10/10 12:01

Le Pakistan a interdit hier la très populaire application de partage de vidéos TikTok pour diffusion de contenus "immoraux"

Le Pakistan a interdit hier la très populaire application de partage de vidéos TikTok pour diffusion de contenus "immoraux", après avoir récemment bloqué pour les mêmes raisons les principales applications de rencontre. "L'application n'a pas pleinement respecté les instructions, c'est pourquoi des directives ont été données pour le blocage de l'application TikTok dans le pays", a déclaré l'Autorité des télécommunications du Pakistan (PTA) dans un communiqué. PTA avait précédemment émis deux avertissements à TikTok, lui demandant de bloquer les contenus "immoraux, obscènes et vulgaires".

Vendredi soir, il était devenu impossible de se connecter à TikTok au Pakistan, a constaté l'AFP. Arslan Khalid, un conseiller du Premier ministre Imran Khan chargé des médias numériques, avait récemment affirmé que "l'exploitation, l'objectivation et la sexualisation des jeunes filles sur TikTok" causaient des souffrances aux parents.

Dans un communiqué, TikTok a déclaré "espérer parvenir à un accord qui nous aiderait à servir la communauté en ligne dynamique et créative du pays". "TikTok est une source majeure de divertissement pour les Pakistanais des classes moyennes et inférieures, ainsi que pour les citoyens illettrés, soit la moitié de la population, car il est basé sur la vidéo", a commenté Usama Khilji, un militant des droits numériques, déplorant une violation de la liberté d'expression.

Le Pakistan s'est lancé dans une chasse aux contenus immoraux sur internet et les réseaux sociaux.

Début septembre, il a interdit plusieurs applications de rencontres, dont Tinder et Grindr, pour les mêmes motifs. Fin août, il avait intimé à Youtube, filiale de Google, de bloquer "les contenus vulgaires, indécents, immoraux, les images de nus et les discours de haine". Propriété de la société chinoise ByteDance, TikTok a été interdit au Bangladesh l'an dernier dans le cadre de la lutte contre la pornographie, tandis que l'Indonésie en a brièvement bloqué l'accès pour des raisons de blasphème.

L'application fait également l'objet d'une controverse croissante sur la manière dont elle collecte et utilise les données, bien qu'elle ait nié à plusieurs reprises avoir partagé des informations sur ses utilisateurs avec les autorités chinoises. Elle risque d'être interdite aux États-Unis, après que des responsables ont assuré qu'elle représentait un risque pour la sécurité nationale et que le président Donald Trump a déclaré qu'il voulait la retirer des mains des Chinois. L'Inde voisine a déjà bloqué l'application, ainsi que des dizaines d'autres plateformes mobiles chinoises.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Bdhy
10/octobre/2020 - 19h16

1984 d'Orwell.Les extrémistes islamistes sont en train de rattraper la fiction !