08/09 12:31

Le taux de chômage s'établirait "autour de 9,5 %" de la population active fin 2020, selon les dernières prévisions de l'Insee

Le taux de chômage s'établirait "autour de 9,5 %" de la population active fin 2020, soit 2,4 points de plus que mi-2020 et 1,4 point de plus qu'un an plus tôt, selon les dernières prévisions de l'Insee publiées mardi.

Pendant la période de confinement, un grand nombre de personnes sans emploi avaient interrompu leurs recherches, conduisant, malgré la crise, à une baisse "en trompe l'oeil" au second trimestre de 0,7 point du taux de chômage au sens du bureau international du travail (BIT), à 7,1 %.

"Cet effet s'estomperait en grande partie au second semestre. De ce fait, le taux de chômage augmenterait alors très nettement dès l'été", souligne l'Insee.

Après une baisse de 715.000 emplois au premier semestre, l'emploi salarié "serait quasiment stable au second semestre" ajoute l'institut dans son point de conjoncture. Cette quasi-stabilité serait le résultat "de deux effets opposés".

"À la hausse, le rebond de l'activité se traduirait par un rebond modéré de l'emploi dans la plupart des secteurs, notamment sous la forme de contrats intérimaires et via la reprise d'embauches en contrats à durée déterminée", explique l'Insee.

"Ce serait notamment le cas dans l'industrie (hors matériels de transports) et le commerce. Dans la construction, le redressement de l'activité se traduirait surtout par un rebond de la main d'oeuvre intérimaire", ajoute l'Institut, précisant que dans le secteur public, l'emploi "rebondirait également d'ici à la fin de l'année, avec des embauches de contractuels et de vacataires qui avaient été suspendues au printemps".

"À l'inverse, l'emploi continuerait de se contracter nettement dans les secteurs plus durablement affectés par la crise (matériels et services de transport, hébergement-restauration, services aux ménages dont les services culturels)", poursuit-il, estimant que "face à la réduction de leur activité, les entreprises de ces secteurs ne seraient plus en mesure de retenir toute la main-d'oeuvre qu'elles avaient jusqu'à présent préservée de façon spontanée ou à travers le recours aux dispositifs d'activité partielle", ajoute l'institut.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Greenday2013
8/septembre/2020 - 13h49
jackS a écrit :

le covid est un petit être infiniment petit avec un dos énorme où tout est de sa faute ,alors qu'en réalité,le seul coupable est le gouvernement avec son incompétence.quand on est pas capable de gérer une crise ,on change de métier.

De quel gouvernement vous parlez ?

Parce que c'est l'économie d'à peu près tous les pays qui a été impactée par cette crise.

Portrait de jackS
8/septembre/2020 - 13h30

le covid est un petit être infiniment petit avec un dos énorme où tout est de sa faute ,alors qu'en réalité,le seul coupable est le gouvernement avec son incompétence.quand on est pas capable de gérer une crise ,on change de métier.