrasses  éphémères  reste  interdit " ?