11/01/2020 10:16

Clamart: Un policier municipal a été condamné à trois ans de prison dont deux avec sursis, pour faux en écriture publique, après avoir falsifié un procès-verbal

Un policier municipal a été condamné à trois ans de prison dont deux avec sursis, pour faux en écriture publique, après avoir falsifié un procès-verbal à Clamart, dans les Hauts-de-Seine, fin 2018. L'agent assermenté, alors âgé de 40 ans, avait consigné dans un PV avoir, avec ses collègues de patrouille, trouvé des pochons de résine de cannabis sur trois mineurs interpellés, alors qu'il avait lui-même déposé des sachets aux pieds de deux d'entre eux, et ce malgré la présence de caméras de vidéosurveillance de la RATP et de la ville. L "Choqués", les trois jeunes, dont un seul avait bien du cannabis sur lui et s'en était débarrassé sous le regard des policiers municipaux, avaient dénoncé les agissements du brigadier lorsqu'ils avaient été remis à la police nationale, a rappelé la présidente.

Devant leurs déclarations concordantes et après exploitation de la vidéosurveillance, le commissariat de Clamart avait alerté le parquet de Nanterre qui avait alors ouvert une enquête, confiée à la Sûreté territoriale des Hauts-de-Seine.

Jusque-là bien noté par sa hiérarchie, le policier municipal, un ex-militaire de l'armée de l'air plusieurs fois décoré, avait été aussitôt suspendu.

Ailleurs sur le web

Vos réactions