29/07 14:36

Fusillade à Ollioules : Le procureur affirme dans une conférence de presse que la piste est celle du règlement de compte au vu de la personnalité des victimes: "29 étuis de balles de fusil d'assaut ont été retrouvées"

14h32: Le vice-procureur de la République de Toulon a donné une conférence de presse dans laquelle il affirme:

"Les jours de l'homme de 58 ans blessé ne sont plus en danger. Le règlement de compte est privilégié du fait du mode d'action et du profil des victimes. 29 étuis de balles de fusil d'assaut ont été retrouvées.

Deux des victimes, visées par des tirs d'arme automatique, sont deux hommes de 29 et 30 ans, connus entre autres pour des affaires de stupéfiants. Tous deux étaient "connus très défavorablement des services de la police municipale", pour des affaires de stupéfiants et de vol. L'une des victimes portait une sacoche contenant plusieurs liasses de billets et une arme de poing. Ils sont arrivés sur les lieux une heure avant la fusillade, sans doute pour un rendez-vous, et ont "vraisemblablement été victime d'un guet-apens", selon Dominique Mirkovic. Touchés au bas du corps, ils sont décédés à l'hôpital.

La troisième personne tuée dans la fusillade est une femme de 58 ans , une victime collatérale, qui circulait à scooter avec son mari et aurait été victime d'une balle perdue, comme son époux, grièvement blessé et transféré à l'hôpital. M. et Mme Santos, un couple de quinquagénaires venus de Vesoul (Haute-Saône), étaient là en vacances, dans la résidence secondaire qu'ils avaient achetée dans la commune en 2016.D'après un proche de la famille, joint par l'AFP, le couple venait d'arriver dans sa maison, rejoint par leurs enfants, pour trois semaines de vacances. Catherine Santos avait créé une entreprise de retraitement de fromage, à Mailley-Chazelot. Elle avait également été juge consulaire au tribunal de commerce de Vesoul. Son mari, 59 ans, est directeur produit d'une entreprise de fabrication de fils d'acier à Conflandey.

11h51: "Les conditions de ce drame sont effectivement celle d'un règlement de comptes (...) d'un guet-apens", a déclaré le préfet du Var sur BFMTV. L'état de l'homme gravement blessé est "stabilisé", a-t-il indiqué en précisant qu'il a été "opéré ce matin".

11h09: La thèse du règlement de comptes semblait s’imposer lundi dans le dossier de la fusillade qui a fait trois morts et un blessé grave dimanche soir à Ollioules (Var), en raison des armes utilisées par le ou les tireurs, toujours en fuite, et du profil des victimes, a-t-on appris de source policière.

Deux des personnes décédées, a priori les cibles des tirs, sont deux hommes de 29 et 30 ans, connus entre autres pour des affaires de stupéfiants. La troisième personne tuée dans cette fusillade est une femme de 57 ans, une victime collatérale semble-t-il, qui circulait à scooter avec son mari et aurait été victime d’une balle perdue.

«Il y avait au moins deux armes, et au moins un fusil d’assaut, au vu des munitions retrouvées sur place», a-t-on précisé de même source. Quant aux tireurs, ils étaient a priori deux dimanche soir vers 20H30, devant cette station de lavage d’Ollioules, une commune à l’ouest de Toulon: «On suppose deux, mais on reste prudent tant qu’on ne les a pas interpellés».

La dernière victime des tirs serait le conducteur du scooter, le mari de la femme tuée, âgé de 58 ans. Il a été transféré à l’hôpital dans un état grave. Selon les médias locaux, il s’agirait d’un couple de touristes habitués de la commune.

Sur Twitter, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a fait part de sa «pleine confiance» aux policiers et à leur «détermination à éradiquer ces réseaux criminels qui gangrènent nos quartiers». «Tous les moyens sont mis en oeuvre pour identifier et interpeller les auteurs» de cette fusillade, a-t-il insisté.

Dès dimanche soir, le maire de la commune, Robert Beneventi, sur franceinfo avait évoqué un «règlement de comptes» probablement lié à «la reconquête d’un trafic de drogues».

07h16: Trois personnes ont été tuées et une blessée hier soir à Ollioules, dans le Var, au cours d'une fusillade. L'une des personnes décédées est une femme, passagère d'un scooter, qui serait une victime collatérale, a-t-on précisé de même source, confirmant l'information initiale donnée par le quotidien régional Var Matin. 

Sur Twitter, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a affirmé que "tous les moyens sont mis en oeuvre pour identifier et interpeller les auteurs" de cette fusillade: "Pleine confiance en nos policiers dont je sais, au quotidien, la détermination à éradiquer ces réseaux criminels qui gangrènent nos quartiers", a-t-il ajouté.

Ni le nombre de tireurs ni le le type d'armes utilisées ne sont connus pour l'instant. L'enquête sur cette fusillade, qui a eu lieu vers 20H30, a été confiée à la police judiciaire.

"Ces jeunes qui sont tombés sous les balles sont connus très défavorablement des services de la police municipale", a assuré dimanche soir à Var-Matin le maire de la commune d'Ollioules, Robert Beneventi. Il s'agirait des deux premières victimes de la fusillade, dont ils auraient été la cible.

Dans un communiqué sur le site Facebook de la commune, M. Beneventi a par ailleurs adressé toute ses pensées "aux deux victimes innocentes (...) et à leurs familles".

Selon Var Matin, ces deux victimes seraient la femme décédée et le blessé, le conducteur du scooter, deux vacanciers qui avaient leurs habitudes à Ollioules.

Les faits se sont déroulés sur la départementale D11 qui traverse cette commune située à l'ouest de Toulon, près d'une station essence et d'une station de lavage, dans un quartier qui n'est pas connu pour être particulièrement tendu.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de moije
29/juillet/2019 - 18h07
PobleSec a écrit :

Les résultats de la dernière enquête Cadre de vie et sécurité pour 2016, résumés dans le rapport annuel de victimation de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) confirment trois tendances à la baisse sur le moyen terme en France métropolitaine : celle des cambriolages ou des tentatives de cambriolage , avec 470 000 ménages s’en déclarant victime en 2016, contre 548 000 en 2014 ; celle du nombre de personnes victimes d’un vol avec violence physique ou menaces, estimé en 2016 à 186 000 alors qu’il atteignait 372 000 en 2013 ; enfin, le recul du nombre de personnes de 14 ans et plus ayant subi des violences physiques (hors ménages), de 770 000 en 2015 à 610 000 victimes déclarées en 2016.

Pour ceux qui pensent connement qu'il y avait moins de violences avant

Youpi ! c'est comme le chômage ça baisse !

Portrait de A.Thomas
29/juillet/2019 - 15h10
canopee02 a écrit :

C'est le châtiment! Faites pénitence! La fin des temps est venue!

Moi aussi j'étais fan de Tintin.

L'étoile mystérieuse ?

Portrait de jarod.26
29/juillet/2019 - 14h06
un acte isolé etc etc
Portrait de Rêve Américain
29/juillet/2019 - 08h33

C'est moins bon que le Rêve Américain 4-3