28/08 07:31

Catherine Deneuve et Juliette Binoche en ouverture d'une 76e Mostra de Venise controversée en raison de la présence du film de Roman Polanski

Les stars françaises Catherine Deneuve et Juliette Binoche, à l'affiche d'un drame familial du Japonais Hirokazu Kore-Eda, ouvriront ce soir une 76e Mostra de Venise prometteuse mais controversée, en raison notamment de la sélection du "J'accuse" de Roman Polanski. Mais alors que la plateforme américaine avait occupé l'an dernier le devant de la scène à Venise, avec le Lion d'or remis à "Roma" d'Alfonso Cuaron, c'est cette année davantage la sélection en compétition de Roman Polanski, pour son film "J'accuse", qui suscite la controverse.

Plusieurs voix se sont élevées pour critiquer la présence de ce thriller historique consacré à l'Affaire Dreyfus, avec Jean Dujardin. Un choix qui indigne les féministes, alors que le cinéaste franco-polonais de 86 ans, exclu de l'Académie des Oscars l'an dernier, est toujours poursuivi par la justice américaine pour le viol d'une adolescente en 1977.

Autre sujet polémique, la présence dans une section parallèle d'"American Skin", le nouveau film du réalisateur américain de "The Birth of a Nation", Nate Parker, acquitté en 2011 du viol d'une étudiante. Cette affaire avait pris de l'ampleur en 2016 après la révélation du suicide de cette dernière.

"Nous savons tous que le monde a changé après #MeToo", a déclaré à l'AFP la fondatrice du groupe de pression Women and Hollywood, Melissa Silverstein.

"La question que je pose est +est-ce un manque de conscience ou une indifférence délibérée ?". Le Festival a également été attaqué sur le faible nombre de femmes en compétition: seulement deux, la Saoudienne Haifaa Al-Mansour (qui avait présenté "Wadjda" à Venise en 2012) avec "The Perfect Candidate" et l'Australienne Shannon Murphy avec "Babyteeth".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Panurge
29/août/2019 - 09h40

Il n est grotte profonde ou repaire secret   Obscurité immense ou vallon embrumé  Ou le meurtre sanglants et le viol abhorré se puissent terrer , craintif, sans  que je les découvre. Pour leur dire à l oreille mon redoutable nom: Vengeance qui fait trembler l infâme criminel .                  Shakespeare                              

Portrait de Greenday2013
28/août/2019 - 13h54
La République C'est Moi a écrit :

Pour moi donner de la visibilité à Polanski, Allen ou Cantat, c'est une honte.

Sans enlever leur talent, ces gens là sont des prédateurs et des monstres.

Comment aller expliquer après à des jeunes qu'il ne faut pas faire du mal aux femmes et aux enfants en continuant de glorifier ces enfoirés?

Pour Woody Allen, rien n'a été prouvé.

Cantat a exécuté sa peine.

Par contre, Polanski a avoué avoir drogué et violé sa victime, et a échappé à la justice.