23/11 11:01

Erik Tegnér se dit sidéré par la procédure d'exclusion des Républicains le concernant - Le parti estime qu'il est en réalité porte-parole de Marion Maréchal

Erik Tegnér, Président du Collectif Racines d'Avenir et membre des Républicains, est visé par une procédure d’exclusion par le parti après ses prises de position sur "l'union des droites" allant de la droite à l'extrême droite. Aurélien Pradié, a envoyé  une lettre à la présidente de la fédération de Paris, Agnès Evren, dans le cadre de cette demande d'exclusion engagée au niveau des instances nationales: "Erik Tegnér sera exclu d'ici la fin de l'année. Ce monsieur est le porte-parole de Marion Maréchal. Il n'habite pas chez nous, donc on va le soulager".

Erik Tegnér s'est dit "totalement abasourdi" et "sidéré" par cette décision qu'il a qualifiée de "chasse aux sorcières", et contre laquelle il compte "évidemment faire un recours".  "En m'excluant, ils disent aux militants de la droite assumée: vous n'avez pas votre place chez LR", a-t-il déploré, en ajoutant qu'"évidemment" il ne rejoindrait pas le RN si la procédure d'exclusion allait à son terme.

"La droite est censée défendre la liberté d'expression et pourtant chez LR on tombe dans le délit d'opinion, la chasse aux dîners, aux fréquentations", a-t-il ajouté, assurant qu'"à une autre époque Aurélien Pradié aurait été avec McCarthy aux Etats-Unis". 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de chamonix
23/novembre/2019 - 19h28

De toute façon l'exclure des républicains c'est presque lui rendre service ; ce parti part à la faillite des idées !

Portrait de chamonix
23/novembre/2019 - 19h27

De toute façon l'exclure des républicains c'est presque lui rendre service ; ce parti part à la

Portrait de Soldats de Salamine
23/novembre/2019 - 14h12

L'opposition droite gauche est actuellement totalement obsolète, le terme extrême droite ne veut rien dire. Depuis les années 1980 l'opposition réelle se fait entre les néolibéraux et les nationalistes. Les premiers se recrutent aussi bien à gauche qu'à droite ils squattent les plateaux télé avec les éditorialistes. Les seconds sont en phase ascendante dans beaucoup de pays européens France, Italie, Espagne, Pologne, Allemagne et autres, ils sont diabolisés par les médias et les élites mondialisées, traités de populistes. Le véritable clivage est là, , entre les nantis qui défendent leurs privilèges qu'ils soient de droite ou de gauche et les"gens de peu" qui ne se sentent pas écoutés et parfois même délaissés au profit de populations exogènes.