04/12 18:39

France Bleu révèle les pratiques du zoo d'Amnéville: Animaux découpés et enterrés, eaux usées déversées dans la nature, fichage des salariés...

Que se passe-t-il au zoo d'Amnéville (Moselle) ? Ce mercredi, le site de France Bleu Lorraine publie une longue enquête menée sur cet établissement se trouvant dans le parc mosellan. Fichage de salariés, vidanges d'eaux usées dans la nature, animaux enterrés... Une dizaine de salariés et d'ex-salariés du zoo dénoncent les pratiques.

"Quand je suis arrivée, on a enterré l’éléphante Catarina. C’est une pratique courante pour récupérer le crâne à des fins pédagogiques", confie une salariée à France Bleu. De son côté, un proche du directeur se souvient avoir "découpé l’éléphant et avoir aussi enterré des bestioles dans la forêt". Des propos démentis par Michel Louis. D'autres animaux seraient morts au zoo: "une girafe, enterrée sur place, ou un crocodile victime d’une erreur de température de l’eau", précise un ex-salarié.

Le directeur du zoo a réagi à l'enquête de nos confrères. Pour lui, "tout est bidon" et il évoque un complot "pour lui prendre le zoo". "A tous ceux qui me salissent, qui salissent le zoo, qui me calomnient, qui me diffament. Après le 18 décembre, mon avocat va bien s’occuper de tout le monde", prévient-il.

D'après nos confères, une liste noire - un fichier Excel intitulé "Olive Black List" - aurait été tenue par des personnes dans les bureaux du zoo. Face à plusieurs noms de salariés, une mention est apposée : "Élément perturbateur au service restauration", "problème prud’homme", "problème en caisse"... Des visiteurs seraient également recensés car ils sont "anti-cirque, anti-parc marin", "sympathisant association animaliste" ou encore "militant fondation Brigitte Bardot". Une liste qui serait connue de "tout le monde", selon une salarié du zoo.

Interrogé par nos confrères, Michel Louis, le directeur du zoo, nie, de son côté, l’existence de ce fichier. D'après France Bleu, un expert en informatique a "nettoyé les ordinateurs" ce lundi.

Autre dysfonctionnement pointé du doigt par France Bleu : les vidanges dans la nature. A six endroits différents, des tuyaux et des tubes sortent du parc et déversent du liquide dans la forêt - eaux usées des animaux, produits détergents... -, expliquent nos confrères qui précisent que le services de l'Etat n'ont "rien à signaler".

Le 18 décembre prochain, la chambre commerciale du tribunal de Metz se penchera sur le cas du zoo d'Amnéville, qui a été placé en redressement judiciaire.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Anti bobo
4/décembre/2019 - 21h31

En effet il faut lire l'article original. Cette affaire montre deux choses :un zoo est avant tout un business et que ce soit dans les zoos, cirques, élevages et abattoirs, les contrôles vétérinaires en France sont du foutage de gueule puisque les scandales éclatent toujours grâce aux lanceurs d'alertes et non pas grâce aux services de l'Etat.