23/04/2020 16:32

Coronavirus - L'aéroport de Marseille demande à l'Etat de prendre en charge le coût des opérations de sécurité afin d'alléger le déficit dû à la crise

Les responsables de l'aéroport de Marseille-Provence (AMP), l'un des plus importants de France, ont demandé jeudi à l'Etat de prendre en charge pour 2020 le coût des opérations de sécurité afin d'alléger le déficit dû à la crise du coronavirus.

Pour cet aéroport, qui dessert notamment la deuxième ville du pays, les opérations de sûreté représentent des dépenses de 39 millions par an, soit l'équivalent du chiffre d'affaires, selon ses responsables.

"Le coût des opérations de sûreté continue à courir alors que les recettes sont à zéro", ont-ils argumenté lors d'une téléconférence de presse.

Le trafic passagers a subi une baisse de 54,6% en mars par rapport à 2019 et un recul de 99% en avril, ont-ils souligné.

Le coût des mesures de sûreté, une mission régalienne de l'Etat, est jusqu'à présent délégué aux aéroports. "Nous finançons à perte les missions régaliennes de l'Etat", ont noté les responsables aéroportuaires.

Normalement les opérations de sûreté sont payées par les passagers grâce à une taxe sur les billets, qui est reversée à l'aéroport. Mais avec la chute vertigineuse du trafic, ce mécanisme ne permet plus de compenser les dépenses.

Un report de ce déficit sur les années ultérieures "serait la pire des solutions qui affecterait la compétitivité des aéroports français", ont-il indiqué, en demandant que l'Etat "prenne en charge ce déficit".

Pour faire face à la crise née avec la pandémie "le secteur aérien a besoin d'aide sur les aspects fiscaux", ont insisté les responsables de l'aéroport de Marseille Provence.

Les trois quart des personnels de cette plateforme sont en arrêt de travail (chômage partiel, arrêts maladie, RTT) et les deux tiers des infrastructures sont en sommeil.

L'activité cargo encore soutenue en mars (- 25,8%) a elle aussi chuté de moitié en avril (-50%).

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de nina83
23/avril/2020 - 16h54

Ben voyons donc, et comme l'état c'est nous : on va avoir combien d'augmentation d'impôts au final ? smiley