13/02 21:04

Pourquoi l'Académie des César a-t-elle implosé hier soir avec la démission collective de la direction, à moins de 15 jours de la cérémonie ?

Coup de théâtre aux César: la direction de l'Académie, accusée d'opacité et d'entre-soi, a démissionné en bloc jeudi soir à seulement deux semaines de la "grande fête" annuelle du cinéma, déjà minée par la polémique Polanski. "Pour honorer celles et ceux qui ont fait le cinéma en 2019, pour retrouver la sérénité et faire que la fête du cinéma reste une fête, le conseil d'administration de l’Association pour la Promotion du Cinéma a pris la décision à l’unanimité de démissionner", a affirmé l'Académie présidée depuis 2003 par le producteur Alain Terzian.

"Cette démission collective permettra de procéder au renouvellement complet de la direction", composée des membres fondateurs, d'anciens présidents ou de membres de l'Association, 21 personnes au total, parmi lesquelles les cinéastes Costa Gavras, Claude Lelouch ou Tonie Marshall. Le ministre de la Culture a déjà fixé un cap en souhaitant que la nouvelle direction puisse "permettre de représenter le cinéma français dans toutes ses esthétiques et sa diversité".

"Sa gouvernance doit être guidée par un fonctionnement démocratique et des exigences d’ouverture, de transparence, de parité et de diversité", a ajouté Franck Riester. Une assemblée générale se tiendra après la cérémonie du 28 février et sera l'occasion d'élire une nouvelle direction pour préparer les modifications des statuts fondateurs sous l'égide du Centre national du cinéma (CNC) et mettre en oeuvre des mesures de modernisation d'une institution jugée par beaucoup dépassée, avec une trop faible représentation des femmes notamment.

La crise couvait depuis des mois au sein de l'institution créée en 1975 par le journaliste et producteur Georges Cravenne et a pris une nouvelle ampleur lundi: dans Le Monde, 400 personnalités dont Omar Sy, Bertrand Tavernier, Jacques Audiard, Céline Sciamma, Marina Foïs et Agnès Jaoui ont réclamé une "réforme en profondeur".

Parmi leurs griefs, des "dysfonctionnements", une "opacité des comptes" ou des statuts qui "n'ont pas évolué depuis très longtemps" et reposent encore et toujours sur "la cooptation"."Une poignée d'hommes pose problème dans le cinéma français en se cooptant mutuellement depuis 30 ans à la tête de toutes les commissions, toutes les organisations", résumait sur Twitter le producteur Vincent Maraval.

La liste des membres de l'Académie, constituée de 4.700 professionnels du cinéma, est en effet confidentielle. Pour en faire partie, il faut avoir au moins deux parrainages et avoir participé à au moins trois longs métrages en cinq ans. L'Académie est elle-même régie par l'APC, dont les membres sont les professionnels ayant reçu un Oscar, les anciens présidents et plusieurs personnalités, soit 47 membres. Elle est chapeautée par le conseil d'administration qui a annoncé sa démission jeudi soir.

Pour faire face à la crise, Alain Terzian, qui semblait jusque là indéboulonnable, avait annoncé des mesures en vue d'instaurer la parité au sein du collège des votants (35% de femmes actuellement), du conseil d'administration (28,5% de femmes) et de l'APC (17% de femmes).

"Insuffisant" aux yeux des signataires de la pétition, après des accusations de viol et d'agression sexuelle dans le milieu du cinéma français, dont celles de l'actrice Adèle Haenel, qui ont provoqué un électrochoc, deux ans après le début du mouvement #MeToo. Dans ce contexte, la présence au sein de l'APC de Roman Polanski, lui-même visé par des accusations de viol, ainsi que ses 12 nominations pour la cérémonie du 28 février avec "J'accuse", sur l'affaire Dreyfus, passent très mal auprès d'une partie de l'opinion publique et des associations féministes.

Certaines appellent à un rassemblement le soir de la cérémonie, devant la salle Pleyel à Paris. "Quand on se mobilise, les choses bougent !", a commenté sur Twitter le collectif féministe #NousToutes, avec le nom de Polanski, accolé. "Imaginons la suite ? nouveau collège de votants sans entre-soi masculin, opacité et sexisme. Et on finira bien par cesser d’acclamer des violeurs, pédocriminels en cavale ?", a réagi Osez le féminisme !.

Le réalisateur franco-polonais sera "a priori" à la cérémonie. "Il n'y a aucune raison qu'il ne vienne pas", a affirmé cette semaine le producteur de "J'accuse", Alain Goldman, dans le Point, estimant que "soutenir Polanski ce n'est pas soutenir le viol".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de sibony
14/février/2020 - 17h02

Opacité et entre-soi sont des valeurs des gens du cinéma comme notre noblesse au 18ème siècle : si tu ne viens pas d'une famille connue ou du milieu, tu ne seras pas accepté au Versailles du Cinéma ou de la TV ou de la chanson... La culture française est terrible à ce niveau-là. Ils se reproduisent entre eux et héritent d'un nom qu'il leur donne des millions d'euros sans avoir rien fait. Il faudrait retirer tous droits d'auteur dès le décès des parents et limiter les biens immobiliers... Comment on peut produire des comédies vraiment pas drôles, juste parce qu'on connaît un mec sur une chaîne de télévision ou parce que ton père s'appelle Depardieu ou Delon ou Hallyday... Incroyable comme on donne la chance à certains et d'autres n'ont qu'à crever dans leur campagne alors ils ont le génie de Mozart... ? Quel gâchis de naître en France. 

Portrait de Greenday2013
14/février/2020 - 13h58

Je ne comprends pas qu'un mec qui est un fugitif dans un autre pays pour un viol pédophile (il a plaidé coupable) puisse être invité dans une cérémonie quelle qu'elle soit.

Portrait de Reda 93
14/février/2020 - 09h23

L'affaire Polansky peut-être ?

Portrait de arquen
14/février/2020 - 07h20

Institution tellement utile que c'est en apprenant la démission collective de sa Direction que j'en ai appris son existence. Contrairement aux autres Arts la seule "académie" respectable pour le Cinéma c'est la fréquentation populaire : 4225 votants à partir d'une liste de films éligibles établie en catimini contre 66 millions de consommateurs qui paient leur séance; Voilà ce qu'est la réalité du cinéma français et de la tartufferie des César ! Une séance d'autopromotion d'un petit milieu qui ne vit que par et pour l'entre-soit afin d'aller tirer le financement dans les poches des Contribuables.

Portrait de Batori
14/février/2020 - 07h19 - depuis l'application mobile

Des bobos s’en vont, d’autres vont les remplacer.
Pas d’inquiétude pour l’avenir de la pensée dominante.

Portrait de Angelussauron
13/février/2020 - 23h45
Mortimer a écrit :

Le fascisme des auto-proclamés "bien-pensants" vient encore de frapper. 

Je dirai même que c'est "bien pensant" sont au dessus de la justice et sont un danger pour la démocratie.

Pour une personne qui est simplement accusé et non coupable (du moins actuellement), ils remettent toute la cérémonie en cause.

Et pourtant je ne suis pas vraiment un pro césar qui récompense souvent un film d'une piètre qualité et regardé par très peu de monde au cinéma.

Portrait de Oreillard
13/février/2020 - 23h15
Blek37 a écrit :

Que cette organisation cesse et retour,(enfin aller ) ,vers de vrais récompenses  du cinéma et surtout  avec un autre nom " césar" ce pseudo artiste minable qui n'a aucun rapport  avec le cinéma et de vrais récompenses pas pour les copains et les copines  mais ceux des professionnels du cinéma et du public ,(ceux qui les  payent ) ,et avec un nom qui respire et inspire le cinéma  Français, LUMIÈRE ou MÉLIÈS ,pas un nom de réducteur de ferraille !

 

OUI un vrai nom de cinéma !

Portrait de Blek37
13/février/2020 - 22h50

Que cette organisation cesse et retour,(enfin aller ) ,vers de vrais récompenses  du cinéma et surtout  avec un autre nom " césar" ce pseudo artiste minable qui n'a aucun rapport  avec le cinéma et de vrais récompenses pas pour les copains et les copines  mais ceux des professionnels du cinéma et du public ,(ceux qui les  payent ) ,et avec un nom qui respire et inspire le cinéma  Français, LUMIÈRE ou MÉLIÈS ,pas un nom de réducteur de ferraille !

 

Portrait de Oreillard
13/février/2020 - 21h18
Mike.miller a écrit :
Aux chiottes

ça va plaire à Rico trompette !

Portrait de Batori
13/février/2020 - 21h01 - depuis l'application mobile

Quelle courage !!!!
Mais du coup ils vont se fournir où pour leur poudre de perlimpinpin ?

Portrait de Mike.miller
13/février/2020 - 20h59 - depuis l'application mobile

Aux chiottes