25/08 10:31

La BBC a annoncé qu'elle diffusera bien des hymnes patriotiques après avoir longuement hésité par crainte d'être taxée de racisme

La BBC a annoncé qu'elle diffusera bien des hymnes patriotiques lors de la dernière soirée de sa célèbre série de concerts annuelle, les "Proms", après des spéculations sur un abandon de cette tradition de crainte d'être taxée de racisme. Lors de cette dernière soirée des "Proms", les chants "Rule Britannia!" et "Land Of Hope And Glory", célébrant l'identité britannique, sont entonnés par des milliers de personnes, agitant leurs drapeaux aux couleurs de l'Union Jack.

Mais selon le Sunday Times, le groupe audiovisuel public réfléchissait à se passer cette année de ces morceaux associés au colonialisme et à l'esclavage, pour éviter de s'attirer des critiques après les manifestations antiracistes liées au mouvement Black Lives Matter et le débat autour des symboles coloniaux au Royaume-Uni.

La BBC a finalement annoncé lundi soir son programme pour cette dernière soirée "revisitée" qui se tiendra cette année en ligne en raison des restrictions liées à la pandémie de coronavirus et non comme d'habitude dans la grandiose salle circulaire du Royal Albert Hall à Londres.

Le groupe audiovisuel indique que le concert conjuguera des "éléments familiers et patriotiques tels que +Jérusalem+ et l'hymne national et intègrera de nouveaux moments capturant l'atmosphère de cette période unique, dont +You'll Never Walk Alone+ présentant un événement touchant et inclusif pour 2020".

Cette chanson signifiant "Tu ne marcheras jamais seul" est tirée d'une comédie musicale américaine d'après-guerre devenue, en Grande-Bretagne, un hymne des supporters de football et un symbole d'entraide en cette période de pandémie. Le programme comprendra également de "nouvelles versions orchestrales" de "Land of Hope and Glory" et "Rule Britannia!", indique la BBC. Un éventuel abandon de ces airs patriotiques avait poussé le gouvernement à monter au créneau pour les défendre.

"Même s'il comprend l'émotion forte suscitée par ces discussions", Boris Johnson considère que "nous devons nous attaquer au fond des problèmes et non aux symboles", avait avancé son porte-parole. Pour le ministre de la Culture, Oliver Dowden, "les nations confiantes et tournées vers l'avenir n'effacent pas leur passé". Sur Twitter, le ministre a estimé que ces deux hymnes étaient des "moments forts" de la dernière nuit des "Proms". Il a ajouté avoir fait part à la BBC de sa préoccupation quant à leur éventuelle suppression.

Selon le Sunday Times, la cheffe d'orchestre invitée Dalia Stasevska estimait qu'il était temps "d'apporter du changement" aux BBC Proms, ce qui a valu à la musicienne une salve de critiques. "Nous regrettons vivement les attaques personnelles injustifiées contre Dalia Stasevska (...) sur les réseaux sociaux et ailleurs", a réagi la BBC, soulignant que les décisions concernant les "Proms" étaient "prises par la BBC en consultation avec tous les artistes impliqués".

L'univers de la musique classique a longtemps été associé à un public majoritairement blanc et masculin, ce qu'illustre particulièrement la dernière nuit des "Proms". La BBC a assuré avoir déployé des efforts pour que les concerts soient plus représentatifs de la population ces dernières années.

Ailleurs sur le web

Vos réactions