21/10 13:52

Coronavirus: Un certain nombre de nouveaux départements basculeront demain en alerte maximale - Le gouvernement veut prolonger l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 16 février

13h52: Le Premier ministre Jean Castex tiendra jeudi à 17h00 une conférence de presse sur « l’application des mesures pour lutter contre » l’épidémie du Covid-19 qui continue de progresser de manière inquiétante sur le territoire français, a indiqué Matignon mercredi.

Le chef du gouvernement sera accompagné du ministre de la Santé Olivier Véran, qui tient habituellement ces points presse hebdomadaires, de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot et du secrétaire d’État Cédric O, six jours après l’instauration d’un couvre-feu nocturne dans plusieurs grandes métropoles, dont Paris.

Jean Castex remonte ainsi en première ligne alors que, pour la première fois depuis mai, le nombre total de malades du Covid-19 actuellement en réanimation a dépassé lundi soir la barre des 2.000. C’est encore loin du pic de l’épidémie, quand plus de 7.000 patients Covid-19 se trouvaient en réa. Mais plus de 150 cas graves font leur entrée chaque jour dans ces services de pointe et ils étaient 278 de plus mardi.

Le gouvernement a averti que les couvre-feux, décidés dans plusieurs métropoles dont Paris de 21h00 à 06h00 n’auront pas d’effet avant deux à trois semaines.

En attendant, les chiffres des contaminations flambent.

Ainsi, le taux d’incidence, soit le nombre de nouveaux cas sur sept jours pour 100.000 habitants, dépasse le seuil d’alerte maximale (250) dans 22 départements au 16 octobre, contre 10 une semaine plus tôt - et seulement un deux semaines avant, selon les données disponibles sur Santé publique France.

Au plus haut dans certaines métropoles touchées par le couvre-feu, comme à Saint-Etienne (716), Lille (675), Lyon (582), Grenoble (460), le taux d’incidence est aussi en hausse à Clermont-Ferrand (322), Tours (237) ou Nantes (194). Dans l’Eurométropole de Strasbourg, où il frôle désormais le seuil d’alerte maximale, le taux d’incidence « double chaque semaine », constate l’Agence régionale de santé du Grand est.

13h39: "Un certain nombre de nouveaux départements français basculeront demain en alerte maximale", annonce Gabriel Attal.
La liste de ces nouveaux départements sera présentée demain à 17 heures lors de la conférence de presse.

Le gouvernement veut prolonger l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 16 février.

11h31: L'Assemblée nationale va siéger exceptionnellement samedi et dimanche pour examiner le projet de loi prolongeant l’état d’urgence sanitaire face à la deuxième vague de l’épidémie de coronavirus, a-t-on appris mardi de sources parlementaires.

Le texte « autorisant la prorogation de l’état d’urgence sanitaire et portant diverses mesures de gestion de la crise sanitaire » sera examiné en Conseil des ministres mercredi, selon l’ordre du jour du Conseil diffusé mardi soir par l’Elysée.

Le gouvernement a rétabli depuis samedi sur l’ensemble du territoire par décret ce régime d’exception, qui avait été levé le 10 juillet dernier.

Au-delà d’un mois, sa prorogation doit être autorisée par la loi, d’où ce texte au menu du Palais Bourbon en première lecture. Il devra ensuite faire la navette avec le Sénat.

Ce régime juridique exceptionnel autorise, si nécessaire, à restreindre les déplacements ou à instaurer des confinements de la population.

Le projet de loi « autorisant la prorogation », pour une durée qui n’a pas encore été indiquée, et « portant diverses mesures de gestion de la crise sanitaire » pourrait contenir des dispositions d’urgence concernant les commerces ou les locataires par exemple, ou des habilitations à légiférer par ordonnance.

Un 4e projet de loi de finances rectificative a aussi été ajouté à l’ordre du jour, le 10 novembre. Il devrait contenir de nouvelles mesures de soutien aux secteurs ou ménages pénalisés par la crise.

Seule la moitié des députés au maximum peuvent siéger, pour raisons sanitaires. L’Assemblée s’est aussi adaptée au couvre-feu nocturne instauré depuis le week-end dernier dans les grandes métropoles: la buvette des parlementaires ferme désormais à 21H00, et la pause du soir a été avancée (de 19H30 à 21H00, au lieu de 20H00 à 21H30).

Les députés sont des travailleurs de nuit, surtout pour les textes budgétaires en cours dont les délais d’adoption sont fixés par la Constitution. Le droit commun s’applique: parlementaires et personnels terminant leurs tâches durant le couvre-feu doivent produire une attestation, comme tout habitant de la région parisienne.

10h30: Le point sur la situation ce matin

L’Irlande devient mercredi le premier pays de l’Union européenne à reconfiner toute sa population alors que le continent, frappé par la deuxième vague de la pandémie, multiplie les restrictions pour endiguer la propagation du Covid-19.

Dans l’espoir de «célébrer Noël correctement», selon les termes du premier ministre Micheal Martin, les Irlandais seront assignés à résidence pour six semaines à compter de mercredi à minuit (23H00 GMT), une première dans l’UE depuis le printemps, mais les écoles resteront ouvertes.

«On demande à tout le monde dans le pays de rester chez soi», a affirmé lundi M. Martin.

Au Royaume-Uni, le Pays de Galles (trois millions d’habitants) sera, lui, soumis à compter de vendredi à un confinement de deux semaines, mesure la plus dure instaurée dans le pays depuis la première vague de Covid-19 du printemps.

En Irlande comme au Pays de Galles, les commerces non essentiels fermeront.

Les Irlandais ne pourront en outre sortir de chez eux pour faire de l’exercice que dans un rayon de cinq kilomètres autour de leur lieu de résidence, sous peine d’amendes.

En Angleterre, Manchester (2,8 millions d’habitants) a été placée mardi en niveau d’alerte «très élevé», ce qui implique notamment la fermeture des bars et pubs ne servant pas à manger et des restrictions de déplacement.

Les signaux sont au rouge aussi en Italie, où deux régions, la riche Lombardie - la région de Milan, dans le nord - et la Campanie - celle de Naples, dans le sud - vont instaurer un couvre-feu, à partir de jeudi de 23H00 à 05H00 pendant trois semaines pour la première, et à partir de vendredi à 23H00 pour la deuxième.

Premier pays d’Europe frappé par la pandémie au printemps, l’Italie connaît depuis vendredi une forte hausse des contaminations (plus de 10.000 par jour). La Lombardie, son poumon économique, est à nouveau la plus touchée.

La Campanie, avec un système sanitaire moins efficace, se trouve dans une position plus difficile.

La situation est encore plus mauvaise en France, qui a recensé mardi 163 nouveaux décès et plus de 20.000 nouveaux cas

Les grandes métropoles dont Paris, soit 20 millions de personnes, sont soumises à un couvre-feu de 21H00 à 06H00 depuis ce week-end.

Le nombre des malades du Covid-19 en réanimation a dépassé les 2.000 personnes, seuil jamais atteint depuis mai. «Les chiffres montent désormais très vite, trop vite», s’est alarmée l’Agence de santé de la région parisienne.

Un couvre-feu est aussi entré en vigueur mardi en Slovénie : les deux millions d’habitants n’auront pas le droit de sortir entre 21H00 et 06H00.

En Espagne, la ville de Burgos (nord) rejoint dans la nuit de mardi à mercredi la liste de plus en plus longue des municipalités partiellement bouclées. La région de Navarre (nord) subira le même sort à partir de jeudi.

Or, si les restrictions se prolongent dans les régions de Madrid et Catalogne (40% du PIB espagnol à elles deux), l’impact sur l’économie sera «très négatif», affirme Iñigo Fernandez de la Mesa, vice-président de l’organisation patronale CEO.

Sur le front du vaccin, des chercheurs britanniques ont annoncé mardi qu’ils comptaient infecter des volontaires de 18 à 30 ans avec le nouveau coronavirus pour faire avancer la recherche dans le cadre d’une étude de l’Imperial College de Londres.

La Chine, elle, a annoncé mardi avoir testé des vaccins sur 60.000 personnes dans plusieurs pays, assurant qu’aucun sujet n’avait ressenti d’effets indésirables.

La pandémie a fait au moins 1.119.590 morts dans le monde depuis fin décembre, dont plus de 252.000 en Europe, selon un bilan établi par l’AFP mardi. Plus de 40.416.800 cas d’infection ont été diagnostiqués.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec au moins 220.940 décès, suivi par le Brésil (154.837 morts), l’Inde (115.197), le Mexique (86.338) et le Royaume-Uni (43.726).

Ces bilans sont probablement sous-évalués, comme le montre une étude américaine des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) publiée mardi, selon laquelle la surmortalité liée à la pandémie aux Etats-Unis a en réalité été de 300.000 personnes.

L’épidémie y rend aussi inenvisageable avant au moins plusieurs semaines la réouverture des nombreux parcs d’attraction de Californie comme Disneyland, les autorités sanitaires ayant édicté mardi des protocoles très stricts.

En revanche, les chances de parvenir à un accord sur un plan de soutien économique aux Etats-Unis avant l’élection présidentielle du 3 novembre ont augmenté : «Nous nous approchons d’un accord», a estimé la cheffe de l’opposition démocrate Nancy Pelosi mardi, se disant «optimiste».

En Asie, après un confinement strict de mars à juin qui a laissé des millions de gens au bord de la famine, l’Inde, confrontée à un choix cornélien, a décidé de reprendre le travail.

«Les gens doivent choisir entre mourir de faim ou risquer d’attraper un virus qui peut, ou pas, les tuer», explique Sunil Kumar Sinha, économiste de l’agence India Ratings and Research à Bombay.

06h46: En France, le nombre de malades actuellement en réanimation a dépassé les 2.000 personnes, un seuil qui n'avait pas été atteint depuis mai, selon les chiffres officiels, qui font en outre état de 163 morts en 24 heures (33.883 décès au total).

05h45: Alors que la Lombardie, la riche région du nord de l'Italie la plus touchée par la pandémie, et la Campanie, la région de Naples (sud), s'apprêtent à instaurer un couvre-feu nocturne jeudi et vendredi, la région du Piémont a annoncé mardi la fermeture des centres commerciaux le samedi et le dimanche. Seules les pharmacies et la partie alimentaire resteront ouvertes. En Slovénie, un couvre-feu entre également en vigueur ce mardi, les deux millions d'habitants n'ayant plus le droit de sortir entre 21h00 et 06h00.

En Espagne, c'est au tour de la ville de Burgos (nord) de rejoindre dans la nuit de mardi à mercredi la liste de plus en plus longue des municipalités partiellement bouclées. La région de Navarre subira le même sort à partir de jeudi. Par ailleurs, le gouvernement s'est dit prêt à discuter avec l'opposition de l'imposition d'un couvre-feu pour freiner la hausse des cas, une mesure que pourrait solliciter la région de Madrid, durement touchée par la pandémie.

05h11: En Hongrie, après un état d'urgence strict au printemps, le gouvernement de Viktor Orban a lâché du lest face à la deuxième vague, laissant la vie se dérouler quasi normalement dans le pays, qui a par ailleurs fermé ses frontières. Relativement épargnée en début d'année, la Hongrie affiche pourtant désormais l'un des taux de mortalité les plus élevés de l'Union européenne par million d'habitants et les contaminations se multiplient, à l'image de la ministre de la Justice, Judit Varga, testée positive mardi soir.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de PhilRAI
23/octobre/2020 - 13h07
Razlebol a écrit :

A PhilRAI

Ton discours ne tient plus la route, la fête est finie. J'espère pour toi que ton discours tu le garde pour ce blog, et pas dans ta vie de tout les jours. Les gens vont chercher des responsables a ce foutoir, le gouvernement bien sur, les Toussaint, Toubiana, Péronne et Raoult aussi, mais aussi les gens comme toi qui ont diffuser ce genre de message. Les gens vont chercher des boucs émissaires pour minimiser leurs propres part de responsabilités.

Bon courage a toi.

Et Pour la énième fois

Les généralistes font aussi bien que Raout, son traitement est inutile. 

Vous ne donnez toujours aucun argument contre les miens, rien sur la magouille CT des tests PRC qui permet de créer une vague artificielle de faux positifs, rien sur la magouille du calcul des % de positifs qui fait monter mécaniquement le taux, et vos propos sur le succès du protocole Raoult ne tiennent pas la route devant les faits à savoir ses 0,5% de décès seulement.

Je crois en effet qu'il risque fort d'y avoir un retour de flamme judiciaire contre ceux qui interdisent aux généralistes d'utiliser des médicaments efficaces et qui trompent l'opinion avec des tests PCR bidouillés. 

Portrait de PhilRAI
22/octobre/2020 - 19h54
Razlebol a écrit :

Arrêter de lire PhilRAI.

Il poste ces mêmes messages sur tous les sujet Covid.

Tout ce qu’il avance les tests, Raoult, ce qui se passe dans les hôpitaux, tout est bidon dans ce qu’il avance.

L’escroc c’est lui, maintenant reste à savoir qui il est vraiment, troll pro Raoult ( Allez vérifier certains sont même payés pour ça)? Militant politique quelconque? Troll Russe?

Mais on le saura bientôt.

Oui, les mêmes messages parce que la situation ne change pas, à savoir que le nombre d'amplifications (CT), paramètre fondamental des tests PCR n'est toujours pas donné, refus des laboratoires. Or ce CT s'il est trop élevé peut impliquer un nombre énorme de faux positifs, donc créer une épidémie de toutes pièces. Pour me contredire, c'est simple, que les labos donnent systématiquement le CT avec les résultats, et vu la situation qu'un audit soit fait pour vérifier la réalité des chiffres donnés.

Raoult et bien d'autres utilisent avec succès l'hydroxychloroquine et l'azithromycine. Les chiffres sont clairs. Il faut que les généralistes retrouvent leur liberté de prescription, que les bureaucrates du gouvernement arrêtent de leur dicter ce qu'ils doivent faire. Chaque patient doit être en mesure de choisir un traitement avec l'aide du généraliste en toute connaissance de cause. Que les fanatiques du paracétamol prennent du paracétamol et arrêtent d'empêcher les autres de prendre un traitement qui a fait ses preuves. C'est aussi cela la liberté.

 

Portrait de PhilRAI
22/octobre/2020 - 10h52

L'escroquerie continue !

Elle s'appuie sur des résultats de tests PCR sans aucune signification vu qu'on ne donne pas le nombre d'amplifications (le CT) et que passé 35 le nombre de faux positifs monte en flèche et peut aller jusqu'à 100 % de faux positifs. De plus il ne détecte que des morceaux d'ADN, impossible de savoir si le virus est vivant, mort ou s'il ne s'agit que de débris ni si le patient est malade. Les laboratoires refusent de donner ce CT indispensable à la compréhension du test. C'est un fort indice qu'il y a une magouille pour ajuster le nombre de positifs en fonction des besoins.

Le % de positifs est donné en supprimant les cas qui ont déjà été testés une fois négatifs. Ce qui fait que mécaniquement le % de positifs augmente, c’est redoutablement efficace, plus il y a de négatifs répétés plus le taux de positifs monte. Je l’ai vérifié avec les chiffres officiels. Il y a une distinction entre le nombre de personnes testées (sans les négatifs répétés) et le nombre de tests réalisés.

Les patients hospitalisés pour n'importe quoi mais qui ont un test positif passent covid et donc rentrent dans la statistique covid alors même qu'il n'ont aucun symptôme et qu'ils ne sont pas hospitalisés pour cela. Idem pour les réanimations et les décès.

Enfin, le traitement qui guérit les patients existe, à base d’hydroxychloroquine et d’azithromycine, déjà utilisé depuis des années contre les pneumopathies, il est proposé entre-autres par Raoult à Marseille : Son taux de décès parmi les malades avérés est de 0,5% actuellement, 4% pour la France entière (19% en avril contre 0,6% pour Raoult) !  Voir aussi la vidéo du docteur Erbstein Un médecin généraliste témoigne. "Je ne pouvais pas les laisser mourir !". Mais ce traitement est soigneusement ignoré ou diabolisé, il permettrait de résoudre le problème en quelques semaines. Une pression énorme est faite sur les médecins pour qu’ils ne prescrivent pas ces médicaments et sur les pharmaciens pour qu’ils ne les délivrent pas. C’est de la non assistance à personnes en danger.

Les hôpitaux sont régulièrement saturés, depuis plusieurs années, le covid n’y est pour rien. D’ailleurs les hôpitaux s’arrangent toujours pour avoir un maximum de lits occupés pour éviter leur suppression.

 

Portrait de Wouhpïnaise
21/octobre/2020 - 18h16
pommedadam a écrit :

Tant mieux! Il était temps que la province goûte elle aussi aux joies du couvre-feu et du confinement. Ca leur fera les pieds à ces campagnards du dimanche.

????

Portrait de pommedadam
21/octobre/2020 - 17h30

Tant mieux! Il était temps que la province goûte elle aussi aux joies du couvre-feu et du confinement. Ca leur fera les pieds à ces campagnards du dimanche.

Portrait de jeanseb54
21/octobre/2020 - 17h03 - depuis l'application mobile

Quel bande de guignols incompétents!! Pourquoi faire des annonces dans le vent, autant dire tout de suite quels sont les départements concernés, que les gens commencent à s’organiser, je me demande si le but n’est pas d’être sur de passer à la tv tous les jours pour se faire mousser!

Portrait de Chapeau noir
21/octobre/2020 - 15h35

Il fait bon manger...sans masque !

Rendez-moi mon étoilesmiley

Portrait de Sébastien31
21/octobre/2020 - 14h11 - depuis l'application mobile

et après le reconfinement de pire en pire.

Portrait de seb2746
21/octobre/2020 - 14h07

Pendant ce temps là, les CHIFFRES Insee onnent quasi le même nombres de mort cette année que les 3 dernières...

Portrait de Marie-Octobre
21/octobre/2020 - 14h04

C'est la valse de la connerie...

un coup par çi un coup par là !

Portrait de COLIN33
21/octobre/2020 - 13h31 - depuis l'application mobile

pour nous ce sera en décembre si rien ne change

Portrait de COLIN33
21/octobre/2020 - 13h31 - depuis l'application mobile

pour nous ce sera en décembre si rien ne change

Portrait de preshovich
21/octobre/2020 - 12h27

on va encore inviter l’éminent spécialise Martin Blachier qui change de version toutes les semaines et qui expliquait il y a 15 jours sur cnews (notamment) qu'on avait atteint un plateau .  la semaine derniere sur lci selon lui les chiffres etaient probablement  "victimes" d'un bug  smiley