05/10 16:56

Intempéries dans les Alpes-Maritimes: Trois nouveaux corps ont été retrouvés aujourd'hui, portant le bilan à au moins quatre morts

16h56: Le bilan des crues dans l’arrière-pays niçois s’est alourdi lundi avec la découverte de trois nouveaux corps, portant à quatre le nombre de morts retrouvés côté français depuis ces intempéries, a-t-on appris auprès de la préfecture des Alpes-Maritimes.

Après la découverte d’un homme dans sa voiture dimanche à Saint-Martin-Vésubie, un second corps a été retrouvé lundi dans cette commune, l’une des plus touchées par les pluies torrentielles et les crues de vendredi.

Une autre victime a été découverte un peu plus bas dans la vallée de la Vésubie, à Lantosque, et une autre dans la plaine du Var au niveau d’un pont enjambant le fleuve sur la commune de Colomars, a indiqué la préfecture, confirmant des informations de Nice-Matin.

Selon les pompiers, malgré ces découvertes il restait lundi après-midi huit personnes « disparues » qui ont été vues emportées par les flots et 13 autres « recherchées », qui n’ont pas donné de nouvelles depuis vendredi.

Côté italien, un corps a été retrouvé près de la frontière, à Vintimille, selon les pompiers des Alpes-Maritimes, mais il n’avait pas encore été formellement identifié lundi soir par les autorités françaises comme une victime de la vallée de la Roya.

Par ailleurs, cinq corps ont été retrouvés sur les côtes italiennes depuis dimanche. Mais, selon le préfet des Alpes-Maritimes, Bernard Gonzalez, il s’agit de corps en état de « grande décomposition » qui correspondent « très probablement » à des corps des cimetières engloutis.

A quelques centaines de kilomètres de là, dans le Val d’Aoste et le Piémont, deux autres morts sont à déplorer en Italie dans des régions elles aussi touchées par ces pluies torrentielles.

16h15: "Depuis plusieurs jours, les services de l'État sont mobilisés pour venir en aide à la population. D'importants moyens humains sont déjà à pied-d'oeuvre. Aujourd'hui, sur le terrain, ce sont 110 militaires, 550 pompiers, 139 gendarmes et 12 policiers qui viennent au contact jusque dans les zones les plus impactées. Des trinômes constitués d'un gendarme, d'un pompier et d'un agent de la préfecture, vont se rendre, ce jour, dans les douze communes les plus isolées afin de venir en support aux maires et de coordonner les actions de secours", indique dans un communiqué la préfecture des Alpes-Maritimes.

Et d'ajouter : "Des moyens matériels et techniques sont également en cours de distribution comme des packs wifi pour chacune des communes isolées. Des téléphones satellitaires ont également été déployés sur l'ensemble des zones. Ce sont 38 tonnes d'eau et 1 tonne de nourritures qui ont été réparties pour la journée d'hier. 40 groupes électrogènes de diverses puissances ont aussi été branchés. Pour l'heure plus de 400 personnes ont déjà été évacuées dont 206 sur la seule journée du dimanche 4 octobre". 

13h44: Selon Nice Matin, deux nouveaux corps ont été découverts à la mi-journée. "A Colomars, la macabre découverte a eu lieu sur la rive gauche, à proximité de La Manda. L'autre corps a été découvert sur la commune de Lantosque", précisent nos confrères.

Nice Matin ajoute que "huit personnes sont toujours recherchées par les secours qui recensaient également treize présumés disparus"

12h45: Le point sur la situation ce midi

Eau, nourriture pour bébé, aliments, médicaments...: une dizaine de tonnes de produits de première nécessité étaient acheminées lundi matin dans les vallées de l’arrière-pays niçois où les recherches se sont poursuivies pour tenter de retrouver des victimes après les crues meurtrières de vendredi.

«Là-haut, il n’y a plus rien», a expliqué Philippe Pradal, président délégué de la métropole Nice Côte d’Azur, au départ de camions vers les zones les plus isolées depuis la catastrophe.

Grâce à des pistes provisoires, une dizaine de camions devaient transporter des produits essentiels dans une dizaine de communes de l’arrière-pays niçois.

Dans le même temps, plus de 950 pompiers et une douzaine d’hélicoptères étaient toujours mobilisés pour aider les populations frappées par les pluies exceptionnelles de vendredi qui ont fait au moins quatre morts en France et en Italie. Emmanuel Macron devrait se rendre en milieu de semaine sur les lieux, a annoncé l’entourage du chef de l’Etat.

Côté français, huit personnes étaient toujours «disparues» et douze autres «recherchées», ont indiqué lundi matin les pompiers des Alpes-Maritimes. «Les recherches pour retrouver des personnes disparues se poursuivent tout comme le déblaiement pour tenter de rétablir les voies d’accès», ont-il ajouté.

Des maisons entières ont été réduites en miettes par les coulées de boue, l’asphalte des routes a été broyé, des ponts engloutis et de nombreux équipements détruits vendredi. Avec la destruction des routes départementales, l’accès des secours auprès des sinistrés est rendu très difficile.

Grâce aux pistes provisoires mises en place, les autorités espèrent pouvoir «multiplier rapidement les moyens mis à disposition de façon à rétablir au plus tôt, l’eau, l’assainissement, l’électricité --par des groupes électrogènes et les équipes d’Enedis-- et enfin les télécommunications pour rompre cet isolement qui est très éprouvant psychologiquement et qui complique considérablement l’organisation de tous les secours qu’on doit leur apporter», a expliqué M. Pradal.

09h29: Le Président Emmanuel Macron se rendra dans les Alpes-Maritimes dans la semaine, selon BFMTV. D'après nos confrères, le chef de l'Etat a contacté le député Eric Ciotti et d'autres élus de la région.

07h24 : Le corps d'un homme a été retrouvé dimanche dans sa voiture immergée à Saint-Martin-Vésubie, dans les Alpes-Maritimes, portant à au moins 2 le nombre de morts causés par les intempéries meurtrières qui ont frappé le sud-est de la France. "Il y a eu une pluie torrentielle le vendredi matin, et à 17H00, tout s'est écroulé. Les maisons, les parkings, la caserne des pompiers... Tous ceux qui étaient près de la rivière, on est 30 familles à avoir perdu notre maison, et tout ce qu'on possédait": dimanche, Sandra Dizdt, une retraitée de 62 ans vivant à Saint-Martin-Vésubie, a décrit à l'AFP la violence de l'épisode qui a frappé l'arrière-pays niçois.

Deux jours après ce déluge, les pompiers des Alpes-Maritimes dénombraient toujours huit personnes "disparues", et 13 autres "recherchées" --les personnes portées disparues ayant été emportées par les flots devant des témoins. Côté italien, les autorités ont déjà fait état de trois morts, dont un berger retrouvé, selon les pompiers italiens, en France.

Par ailleurs, au moins quatre corps ont été découverts dimanche échoués sur les côtes italiennes, ont annoncé l'agence de presse italienne Ansa et d'autres médias, précisant que les autorités italiennes et françaises cherchaient conjointement à déterminer leur identité. Les autorités ligures n'ayant pas fait état de disparus jusqu'ici, l'hypothèse privilégiée des enquêteurs est que certaines des victimes sont des personnes portées disparues ou recherchées en France, selon l'agence.

Les autorités françaises n'ont pas commenté ces informations. Le bilan précis des intempéries n'était donc pas connu dimanche soir. Plus de 950 pompiers étaient encore à pied d'oeuvre du côté français de la frontière dimanche, poursuivant la reconnaissance des zones encore isolées, participant aux opérations de déblaiement et ravitaillant les populations, ont-ils précisé.

Ailleurs sur le web

Vos réactions