27/09 14:51

La dépouille de Jacques Chirac présentée aux Invalides dimanche à 14h - Une minute de silence observée lundi à 15h dans les administrations et les écoles

14h48: Zinedine Zidane s'est dit "triste" du décès de l'ancien président français Jacques Chirac, que l'ex-meneur de jeu des Bleus avait côtoyé lors du Mondial 1998 remporté à domicile et qu'il a présenté comme "le président de tous les sportifs, l'ami de tous les sportifs". "Je suis triste, tout simplement, parce qu'en plus je le connaissais personnellement", a déclaré l'entraîneur du Real Madrid, visiblement ému, lors d'une conférence de presse au centre d'entraînement du club espagnol.

13h54: Le président chinois Xi Jinping a fait part de ses condoléances à son homologue français Emmanuel Macron au lendemain de la disparition de l'ancien chef d'Etat Jacques Chirac, saluant un "vieil ami de la Chine", selon la télévision publique.

L'ancien président français Jacques Chirac "a apporté d'importantes contributions à l'établissement et au développement d'un partenariat stratégique global entre la Chine et la France (...) et à la promotion des échanges mutuels entre l'Est et l'Ouest", a affirmé M. Xi dans son message, selon des propos rapportés par CCTV.

13h16: Une minute de recueillement en hommage à Jacques Chirac ce week-end avant tous les matchs de foot

12h56: En hommage à Jacques Chirac, une minute de silence observée lundi à 15h dans les administrations et les écoles

12h47: La dépouille de Jacques Chirac sera présentée aux Invalides dimanche à 14H "pour que les Français lui rendent un dernier hommage", vient d'annoncer la porte-parole du gouvernement lors d'un point presse.

Un autre hommage aura lieu le dimanche 6 octobre prochain en Corrèze, fief de l'ancien président.

12h43: Selon Franceinfo, les six registres de condoléances - deux ont été ajoutés aux quatre déjà disponibles - ouverts au public à l'Elysée seront remis à Bernadette et Claude Chirac.

10h52: L’Assemblée nationale rendra un hommage dans l’hémicycle à l’ancien président, mardi 1er octobre à 15h. Hier midi, quelques minutes après l'annonce de son décès, les députés avaient observé une minute de silence (à revoir ICI). 

10h02: Le point au lendemain du décès de l'ancien président de la République Jacques Chirac

La France se prépare vendredi à rendre hommage à Jacques Chirac, au lendemain de la mort, à 86 ans, du cinquième président de la Ve République, qui sera inhumé au cimetière de Montparnasse, aux côtés de sa fille Laurence, décédée en 2016.

Afin d’honorer la mémoire de l’ancien chef de l’Etat, une cérémonie populaire, en présence de la famille, aura lieu dimanche en début d’après-midi aux Invalides, ont annoncé l’Elysée et sa famille.

Cet hommage est lié à «la relation forte que Jacques Chirac entretenait avec les Français. Tous ceux qui l’ont aimé pourront venir» se recueillir auprès du cercueil de Jacques Chirac, a indiqué à l’AFP son gendre Frédéric Salat-Baroux.

L’ancien président sera ensuite inhumé, vraisemblablement le lendemain, dans un cadre strictement privé au cimetière du Montparnasse aux côtés de sa fille Laurence, décédée en avril 2016, a-t-il ajouté, conformément au souhait de son épouse Bernadette.

Une journée de deuil national a aussi été décrétée lundi, et un service solennel sera rendu ce jour-là à 12H00 dans l’église Saint-Sulpice à Paris. Des journées de deuil national avaient déjà été décrétées après les décès des présidents Charles de Gaulle en 1970, Georges Pompidou en 1974, et François Mitterrand en 1996.

Les portes de l’Elysée sont par ailleurs ouvertes jusqu’à dimanche pour signer les livres d’or installés devant une grande photo de l’ancien président. Ils étaient plusieurs centaines à faire la queue dès jeudi soir pour rendre hommage à l’ancien président.

Jacques Chirac «entre dans l’Histoire et manquera à chacun d’entre nous désormais», a conclu Emmanuel Macron jeudi soir, à la fin d’une allocution télévisée remémorant l’action de son prédécesseur et insistant sur la personnalité d’un «homme d’Etat que nous aimions autant qu’il nous aimait».

«Si longtemps nous n’avons osé l’aimer pour finalement concevoir pour lui un attachement affectueux, quasi filial», a ajouté M. Macron avant de se rendre au domicile parisien de Jacques Chirac, près du Sénat, pour se recueillir devant sa dépouille.

L’ex-chef de l’Etat, qui était souffrant depuis de longues années, s’est éteint «très paisiblement, sans souffrir» et entouré des siens jeudi matin à son domicile, rue de Tournon dans le centre de Paris, la ville dont il avait été le maire pendant 18 ans avant d’accéder à l’Elysée, en 1995.

09h54: Le président du musée du quai Branly à Paris, Stéphane Martin, a annoncé à Europe 1 que "le musée est accessible gratuitement pendant une dizaine de jours", en hommage à l'ancien président.

Cette gratuité va durer "le temps que les gens qui veuillent rendre hommage au président puissent le faire", précise-t-il à nos confrères. "Au musée, les images du président sont partout, les drapeaux sont en berne, c'est un moment très émouvant pour les équipes".

L'établissement propose depuis mardi une exposition temporaire consacrée aux acquisitions faites depuis 1998, date de création de l'établissement public du musée, qui a lui-même été ouvert en 2006.

Cette exposition, qui a débuté deux jours avant la mort de Jacques Chirac, «c'est vraiment sa collection, la collection qui a commencé en 1998 quand il a lancé le musée du Quai Branly», a souligné Stéphane Martin. Cela retrace «ce qu'on a fait pendant 20 ans grâce à lui en termes d'enrichissement des collections». «Les images du président sont partout au musée, les drapeaux sont en berne, c'est un moment très émouvant pour les équipes», a dit Stéphane Martin, ajoutant qu'«un livre d'or est à la disposition des visiteurs».

Passionné par les arts premiers et les civilisations lointaines, Jacques Chirac a voulu et porté le musée du Quai Branly pour défendre les cultures et les peuples menacés par la mondialisation. Réalisation culturelle majeure de sa présidence, ce musée a été rebaptisé «Quai Branly-Jacques Chirac» pour ses dix ans en juin 2016.

09h36: Jacques Chirac était «une forme d’ombre tutélaire» pour Edouard Philippe qui a estimé vendredi que «rendre hommage» à l’ancien président français revenait aussi à «décrire l’homme dans toute sa complexité», avec «ses contradictions».

«On ressent le départ de quelqu’un qui a compté, qui a pesé, une forme d’ombre tutélaire», a déclaré le Premier ministre sur RTL, au lendemain du décès de Jacques Chirac.

«Dans Jacques Chirac, il y a tout, a-t-il poursuivi. Des côtés absolument remarquables, sympathiques, truculents, visionnaires, exigeants. Et des côtés plus compliqués, plus sombres.»

«Jacques Chirac c’était un Français au plein sens du terme, avec ses aspirations, ses contradictions, ses ambitions, ses moments peut-être à certains égards de génie (..) et puis aussi des phases plus compliquées, des hésitations, parfois des renoncements», a souligné M. Philippe. Avant de résumer: «au fond lui rendre hommage, c’est aussi décrire l’homme dans toute sa complexité».

Maire de Paris, plusieurs fois ministre, deux fois Premier ministre puis président de la République de 1995 à 2007, Jacques Chirac «a traversé la vie politique française pendant longtemps, en occupant les postes les plus exigeants», a encore souligné Edouard Philippe.

«Ça dit quelque chose de sa force, de son ambition, de son énergie que chacun constate et que tout le monde célèbre aujourd’hui. Ça dit aussi quelque chose de sa dureté et de sa capacité à faire des choix, écarter, surmonter des difficultés», a-t-il fait valoir.

«C’était aussi ça Jacques Chirac: un homme à la résilience absolue, qui agoni d’injures, cerné de toutes parts, traçait son chemin, parfois rudement», a estimé le chef du gouvernement.

09h30: Ce matin, au lendemain de son décès, la majorité de la presse française lui a rendu hommage en le mettant en Une. "Adieu" (Le Figaro), "Sans Chichi" (Libération), "Tellement Français" (Le Parisien): la presse française, dans de nombreuses éditions spéciales, a célébré vendredi "ce que fut" l'homme politique durant sa carrière d'un demi-siècle plus que "ce que fit" le président (voir quelques Unes en cliquant ICI)

09h18: Jacques Chirac sera inhumé au cimetière du Montparnasse auprès de sa fille Laurence, décédée en 2016, a annoncé la famille du défunt à l'AFP ce vendredi. Cette inhumation se fera dans un cadre strictement privé.

09h04: Le débat sur l'immigration prévu lundi à l'Assemblée nationale est reporté à une date ultérieure, en raison de la journée de deuil national en hommage à Jacques Chirac, a-t-on appris jeudi soir de source parlementaire.
L'Elysée a annoncé jeudi qu'une journée de deuil national se tiendrait lundi en hommage à l'ex-chef de l'Etat, décédé dans la matinée à l'âge de 86 ans. Un service solennel lui sera rendu ce jour-là à 12H00 en l'église Saint-Sulpice à Paris.
En conséquence, le débat sensible sur l'immigration qui devait se tenir en présence du Premier ministre Edouard Philippe et des principaux ministres concernés, dont Christophe Castaner (Intérieur), Jean-Yves le Drian (Affaires étrangères) et Agnès Buzyn (Santé) est reporté.
A l'issue du grand débat national, Emmanuel Macron avait annoncé fin avril un débat annuel au Parlement «sur la politique migratoire». Le Sénat doit plancher sur ce sujet hautement inflammable le 2 octobre.

09h01: Une journée de deuil national a été décrétée lundi, et un service solennel sera rendu ce jour-là à 12H00 dans l'église Saint-Sulpice à Paris. Des journées de deuil national avaient déjà été décrétées après les décès des présidents Charles de Gaulle en 1970, Georges Pompidou en 1974, et François Mitterrand en 1996. La date et le lieu des obsèques n'ont pas encore été communiqués.

Le débat, sensible, sur l'immigration prévu lundi à l'Assemblée nationale est reporté à une date ultérieure.

08h32: La famille de l'ancien président souhaite organiser un hommage populaire aux Invalides dimanche après-midi

"Les modalités d’organisation de cet hommage populaire seront fixées dans la journée de vendredi et communiquées à la presse et au grand public dès qu’elles auront été arrêtées", ajoute la présidence.

06h11: Plusieurs centaines de personnes ont afflué jeudi soir à l'Élysée pour rendre hommage à Jacques Chirac, en signant les livres d'or installés dans le vestibule du Palais, devant une grande photo de l'ancien président disparu.

Dans un silence grave, les visiteurs, Français et étrangers, de tous les âges, faisaient la queue en chuchotant pour entrer dans la Cour d'honneur éclairée de toutes parts, sous des drapeaux en berne. Regardez les images de France Info ce matin en cliquant ICI.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Alhekine
27/septembre/2019 - 19h54
Verygood a écrit :

Macron : "ces gens qui ne sont riebn", Hollande : "les sans-dents", Sarkozy : "Casse-toi pov'con", Chirac " Comment allez-vous?", on comprend cette nostalgie non du personnage ou d'une politique mais de cette proximité et du respect, aussi d'une politique plus respectueuse des gens.

Rappelez vous qu'il à eu son "casse toi pauv con". Un homme a crié à Chirac "CONNARD!!!" "( Chirac a répondu "Enchanté moi c'est Chirac".

Je remarque que les plus grands chefs d'Etat du monde a fait les condoléances, et seulement les plus grands.

Tiens toujours rien de Trump... comme quoi il ne fait pas parti des plus grands.

Portrait de Verygood
27/septembre/2019 - 19h33

Macron : "ces gens qui ne sont riebn", Hollande : "les sans-dents", Sarkozy : "Casse-toi pov'con", Chirac " Comment allez-vous?", on comprend cette nostalgie non du personnage ou d'une politique mais de cette proximité et du respect, aussi d'une politique plus respectueuse des gens.

Portrait de Grossette
27/septembre/2019 - 13h52

Et Patrick Sébastien,qu'est-ce qu'il en dit,on la pas entendu ?!

Portrait de nicballon
27/septembre/2019 - 10h57
minou75 a écrit :
Au secours...Les médias en font des tonnes...Ça devient insupportable !!!

 C'est surtout ta connerie qui est insupportable.

Portrait de LOL
27/septembre/2019 - 08h22
Lilou.St.Bo a écrit :

Seuls les Parisiens et, peut-être, les Banlieusards ont (ou auront) la possibilité de dire au Président Jacques CHIRAC combien ils l'aimaient et l'on apprécié tout au long de sa carrière politique. Dommage pour le peuple de province qui voudrait, lui aussi, rendre hommage au Président Jacques CHIRAC. Les municipalités devraient mettre à la disposition de leurs administrés des livres d'or pour qu'ils puissent dire leur affliction du décès de ce Président charismatique s'il en est. Merci Monsieur. 

 

Je me suis dit la même chose. Celà montre à quel point notre pays est centralisé sur Paris. Une décision de Parisien pour les Parisien. Le reste de la France peuvent déjà s'estimer heureux qu'on diffuse les images à la télé hors de Paris smiley

Portrait de Lilou.St.Bo
27/septembre/2019 - 08h15

Seuls les Parisiens et, peut-être, les Banlieusards ont (ou auront) la possibilité de dire au Président Jacques CHIRAC combien ils l'aimaient et l'on apprécié tout au long de sa carrière politique. Dommage pour le peuple de province qui voudrait, lui aussi, rendre hommage au Président Jacques CHIRAC. Les municipalités devraient mettre à la disposition de leurs administrés des livres d'or pour qu'ils puissent dire leur affliction du décès de ce Président charismatique s'il en est. Merci Monsieur.