20/10 15:44

Assassinat de Samuel Paty : Le Premier ministre Jean Castex souhaite la création "d'un délit de mise en danger d'autrui" sur les réseaux sociaux

15h43: Le Premier ministre Jean Castex souhaite la création "d'un délit de mise en danger d'autrui" sur les réseaux sociaux. L'annonce a été faite cet après-midi devant les députés à l'Assemblée nationale.

15h00: Une nouvelle minute de silence a eu lieu dans l’hémicycle, en début de séance. Une grande partie des questions au gouvernement va être consacrée à cet attentat islamiste survenu vendredi dans les Yvelines.

14h48: Réunis sur les marches du Palais Bourbon, l’ensemble des députés, ceints de leur écharpe tricolore et masque anti-Covid sur le visage, ont observé mardi une minute de silence en hommage au professeur Samuel Paty. (voir vidéo en cliquant ICI).

Sur fond de drapeaux en berne et de devise républicaine affichée devant les colonnes du Palais Bourbon, le président de l’Assemblée Richard Ferrand (LREM) a invité à cette minute de silence en mémoire de ce professeur « sauvagement assassiné ». La Garde républicaine a ensuite joué quelques mesures de la Marseillaise.

De l’extrême gauche avec Jean-Luc Mélenchon, à l’extrême droite avec Marine Le Pen, tout le spectre politique était représenté.

14h00: Un collégien, déjà placé en garde à vue dimanche dans l’enquête antiterroriste sur l’assassinat en région parisienne de l’enseignant Samuel Paty avant d’être relâché, a été à nouveau placé en garde à vue mardi, a-t-on appris de source judiciaire.

Seize personnes étaient donc en garde à vue dans ce dossier mardi en milieu de journée, parmi lesquelles cinq collégiens.

Une source proche du dossier expliquait lundi à l’AFP que l’enseignant assassiné a été « désigné » à l’assaillant, Abdoullakh Anzorov, un réfugié d’origine russe tchétchène de 18 ans, « par un ou plusieurs collégiens, a priori contre une rémunération ».

Les gardes à vue visent donc à déterminer les responsabilités éventuelles des collégiens en la matière, d’après la même source.

Une personne « déjà condamnée pour des faits de terrorisme et qui déclare spontanément avoir été en lien avec l’auteur quelque temps avant les faits » a également été placée en garde à vue lundi.

Les 10 autres gardes à vue sont celles qui avaient commencé depuis vendredi soir et dans le week-end.

Tout d’abord, l’entourage familial, avec les parents, le grand-père et le petit frère de l’assaillant, interpellés à Evreux (au nord-ouest de Paris).

Est également questionné le père de l’élève qui avait appelé à une mobilisation contre l’enseignant qu’il dénonçait pour avoir montré des caricatures de Mahomet dans un cours sur la liberté d’expression. Le parent d’élève a été interpellé à Chanteloup-les-Vignes, en région parisienne.

L’homme qui l’avait accompagné au collège pour se plaindre du professeur et avait interviewé sa fille dans une vidéo, le militant islamiste Abdelhakim Sefrioui, actif en France depuis le milieu des années 2000, ainsi que sa compagne, le sont également.

Enfin, trois personnes ayant été en contact avec l’agresseur, qui se sont présentées spontanément au commissariat d’Evreux vendredi soir, sont aussi en garde à vue.

Parmi celles-ci, selon une source proche du dossier, une personne soupçonnée d’avoir convoyé l’assaillant, et une autre personne soupçonnée de l’avoir accompagné lors de l’achat d’une de ses armes.

Selon la source proche du dossier, plusieurs proches ont déclaré en garde à vue que la radicalisation d’Abdoullakh Anzorov date de « quelques mois à plus d’un an ».

Son entourage familial a indiqué aux enquêteurs qu’Anzorov avait « évoqué la polémique » visant le professeur mais pas son acte macabre à venir.

12h00: En dehors des hommages, le gouvernement multiplie les annonces et les initiatives. Mardi matin, la ministre déléguée à la citoyenneté, Marlène Schiappa, a reçu les patrons France des réseaux sociaux et des plateformes dans le cadre de la «lutte contre le cyber-islamisme».

Le chef de l’Etat se rend mardi après-midi à Bobigny pour y présider une séance de la Cellule de lutte contre l’islamisme et le repli communautaire (CLIR) et faire le bilan des résultats en Seine-Saint-Denis, accompagné du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

Lundi soir, M. Darmanin avait annoncé avoir demandé au préfet de Seine-Saint-Denis de fermer la mosquée de Pantin, qui avait notamment relayé sur sa page Facebook une des vidéos dénonçant le cours sur les caricatures de Samuel Paty. La fermeture de la mosquée sera effective mercredi soir, selon l’entourage du ministre.

Il a également demandé aux préfets de «faire preuve d’une vigilance accrue» autour des établissements scolaires.

Le ministre de l’Intérieur a précisé que 51 associations proches de l'«islamisme radical» étaient dans le collimateur des autorités et annoncé que plusieurs d’entre elles seraient dissoutes en Conseil des ministres, citant nommément le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) et l’association humanitaire BarakaCity, deux associations de défense et d’aide des musulmans.

«Faute de ne rien trouver contre notre ONG», le ministre de l’Intérieur «profite de l’émotion suscitée suite au drame de Conflans», a dénoncé BarakaCity, ajoutant qu’elle contesterait toute dissolution en justice. Le CCIF, qui comme BarakaCity nie tout penchant extrémiste, dément lui fermement avoir relayé des messages sur M. Paty qui ont circulé avant son assassinat.

A Conflans-Sainte-Honorine, où parents, élus ou simples citoyens viennent spontanément depuis samedi rendre hommage à l’enseignant en déposant fleurs ou messages devant l’établissement scolaire, des imams ont exprimé leur «colère» et leur «honte» devant le collège lundi. Il est «très important de venir ici pour montrer notre chagrin, montrer que ce qui s’est passé ici n’est pas l’islam. C’est le fait de voyous qui n’ont rien à voir avec l’islam», a déclaré Kemadou Gassama, imam à Paris.

Dimanche, des dizaines de milliers de personnes s’étaient déjà rassemblées partout en France pour défendre la liberté d’expression et dire non à «l’obscurantisme».

10h02: Le point sur la situation ce matin

Les autorités françaises vont faire fermer d’ici mercredi soir la mosquée de Pantin, en région parisienne, pour avoir notamment relayé une vidéo dénonçant un cours de Samuel Paty, le professeur assassiné vendredi, pendant lequel il avait montré des caricatures de Mahomet.

« Le délai d’exécution de la fermeture est de 48 heures, donc la mosquée sera fermée mercredi soir », a indiqué à l’AFP une source proche du dossier, une information confirmée par l’entourage du ministre de l’Intérieur.

Gérald Darmanin a annoncé lundi soir sur la chaîne télévisée TF1 avoir « demandé au préfet de Seine-Saint-Denis (département où se trouve Pantin, ndlr) de faire fermer la mosquée de Pantin », située en banlieue nord de Paris.

L’établissement sera fermé pour une durée de six mois, et la notification de fermeture a été transmise dès lundi soir, a précisé la première source.

Cette notification de fermeture met en avant deux griefs: la personnalité de l’imam qui officie dans cette mosquée accueillant environ 1.500 fidèles, et le partage d’une vidéo sur sa page Facebook, selon une autre source proche du dossier.

Partagée le 9 octobre, cette vidéo montre le père d’une élève du collège du Bois d’Aulne à Conflans-Sainte-Honorine, au nord-ouest de Paris, indigné d’un cours sur la liberté d’expression dispensé le 5 octobre par Samuel Paty.

Une dizaine de jours plus tard, le professeur d’histoire-géographie était décapité en pleine rue par un Russe tchétchène de 18 ans à Conflans-Saint-Honorine.

« Je ne valide pas la première partie (de la vidéo) dans laquelle il parle des caricatures, mais la deuxième partie, quand les musulmans ont été pointés dans la classe » a fait « peur » à de nombreux musulmans, craignant « le début d’une nouvelle discrimination », s’est expliqué lundi M’hammed Henniche, le responsable de la mosquée de Pantin.

« Bien sûr que c’est une maladresse quand on regarde a posteriori », a-t-il reconnu.

Le ministre a par ailleurs affirmé que l’imam de cette mosquée avait ses enfants « scolarisés » dans une école clandestine, fermée début octobre à Bobigny, près de Pantin. « Des enfants de 2 à 6 ans portaient le hijab, sans cours de récréation, sans fenêtre, sans professeur », a souligné Gérald Darmanin.

A la suite de l’assassinat, M. Darmanin a promis « une guerre contre les ennemis de la République » et lancé une série d’opérations visant la mouvance islamiste. Quinze personnes étaient toujours en garde à vue mardi matin dans l’enquête sur l’assassinat de Samuel Paty.

06h59: M'hammed Henniche, le responsable de la grande mosquée de Pantin mis en cause, à propos de cette fermeture. a affirmé cette nuit à l'AFP que « la fachosphère a pris une dimension telle que l'exécutif est obligé de suivre ». « Il y a une certaine tension donc l'exécutif est dans une position où il faut qu'il fasse des gestes forts, c'est un geste pour absorber l'émotion, pour réagir », a aussi souligné l'imam, pour lequel « on est entrés dans un engrenage, où on n'est plus dans la modération. On est partis dans quelque chose qui dépasse tout le monde"

06h39: Gérald Darmanin a annoncé, hier soir sur TF1, avoir demandé au préfet de Seine-Saint-Denis de fermer la mosquée de Pantin, qui avait notamment relayé sur sa page Facebook une vidéo dénonçant le cours sur les caricatures de Mahomet de Samuel Paty, le professeur assassiné vendredi 16 octobre:  "J'ai demandé au préfet de Seine-Saint-Denis de faire fermer la mosquée de Pantin", a déclaré le ministre de l'Intérieur lors du journal télévisé de TF1, précisant que le préfet devait "signer ce [lundi] soir son interdiction".

"Son dirigeant a relayé le message qui consistait à dire que ce professeur devait être intimidé, en relayant d'ailleurs l'adresse du collège", a poursuivi Gérald Darmanin. L'établissement sera fermé "six mois", a-t-il aussi indiqué.

En marge de l'enquête, "34 opérations de police" ont été lancées lundi contre des individus et associations proches de la mouvance islamiste, a indiqué sur TF1 Gérald Darmanin. Ces opérations se poursuivront à raison d'une vingtaine par jour pour "harceler" et "déstabiliser" cette mouvance, a précisé son entourage. 

Dès lundi, M. Darmanin a précisé que 51 associations proches de cette mouvance étaient dans le collimateur des autorités et annoncé que plusieurs d'entre elles seront dissoutes en Conseil des ministres, citant nommément le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) et l'association humanitaire BarakaCity. "La folie s’empare du ministre de l’intérieur qui faute de ne rien trouver contre notre ONG profite de l’émotion suscitée suite au drame de Conflans", a répliqué BarakaCity sur Facebook.

.

.

05h23: L'exécutif a lancé lundi une série d'opérations visant la mouvance islamiste et promet "une guerre contre les ennemis de la République", trois jours après l'assassinat sauvage de Samuel Paty qui a donné lieu à de nouvelles arrestations. Quinze personnes, dont quatre collégiens, étaient lundi soir en garde à vue, interrogées par les enquêteurs antiterroristes qui cherchent à établir si le meurtrier, un Russe tchétchène de 18 ans tué par la police, a bénéficié de complicités.

Selon une source proche du dossier, M. Paty a été "désigné" à l'assaillant, Abdoullakh Anzorov, "par un ou plusieurs collégiens, a priori contre une rémunération".

Parmi les nouveaux gardés à vue figure également un homme condamné pour terrorisme, qui déclare "spontanément avoir été en lien avec l'auteur quelque temps avant les faits", selon une source judiciaire.

Décapité vendredi près du collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) où il enseignait, Samuel Paty a été visé, selon Gérald Darmanin, par une "fatwa" lancée par un parent d'élève et un prédicateur --tous deux en garde à vue-- pour avoir montré des caricatures du prophète Mahomet lors d'un cours sur la liberté d'expression.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Lolek et Bolek
20/octobre/2020 - 14h32
Vigilence-nationale a écrit :

Ce sont les salafistes qui sont fascistes 

Ils n'ont rien à faire chez nous, qu'ils dégagent !

Les salafistes sont en arabie saoudite et Macron genoux à terre baisant leur mains leurs vend des armes. Les francais ont tellement besoin d'argent ( 1 millions de pauvres qui continuerons d'etre pauvre). En tchechenenie y a pas d'accord commerciaux...ouf tant mieux. Les francais soutiennent le Roi d'Arabie, La blonde la première à y s'y frotter d'excitation. Leurs argents achetent vos émotions.

Le mot d'ordre : "pleurer comme des crocodiles"

Portrait de censure64
20/octobre/2020 - 14h07

J'espère que le sort de cet Imam sera réglé dans 6 mois !  Et que les musulmans ne vont pas laisser une minorité de fanatiques salir leur religion. Comme pour la délinquance, c'est toujours une minorité qui fout la merde, crée des problèmes, fait de l'intimidation, alors que la majorité veut vivre tranquille et en paix avec tout le monde. Réveillons nous, dénonçons tous les porteurs de haine, tous ceux qui montent les uns contre les autres et que la justice surtout fasse son travail. Il faut que l'on se parle et pas laisser certains parler à notre place.

Portrait de Franck64
20/octobre/2020 - 13h38

Dégage l imam , vivement mercredi .

Portrait de Lamikaouete
20/octobre/2020 - 12h34

Coincidence ou pas mais il y a beaucoup de similtudes entre ce genre de discours victimaire et la façon dont agissent les batteurs de femme... ils jouent sur la culpabilistion de l'autre alors que ce sont eux qui agressent...

Portrait de RODGER17
20/octobre/2020 - 12h09

ça tombe bien : dans la fachosphère, il y a le terrorisme islamiste

Portrait de seb2746
20/octobre/2020 - 11h54

Par contre, on explique comment que la France à donner de l'argent à des assos terroristes depuis des années ? aussi bien islamiste que sioniste ? et qu'elle continue à ce jour...

Qu'on fait un procès à un coq mais qu'on libère +200 terroristes anti-Français...

Y'a des trucs qui tournent pas rond niveau justice et prise de parole là.

Portrait de geneve
20/octobre/2020 - 10h45

Le mot fatal "fachosphère"... le mot fourre-tout ; quand on a dit ça on a tout dit... Quelle blague et quelle mauvaise foi ! Non, monsieur, pas la fachosphère, les FRANCAIS, tout simplement qui en ont assez.

Assez, qu'après vous avoir accueilli, vous vouliez changer notre façon de vivre et nous imposer la vôtre ! 

Vous dites « on est entrés dans un engrenage, où on n'est plus dans la modération." Vous trouvez que scalper un professeur d'école est "la modération"... On rêve ! Les Français commencent à prendre conscience de la gravité de cette islamisme qui devient de plus en plus dérangeant pour le citoyen lambda... ce citoyen qui risque de se faire trucider, pour avoir simplement fait son travail.

Il est temps que cela change, s'il n'est pas trop tard !smiley

 
Portrait de Bien Fait
20/octobre/2020 - 10h42

MDR, célafotofachos !! Mais coco, si les fachos étaient aussi forts que ca, il y a longtemps que ton clapet aurait été fermé...

C'est, bien au contraire, la faiblesse de l'Etat qui permet à des dangers comme ce recteur de répendre son poison dans les médias et les esprits. Il est grand temps que ca change, il y a eu assez de victimes depuis des années.

Portrait de satine1
20/octobre/2020 - 10h06
al-mansur a écrit :

Je pense que cet imam cède aux sirènes du populisme et devraient sans doute revoir sa définition du fascisme. L'islamisme est une idéologie fasciste et totalitaire qui appelle une condamnation pleine et entière.

La dernière fois que nos démocraties ont négocié avec une organisation fasciste (Munich 1938 ), ce ne fut que reculé pour mieux plongé dans une guerre. 

Une démocratie doit aussi savoir agir avec fermeté pour se défendre et défendre ses valeurs. Lorsque Daladier est revenu avec les accords de Munich, les français l'ont acclamé. Sa réaction fut : "quels cons!" car il a compris que les démocraties avaient failli.

A nous de tirer les leçons du passé et sachons combattre toutes les formes de l'islamisme. A l'Etat de le condamner au même titre que le nazisme. JM Le Pen a été condamné à juste titre pour avoir tenu des propos négationnistes. Toutes les personnes qui tiennent des propos islamistes ou partagent des vidéos devraient être condamnées avec la même fermeté car ils ne valent pas mieux que lui. 

100% d’accord avec vous !

Merci pour ce poste intelligent et documenté qui reflète la vérité. 

Portrait de Sorj
20/octobre/2020 - 09h48

Complètement bornés. De plus en plus dépassés.

Ça fait 30 ans qu’ils vivent à crédit avec ce truc là.

Ils n’ont pas encore compris que c’est fini la culpabilisation ?

On s’en fiche de se faire insulter, traiter de fachistes et de tout ce qu’ils veulent d’ailleurs dès qu’on s’oppose à leur idéologie.

Ça glisse.

« On est partis dans quelque chose qui dépasse tout le monde »

De quoi il parle là ? Des débordements de ses troupes fanatisées ?

On a bien remarqué que ça déborde de leur côté, merci.

Portrait de djbaxter
20/octobre/2020 - 09h17

Est-ce à dire qu'appliquer les lois existantes en France serait du fascisme ? Préfèrent-ils les coups de latte des policiers pour un oui ou pour un non de l'autre côté de la Méditerranée ? Ces professionnels de la victimisation !

Portrait de lecroco
20/octobre/2020 - 08h24

Je ne sais si votre pseudo est le reflet de qui vous etes, mais  je ne peux que vous approuver et surtout regretter que peu de personnes fassent comme vous.

Il est vrai que la justice n'incite pas trop les citoyens, quelques soient leurs origines, a agir contre l'islamisme, car s'il y a quelques degats collatéraux, l’expérience nous montre que le citoyen honnête aura toujours tort. Malheureusement.

Portrait de al-mansur
20/octobre/2020 - 08h09

Je pense que cet imam cède aux sirènes du populisme et devraient sans doute revoir sa définition du fascisme. L'islamisme est une idéologie fasciste et totalitaire qui appelle une condamnation pleine et entière.

La dernière fois que nos démocraties ont négocié avec une organisation fasciste (Munich 1938 ), ce ne fut que reculé pour mieux plongé dans une guerre. 

Une démocratie doit aussi savoir agir avec fermeté pour se défendre et défendre ses valeurs. Lorsque Daladier est revenu avec les accords de Munich, les français l'ont acclamé. Sa réaction fut : "quels cons!" car il a compris que les démocraties avaient failli.

A nous de tirer les leçons du passé et sachons combattre toutes les formes de l'islamisme. A l'Etat de le condamner au même titre que le nazisme. JM Le Pen a été condamné à juste titre pour avoir tenu des propos négationnistes. Toutes les personnes qui tiennent des propos islamistes ou partagent des vidéos devraient être condamnées avec la même fermeté car ils ne valent pas mieux que lui.