28/11 13:01

De plus en plus de salariés ne prennent pas leurs arrêts prescrits par les médecins, selon une enquête - VIDEO

Près d’un salarié sur deux (44%) s’est vu prescrire au moins un arrêt de travail au cours des douze derniers mois, un chiffre stable mais «élevé», et 37% deux arrêts ou plus, selon une enquête annuelle de Malakoff Médéric Humanis publiée jeudi.

36% des salariés arrêtés durant cette période l’ont également été l’année précédente, selon les auteurs de l’enquête, réalisée par internet du 14 août au 3 septembre 2019 auprès de 2.000 salariés du secteur privé et 400 dirigeants d’entreprises.

Selon cette enquête, 49% de ces arrêts concernent les 18-34 ans. Parmi eux, 37% ont eu au moins deux arrêts au cours de cette période et 8% plus de trois arrêts, une tendance particulièrement marquée dans le secteur de l’hôtellerie/restauration.

Phénomène nouveau: les prescriptions médicales sont de moins en moins respectées avec 28% des arrêts maladie «non pris» ou seulement «partiellement». Premiers concernés ? Les dirigeants, surreprésentés, dit Mme Godon. «Les arrêts de quatre à dix jours sont ceux qui sont le moins pris. Entre six et 15 jours, ils le sont plus mais souvent partiellement», précise l’enquête.

Les salariés interrogés expliquent qu’ils ne prennent pas leurs arrêts prescrits principalement parce qu’ils «ne se laissent pas aller» et que «les journées non-travaillées ne sont pas prises en charge». Néanmoins, près de la moitié (47%) des salariés ayant refusé au moins un arrêt de travail regrette a posteriori leur décision.

Par ailleurs, deux tiers des salariés disent avoir déjà travaillé en étant malade au cours des 12 derniers mois, selon cette enquête, et 63% sont favorables à bénéficier du télétravail au lieu d’être en arrêt maladie, si le médecin juge cela approprié. Il en est de même pour 80% des dirigeants.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Wouhpinaise
28/novembre/2019 - 17h23
LaLouise a écrit :

La carence étant particulièrement pénalisante dans le privé, c'est normal que cela concerne essentiellement le privé. Je trouve ça scandaleux que les salariés soient traités différemment devant la maladie ! 

Je rappelle quand même que plus de 70 % des salariés du privé ont leurs journées de carences prises en charge par leur patron. Mais pour les autres, oui ça peut faire mal au porte-feuilles.

Portrait de LaLouise
28/novembre/2019 - 15h51

La carence étant particulièrement pénalisante dans le privé, c'est normal que cela concerne essentiellement le privé. Je trouve ça scandaleux que les salariés soient traités différemment devant la maladie ! 

Portrait de Fitzcaraldo
28/novembre/2019 - 13h48
vévert1416 a écrit :

Je suis dans le public et moi non plus je ne prends pas mes arrêts.

Normal pour un représentant syndical Vevert ! Vous vous devez de montrer l'exemple et Jean Guy vous en sera reconnaissant.

Portrait de Emma peel
28/novembre/2019 - 13h46

Du télé travail quand tu es en boutique !!! Mdr.

Portrait de vévert1416
28/novembre/2019 - 13h21
colin33 a écrit :
Lorsqu'on travaille dans le privé, sans compter les fins de mois difficile, un arrêt maladie n'est pas envisageable financièrement......

Je suis dans le public et moi non plus je ne prends pas mes arrêts.

Portrait de colin33
28/novembre/2019 - 13h19 - depuis l'application mobile

Lorsqu'on travaille dans le privé, sans compter les fins de mois difficile, un arrêt maladie n'est pas envisageable financièrement......