02/07 20:05

La loi interdisant la fessée et les "violences éducatives ordinaires" définitivement adoptée

La loi interdisant la fessée et les "violences éducatives ordinaires" est définitivement adoptée .

Le Parlement a adopté définitivement ce mardi, par un ultime vote du Sénat, une proposition de loi déjà votée par l'Assemblée nationale visant à interdire les "violences éducatives ordinaires".

Il s'agit d'inscrire dans le Code civil, à l'article lu à la mairie lors des mariages, que "l'autorité parentale s'exerce sans violences physiques ou psychologiques".

Une formule qui va bien au-delà du raccourci parfois pris à la légère de "loi anti-fessée", même si la portée du texte reste largement symbolique: il ne prévoit pas de nouvelles sanctions pénales, car elles existent déjà.

Le texte du MoDem avait été adopté en première lecture à l'Assemblée fin novembre par 51 voix contre 1 et trois abstentions.

En commission, les sénateurs l'ont adopté à l'unanimité et sans modifications.

La mesure avait en effet déjà été inscrite dans la loi "Égalité et citoyenneté", mais avait été censurée en janvier 2017 au motif qu'elle était sans rapport avec la loi ("cavalier législatif").

Selon la Fondation pour l'Enfance, 85% des parents français ont recours à des violences dites éducatives.

La France devient ainsi le 56e État à interdire totalement les châtiments corporels, selon l'"Initiative mondiale pour mettre un terme à tous les châtiments corporels sur les enfants", une ONG basée à Londres. Elle a été coiffée au poteau par le Kosovo, dont la loi a été adoptée le 27 juin. La Suède avait légiféré sur le sujet dès 1979.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Harriet
3/juillet/2019 - 10h00
HomoloGay a écrit :

Je vous rejoins largement. Entre adultes, on n'a pas à régler nos conflits par la violence. Il devrait en être de même avec les enfants.

A la lecture des commentaires précédant, je crois qu'une vraie réflexion doit être menée sur l'éducation. Ce n'est pas parce que les châtiments corporels sont désormais interdits (comme dans d'autres pays d'ailleurs) que l'éducation doit être permissive. Il y a d'autres solutions pour éduquer un enfant.

De toute façon, la fessée/claque etc ... est déjà un échec éducatif car l'autorité du parent, sa faculté à expliquer, sa gestion des crises sont , en amont, déficientes ... 

Portrait de jarod.26
3/juillet/2019 - 09h11
j'espère que les coups de pieds sont toujours autorisés smileysmiley
Portrait de Harriet
3/juillet/2019 - 07h59
.elraval3 a écrit :

La question à se poser. Si mon conjoint, un ami, un copain, se comporte mal et m 'à agacé, vais je lui coller une baffe ou l'insulter ?moi non. Alors pourquoi le ferais je à un enfant beaucoup plus fragile physiquement et psychologiquement ? 

Très pertinent ...

Si on admet que la violence n'est pas une façon, socialement admissible, de régler les conflits, on peut se demander quelles sont les répercussions , à l'adolescence/âge adulte, d' une éducation basée sur le rapport de force "physique" ... 

Portrait de KenShiro
3/juillet/2019 - 07h17
C'ptain What12 a écrit :

Ehhhh oui !  Les lois existantes suffisaient amplement.  Faut il encore les appliquer au lieu d'en créer des nouvelles pour amuser la galerie. 

Totalement d'accord avec @Suzie Goto et vous.

Quand à @LaRepubliqueC'estMoi.  je trouve vôtre commentaire intéressant.

Portrait de KenShiro
3/juillet/2019 - 07h00

Prochaines étapes, tu pourras être dénoncé pour avoir élever la voix sur ton enfant, cela étant jugé comme une maltraitance psychologique, le punir en le mettant au coin, là aussi bientôt interdit jugé humiliant.  En gros être parent sera simplement de dire oui à tout à son enfant sous peine de finir en garde à vue.

 

Lui par contre pourra cramer des bagnoles tranquille, si moins de 13ans il ferra tout ce qu'il veut aussi pénalement au vu de la nouvelle loi en préparation par LREM. C'est beau le progrès... smiley

Portrait de Gordon_F
2/juillet/2019 - 22h48

que des commentaires a la con pour rester poli. g pris des baffes par mon  pere ca a servi a rien....sevir,punir oui mais sans violences !

 

Portrait de Tenvalacruchealo
2/juillet/2019 - 22h33

Donc ceux qui frappent leurs enfants chez eux pourront continuer tranquillou mais dans la rue pas question ..si Ils veulent réellement protéger les enfants ils devraient donner les moyens aux services sociaux de pouvoir intervenir sans la paperasses qui parfois par sa longueur empêche  de sauver une vie. ..

Portrait de Suzie Goto
2/juillet/2019 - 20h56

Comme si ça allait empêcher ceux qui ne savent pas s'occuper de leur mômes ou  les brutes violentes de frapper !!!

Ça enrichira juste les avocats si plainte il y a

Portrait de B612
2/juillet/2019 - 20h50

Interdiction de la fessée, ou de la baffe. Par contre gazer (oups pardon : asperger de gaz (oups re-pardon : de substance) lacrymogène) et tirer à coup de LBD des jeunes qui manifestent ou font la fete, ça on peut, et sans autorité parentale en plus... #OuEstSteve

Portrait de LOL
2/juillet/2019 - 20h14

Y a des baffes qui se perdent smiley

Portrait de Philou-02.
2/juillet/2019 - 20h13

... et les gronder ? Est-ce encore tolérable ? smiley