12/08 07:45

Nouvelle agression homophobe à Paris: Le porte-parole de l'association LGBT tunisienne Shams frappé par quatre personnes qui l'ont reconnu dans la rue

Le porte-parole de l'association LGBT tunisienne Shams a été agressé dans la nuit de jeudi à vendredi à Paris par quatre personnes qui l'ont reconnu dans la rue, a indiqué, dimanche, une association de lutte contre l'homophobie.

Nidhal Belarbi, condamné pour homosexualité en Tunisie et qui a obtenu l'asile politique en France, rentrait chez lui dans le 11e arrondissement quand « un homme qui l'avait déjà agressé en Tunisie en 2013 l'a reconnu dans la rue », affirme dans un communiqué le comité Idaho-France.

« Cet individu a ramené trois autres personnes pour attaquer Nidhal Belarbi, en proférant des insultes homophobes », et le « rouer de coups », poursuit le texte.

Une source policière a confirmé à l'Agence France-Presse l'agression menée, selon elle, par trois personnes, vers 0h30.

« La victime a porté plainte le lendemain, déclarant un caractère homophobe dans son agression.»

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « violences volontaires en réunion à raison de l'orientation sexuelle de la victime ».

« Il est rentré vers 1 heure du matin en état de choc », a raconté à l'Agence France-Presse Louis-Georges Tin, fondateur de la Journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie, qui héberge Nidhal Belarbi en attendant qu'il obtienne un logement.

Alors qu'ils se trouvaient dans un camion de pompiers, avant que Nidhal Belarbi ne soit transporté aux urgences, « un homme a forcé la porte, l'a ouverte, et Nidhal a immédiatement pris peur.

Il a dit : “C'est lui, je le reconnais.” C'était son agresseur qui revenait “terminer le travail”. Il a fallu que le pompier le repousse et verrouille la porte », a ajouté Louis-Georges Tin.

Nidhal Belarbi n'a « pas de fracture », mais il souffre de « nombreuses contusions aux côtes et au cou » qui ont nécessité la pose d'une minerve, a-t-il indiqué.

Selon Idaho France, l'agresseur travaille à la sécurité d'un bar de la rue de Lappe, dans le quartier de Bastille, non loin du lieu de l'attaque, et « n'en est pas à sa première agression ».

Son président Alexandre Marcel demande à la Ville de Paris « de suspendre la licence d'exploitation de ce café, tant que le patron continuera à embaucher et à financer les agresseurs homophobes ».

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de endimion34
12/août/2019 - 18h10
PobleSec1 a écrit :

Les membres de la manif pour tous qui ont agressé des gays étaient bien français,pour memoire

oui mais c'était surtout des mono neurones de base

Portrait de BrunoNo
12/août/2019 - 17h16

S'il y a bien une chose pour unir tous les bas de QI de la planète c'est bien la religion.

Et dans presque toutes les religions du monde l'homosexualité est l'oeuvre du diable.

Les vigiles sont très souvent d'anciennes racailles et presque toujours des débiles profonds.A quand un grand broyeur pour se débarrasser de toutes ces racailles incultes homophobes ?

Portrait de michlo75
12/août/2019 - 13h50
PobleSec1 a écrit :

Tolerer les gays c'est les considérer comme de sous citoyens a qui l'on permet d'exister avec condescendance. Personne n'a besoin de ''tolérance'',mais besoin de respect. La tolérance il y a des maisons pour ça

complètement d'accord

Portrait de cineberry
12/août/2019 - 11h47

Et bien sûr, ces courageux individus qui traitent les homos de sous-hommes s'y sont mis à quatre pour le tabasser...

Portrait de yenavraimentmarre
12/août/2019 - 10h27

A force de laisser rentrer n'importe qui sur notre territoire, voilà ce qui arrive ! Ce pauvre homme pensait être en sécurité en France, c'est tout le contraire.Ses agresseurs doivent être retrouvés et lourdement condamnés.

Portrait de michlo75
12/août/2019 - 08h39

Plus les gens sont libres plus ceux qui ne peuvent pas vivre ou ont peur de cette liberté deviennent violents car leur monde fait de certitudes vacille.