18:01

La distribution de la presse dans la région lyonnaise va se poursuivre jusqu'au 15 septembre, suite à un accord entre le propriétaire des locaux d'une ancienne filiale de Presstalis et les ex-salariés du groupe

La distribution de la presse dans la région lyonnaise va se poursuivre jusqu'au 15 septembre, suite à un accord entre le propriétaire des locaux d'une ancienne filiale de Presstalis et les ex-salariés du groupe, a indiqué ce jeudi un syndicaliste à l'AFP. "Ça c'est conclu ce matin, on a un bail précaire jusqu'au 15 septembre", raconte Guillaume Dumoulin, délégué syndical CGT de l'ancienne SAD (Société d'agences et de diffusion), une filiale du distributeur Presstalis, liquidée le 15 mai.

"La liquidation faisait que le propriétaire pouvait et voulait récupérer son bien à partir du 31 juillet", explique l'agent d'exploitation de l'ex-SAD. La fin du bail menaçait la distribution de la presse nationale dans la région lyonnaise. Les kiosquiers rhodaniens ont déjà souffert de six semaines d'interruption après la liquidation judiciaire. Une trentaine d'ex-salariés, portés par le transporteur NMV (Nouvelles messageries villeurbannaises), ont repris la distribution des journaux grâce à la création d'une régie temporaire il y a un mois. "Le problème c'est que le 15 septembre on est sûr qu'on est dehors et qu'il n'y aura pas de prolongation du bail", avertit le syndicaliste de 36 ans, à la recherche d'un nouveau dépôt de presse. Pour assurer une reprise d'activité pérenne, les ex-salariés de la SAD travaillent à la naissance d'une SCIC (Société coopérative d'intérêt collectif). Sa création nécessite l'entrée au capital de plusieurs acteurs économiques.

"Salariés, fournisseurs, collectivités territoriales, c'est-à-dire la région, le département, la métropole, la municipalité de Vénissieux", égrène Yves Cormillot, expert auprès des comités sociaux et économiques (CSE) à la retraite, et ancien permanent de la CGT. "Pour l'instant, nous n'avons reçu qu'un accord de principe de la maire de Vénissieux", affirme-t-il.

Jeudi, à 14h00, une quarantaine d'anciens salariés de la SAD et leurs soutiens se sont rassemblés devant le Conseil régional à Lyon. Une délégation de quatre manifestants a été reçue dans l'après-midi par des représentants du Conseil régional. Suite à cette rencontre, un rendez-vous a été fixé au 20 août, avec Antoine Leroux, directeur général adjoint chargé de l'économie. Les discussions doivent porter sur un accompagnement dans la recherche d'un nouveau local et une éventuelle entrée de la région au capital de la SCIC. "Je suis optimiste parce qu'au final, on a besoin de personnes pour distribuer la presse papier et que c'est une mission essentielle à la démocratie, mais je suis pessimiste parce que la situation montre le désintérêt des politiques", résume le délégué CGT Guillaume Dumoulin. 42 salariés, sur un total de 110 travailleurs licenciés, feraient partie de la SCIC, a-t-il précisé à l'AFP.

Ailleurs sur le web

Vos réactions