25/08/2020 14:01

Au bord des larmes, Rémy témoigne: "Je travaille pour aider dans les hôpitaux, mais je n'ai plus de quoi me loger. Je suis SDF" - VIDEO

Ce matin, Rémy Luttwiller, adjoint administratif au sein de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), était l'invité de Jean-Marc Morandini dans "Morandini Live" sur CNews et Non Stop People. Il y a cinq mois, l'homme âgé de 29 ans a décidé de quitter Lyon, où habitent sa femme et ses enfants, pour venir à Paris afin d'aider les hôpitaux en pleine pandémie de coronavirus. Mais, aujourd'hui, il se retrouve SDF parce qu'il n'a pas le droit au logement de fonction.

"Au début, j'ai trouvé un appartement via la solidarité qu'il y avait lors du pic épidémique. Après mon poste de brancardier, j'ai trouvé un poste d'administratif. Donc, j'ai commencé à chercher des appartements. Mais, au niveau des agences et des particuliers, avoir un CDD de trois mois, ce n'est pas la peine. Tant qu'on n'est pas titulaire, les particuliers ont peur. Tant qu'on n'est pas titulaire au sein de l'AP-HP, on n'a pas le droit de prétendre au logement", explique-t-il.

Et d'ajouter avec émotion : "Il y a une forme de colère et d'incompréhension. Je n'avais pas prévu ça. Je me plais au sein de l'AP-HP et j'avais prévu de continuer à avancer pour ma carrière. Ce petit grain de sable, je ne l'avais pas prévu. Je m'attendais à avoir une solution".

"Aujourd'hui, je dors dans ma voiture. On se dit 'pourquoi ?'. Je me dis que ce n'est pas logique. Je voulais vraiment apporter mon aide en faisant ce que je pouvais avec ce que je savais faire. Je pense que j'avais trop idéalisé l'AP-HP. Je précise que ce n'est pas contre eux, mais contre le système et les critères. (...) Je préfère l'accepter et me battre. Ouvrir ma bouche et dire qu'il y a des choses qui ne sont pas normales. Je ne comprends pas pourquoi, en étant en CDD, on n'est pas éligible aux logements qu'on peut avoir en interne", continue-t-il en révélant avoir des contacts avec la mairie de Paris via Ian Brossat, Maire adjoint de Paris en charge du logement.

"A mes enfants, je leur dis que je les aime. Je cache cette situation-là, quitte à me mettre en difficulté. C'est pour eux que je tiens le coup. (...) A l'heure actuelle, en voyant le résultat et où j'en suis, je me dis 'quelle connerie j'ai faite'. Est-ce que ça en valait la peine ?   Je ne veux pas lâcher mon job", conclut-il les larmes aux yeux.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de france66
26/août/2020 - 11h44

ça veut peut être dire qu'il est temps pour lui de rentrer auprès de sa famille....