29/08 13:01

Pour la cinquième fois en deux mois, les Etats-Unis ont exécuté cette nuit un homme condamné à la peine capitale, pour le meurtre d'un enfant

Pour la cinquième fois en deux mois, les Etats-Unis ont exécuté un homme condamné à la peine capitale, pour le meurtre d'un enfant. Keith Nelson, 45 ans, a reçu une injection létale dans le pénitencier de Terre-Haute, ont annoncé ses avocats. Il avait été condamné en 2003 à la peine de mort pour avoir enlevé une petite fille âgée de dix ans qui faisait du roller devant sa maison dans l'Etat du Kansas.

Il l'avait violée puis étranglée avant d'abandonner son corps dans l'Etat voisin du Missouri. Aux Etats-Unis, les crimes sont généralement jugés par les tribunaux des Etats, mais la justice fédérale est saisie des cas les plus graves, ou comme ici, commis entre plusieurs juridictions.

Elle prononce rarement des peines de mort et exécute encore plus rarement les condamnés. De 1988 à 2003, seuls trois condamnés ont été exécutés au niveau fédéral, puis aucun pendant 17 ans.

Mais le gouvernement du président républicain Donald Trump, un fervent partisan de la peine de mort qui espère décrocher un second mandat le 3 novembre avec un discours de fermeté, a décidé il y a un an de renouer avec les exécutions fédérales. Après différents rebondissements juridiques, il y est parvenu en juillet et, avec M. Nelson, a depuis procédé à cinq exécutions, dont un Amérindien mercredi malgré l'opposition de la Nation Navajo.

La peine de mort est en déclin aux Etats-Unis, où une poignée d'Etats seulement, notamment dans le Sud, y ont encore recours. Vingt-deux exécutions ont eu lieu en 2019 et douze depuis le début de l'année 2020. Selon les sondages, le soutien à la peine de mort a reculé dans la population américaine mais reste fort chez les électeurs républicains.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de KenShiro
29/août/2020 - 17h21

Que cette chose soit morte exécutée ne me ferra pas verser une l'arme, ni même ne me heurtera, ce n'est que justice, après avoir violé et tuer par étranglement une enfant de 10 ans.

Ce salopard aura eu le droit de vivre 17 ans de plus que ça victime après sa condamnation, mais au moins il ne pourra plus jamais réitérer ses actes

Dans les pays sois disant civilisés, ce genre de monstre ressortent. On viendra vous expliquer que même sans parler de peine de mort, mais juste de demander la possibilité de la prison à vie pour protéger la société de ce genre de violeurs, meurtriers, voir même terroristes est de trop inhumain et qu'ils ont le droit à une seconde chance eux...  (de surtout pouvoir recommencer et faire plus de victimes) smiley

Quand aux victimes et leurs proches justement, pour eux c'est la peine à perpétuité à laquelle ils ont droit, en douleurs et larmes. Mais ça la bienpensance, la justice s'en fout.... smiley

Portrait de Climato
29/août/2020 - 16h24

Viol + meurtre d’une gamine, j’espère vous comptiez pas faire pleurer dans les chaumières ni dénigrer Trump !

PS : A la fin de l'article, ce que vous ne dites pas c'est que le soutien à la peine de mort reste majoritaire aux Etats-Unis.

Portrait de The dream
29/août/2020 - 16h10

Dommage qu'en France les tueurs d'enfants ne subissent pas le même sort...

Portrait de Azrael68
29/août/2020 - 15h45 - depuis l'application mobile

C’est très bien ...! Mais il y a quand même un problème ! Condamné en 2003 exécuté en 2020 ? Pourquoi avoir attendu aussi longtemps ? Il aurait du être exécuté direct !

Portrait de Jilou1994
29/août/2020 - 15h44

Comme cela il n'aura pas à payer la note dans sa prochaine vie. Et oui, l'âme qui habite le corps matériel n'a rien à voir avec la matière, mais si elle n'utilise pas correctement son libre arbitre alors elle s'expose à subir les lois implacables de la nature matérielle. Toutefois le fait de condamner à mort un meurtrier par un juge compétant est considéré comme un acte de miséricorde, sinon le meurtrier devra, même s'il termine sa vie en prison, subir les conséquences de ses offenses dans sa vie prochaine d'une façon ou d'une autre. Rappelons-nous qu'en vérité personne ne meurt vraiment, seuls les corps matériels et donc temporaires sont impliqués dans le phénomène de mort. D'un côté la matière, énergie inférieure, est recyclée et de l'autre les âmes, atomes d'énergie supérieure, spirituelle, sont réinjectées dans la matière pour y être rééduquées pendant d'innombrables vies jusqu'à leur pleine maturité spirituelle. En gros, le monde matériel n'est qu'une grande prison temporaire fermée et sombre, un hôpital psychiatrique où sont envoyées les âmes rebelles.   

Portrait de misterious56
29/août/2020 - 15h30
hzeus71 a écrit :

5 fois le même condamné ?? C'est de l'acharnement !! Lol

"Oui, mais il à beaucoup souffert"...

 

Portrait de damic
29/août/2020 - 13h40

bravo 

Portrait de hzeus71
29/août/2020 - 13h25

5 fois le même condamné ?? C'est de l'acharnement !! Lol

Portrait de Dame Pons
29/août/2020 - 13h13

On croirait voir une bête !