07:16

Professeur décapité - Ecoutez ce père de famille, dont le fils était en classe avec ce prof, qui explique que l'enseignant était respectueux des croyances de chacun - Vidéo

Ecoutez ce père de famille dont le fils était en classe avec ce professeur et qui explique que ce professeur était respectueux des croyances de chacun et que si il a demandé aux élèves musulmans qui le souhaitaient de sortir, c'était justement pour ne pas les choquer avant de leur montrer les carricatures dans le cadre d'un cours sur la liberté d'expression.

Pourtant, ce professeur d'histoire-géographie, qui avait montré à ses élèves des caricatures de Mahomet, a été décapité près d'un collège vendredi à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) dans "un attentat terroriste islamiste caractérisé", pour Emmanuel Macron, trois semaines après l'attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo. 

"Ils ne passeront pas. L'obscurantisme ne gagnera pas", a martelé, ému, le chef de l'Etat, à l'adresse des islamistes radicaux, lors d'une déclaration à la sortie du collège du Bois d'Aulne de Conflans-Sainte-Honorine où travaillait la victime.

Le président de la République, entouré par les ministres de l'Intérieur, Gérald Darmanin, et de l'Education, Jean-Michel Blanquer, a appelé "la nation toute entière" à se ranger aux côtés des enseignants pour les "défendre". "Ce soir, c'est la République qui est attaquée avec l'assassinat ignoble de l'un de ses serviteurs, un professeur", avait réagi plus tôt sur Twitter M. Blanquer, qui recevra samedi les représentants des personnels et des parents d'élèves.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de burrito92
17/octobre/2020 - 19h11
KenShiro a écrit :

Le problème c'est qu'un prof soit obligé de demander à des élèves musulman de partir pour ne pas les choquer, alors que l'on a pas à le faire, en France le droit de blasphémer étant l'un des piliers de la Laïcité.

Je ne pense pas que pour un dessin humoristique montrant Jésus on prendrait tant de pincette et on n'aurait pas à le faire, ce qui est normal. Cela prouve bien le problème de cette religion qu'est l' islam, inadaptée et qui ne veut pas s'adapter, mais veux nous imposer son dogme.

Pensez-vous que l'homme qui témoigne soit un inadapté? Je ne le pense pas. Et pourtant, il est musulman et vient remettre  un peu de vérité dans les propos de ce pauvre professeur. L'Islam n'est pas le problème. Le problème est la mentalité dévoyée d'une poignée de tarés qui ne comprennent rien à rien à la religion. Certains ne comprennent rien et apprennent  de certains ignorants des dogmes faussés qu'ils finiront par apprendre à d'autres benêts.

 

Soit dit en passant, je suis croyant, de confession musulmane. Je ne suis en aucun cas contre le blasphème. Chacun cherche midi à sa porte. Chacun est libre de croire ou de ne pas croire et chaque croyant est libre de croire à ce qu'il veut. On ne peut forcer un individu à croire à ses croyances et surtout pas de croire. Et pour une personne athée, blasphémer ne prête à rien de plus qu'à ironiser sur ce qui est du ressort de l'inconcevable pour elle.

Le prophète Mohammed, était de son temps dénigré et caricaturé, il demandait à ce qu'on fasse preuve de compassion et de pardon. Et soit dit en passant Jésus est un prophète de Dieu au même titre que Mohammed, Abraham ou Moïse. J'ajoute cela simplement par rapport à votre remarque sur le blasphème de Jésus. Et Dieu sait, combien les catholiques ont subit le blasphème!

Alors je ne porte pas rigueur à ceux qui font usage de blasphème. Mes amis sont variés en origines et croyances. Parmi eux, bon nombre sont athées. Une de mes amies me dit, qu'elle ne croit pas en Dieu. On vit, on meurt, c'est tout me dit-elle. Soit, je respecte son choix. J'ai participé en tant qu'invité à différentes fêtes religieuses à Noël, Pessah, Diwali... Et si nous sommes tous différentes dans nos choix et convictions spirituelles, je suis certain que cela fait parti du dessein de Dieu. Il est dit que Dieu a fait de nous plusieurs communautés au lieu d'une seule, pour que nous puissions aller à la rencontre de l'autre.

Alors tout ça pour dire que oui je suis musulman et que non l'islam n'est pas le problème, et que de par mon éducation, je ne juge pas le blasphème car chacun ses croyances. Et aller vers l'autre quelles que soient ses croyances ou son incroyance ne m'a jamais rebuté car je n'y pense tout simplement pas, et au final on se retrouverait bien seul. On est comme tout un chacun, du moins pour la grande majorité.

Portrait de KenShiro
17/octobre/2020 - 09h01

Le problème c'est qu'un prof soit obligé de demander à des élèves musulman de partir pour ne pas les choquer, alors que l'on a pas à le faire, en France le droit de blasphémer étant l'un des piliers de la Laïcité.

Je ne pense pas que pour un dessin humoristique montrant Jésus on prendrait tant de pincette et on n'aurait pas à le faire, ce qui est normal. Cela prouve bien le problème de cette religion qu'est l' islam, inadaptée et qui ne veut pas s'adapter, mais veux nous imposer son dogme.

Portrait de carino
17/octobre/2020 - 08h03

Le monde est rempli de fous , d'hommes dangereux, de personnes sans scrupules et par des irrespectueux. J'ajouterais par des personnes qui se croient tout permis , sanguins , qui veulent rendre justice eux mêmes pour n'importe quelles motifs et raisons . Au moins on parle de religion et violences au mieux ce sera. C'est le système qui ne veut rien changer et qui est responsable du fait que la situation  reste tendue et délicate . Il faut retrouver la raison , être moins dans la concurrence, suivre pas à pas les citoyens qui ont des difficultés à accepter la divergence d'opinion .Pour cela il faut davantage créer un monde où on s'implique vraiment et non continuer à vivre dans un monde puéril et instable. Les messages classiques qui disent qu'on va tout faire pour combattre la haine ,le mépris et la violence seront vite oubliées et suivies par aucune initiative révolutionnaire.