13/09 10:46

Le président Donald Trump a fait savoir qu'il se rendrait lundi en Californie pour prendre la mesure des incendies qui ravagent tout l'Ouest américain - Vidéo

Le président Donald Trump a fait savoir qu'il se rendrait lundi en Californie pour prendre la mesure des incendies qui ravagent tout l'Ouest américain, où ils ont fait 27 morts cet été et déjà brûlé plus de deux millions d'hectares depuis le début de l'année. Pour les autorités locales comme pour de nombreux experts, l'ampleur de ces feux de forêt, qui s'étendent du Canada au Mexique, est indubitablement liée au changement climatique, qui aggrave une sécheresse chronique et provoque des conditions météorologiques extrêmes.

C'est aussi l'avis de Joe Biden, adversaire démocrate du président Trump dans l'élection présidentielle de novembre, qui a dénoncé samedi "une menace existentielle". Et il a pris à partie Donald Trump, climato-sceptique notoire. "Le président Trump peut chercher à nier la réalité, mais les faits sont indéniables. Nous devons absolument agir pour éviter un avenir marqué par un déluge sans fin de tragédies, comme celle subie par les familles américaines dans l'Ouest aujourd'hui", a-t-il déclaré dans un communiqué. Au moment même où Joe Biden s'exprimait, la Maison Blanche annonçait que "le président Donald Trump se rendra en Californie lundi où il sera informé de la situation des incendies dans l'Etat".

M. Trump doit rencontrer des responsables des services d'urgence, en première ligne pour combattre des feux qui ont déjà calciné 1,2 million d'hectares en Californie cette année, un record. Si l'on ajoute la végétation brûlée dans l'Oregon et l'Etat de Washington, les incendies de forêt ont consumé plus de deux millions d'hectares, alors que la saison des feux ne s'achève en théorie qu'en novembre.

Avec Portland, les villes de San Francisco et Seattle figuraient parmi celles ayant le taux de pollution les plus élevés du monde samedi, selon le classement établi par la société IQAir. Sur place, les autorités se préparaient au pire une fois que les secours auront pu retourner dans des zones encore inaccessibles. Au total, au moins 19 victimes ont été recensées cette semaine dans les trois Etats de la côte ouest touchés, mais il était encore impossible d'évaluer l'étendue réelle des destructions.

Plus de 400.000 hectares sont partis en cendres dans l'Oregon, où sept morts ont été recensés cette semaine, selon le dernier décompte réalisé samedi par l'AFP. Les secours sont sans nouvelles de dizaines d'autres personnes.

Les zones menacées concernent 500.000 habitants au total dans cet Etat, et un peu plus de 40.000 personnes avaient effectivement été évacuées vendredi à la mi-journée.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de strass6756
14/septembre/2020 - 09h11

Qui sont, comme il l'a expliqué, dûs à une mauvaise gestion forestière des états. Comme ça, hop, il met de côté une fois de plus le réchauffement climatique... Con mais pas idiot le type

Portrait de Gégé69
13/septembre/2020 - 21h54

Ouf! L'Ouest américain est sauvé!