02/07 11:16

Le député PCF Alain Bruneel passe six heures sur un brancard aux urgences "incognito" et dénonce une situation "dramatique"

"Six heures d'attente et encore, j'ai eu de la chance": après une nuit passée "incognito" sur un brancard aux urgences de Douai (Nord), le député PCF Alain Bruneel dénonce une situation "dramatique", appelant Agnès Buzyn à faire cette expérience, "sans caméra ni collaborateur".

Alors que plus de 150 services d'urgences sont en grève pour réclamer de meilleures conditions de travail, le député communiste du Nord souhaitait "constater" la réalité et "suivre le parcours d’un patient +lambda+", mais sans prévenir la direction de l'hôpital au préalable, a-t-il expliqué à l'AFP. Vendredi soir, il s'est donc rendu aux urgences de Douai, "en simulant des maux de ventre".

"A 21H30, lorsque je suis arrivé devant l'une des deux infirmières régulatrices", chargées de "juger de l'état de gravité" des patients et de les orienter, "plus de 200 personnes, dont 59 enfants, étaient déjà passées dans la journée", a-t-il raconté.

"On a pris ma tension, ma température, j'ai passé un électro-cardiogramme" puis "on m'a indiqué qu'il y avait 3h20 d'attente -hors urgences vitales- avant d'être ausculté par un médecin (...) J'ai finalement attendu six heures", a déploré l'élu.

"Le personnel fait tout ce qu'il peut, avec ce qu'il a (...) mais la situation est dramatique": "les brancards s'entassent, dans les couloirs" puis "en file indienne avant d'arriver devant les trois box" réservés aux consultations, a-t-il détaillé.

"Il fait une chaleur énorme, le personnel ne peut ni nous donner à boire ni à manger car ils ne savent pas ce qu'on a (...) Des personnes âgées ont besoin d'aller aux toilettes, mais il n'y a pas assez de personnel, alors des patients se lèvent pour aller chercher l'infirmière, accompagnant parfois eux-mêmes ces personnes aux toilettes", a-t-il encore témoigné.

"Le personnel, toujours en mouvement, n'arrête jamais" et "se retrouve à bout de souffle", a ajouté M. Bruneel, dénonçant "le manque criant de moyens humains et matériels".

Alors que se profile un été caniculaire, "le gouvernement n’a pas pris le pouls réel de cette situation dramatique", a enfin estimé M. Bruneel, invitant la ministre de la Santé Agnès Buzyn à "passer une nuit aux urgences, sans caméra ni collaborateur, cette expérience valant plus que tous les rapports écrits, passés et à venir".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de tobian
3/juillet/2019 - 13h59

   On ne dit pas la fin de l'histoire. Il a été pris en charge, il n'avait rien. Il a pris la place d'un vrai malade. L'urgentiste aurait dû lui faire payer au moins la consultation.

Portrait de tobian
3/juillet/2019 - 13h56

   On ne dit pas la fin de l'histoire. Il a été pris en charge, il n'avait rien. IUlk a

Portrait de tobian
3/juillet/2019 - 13h56

   On ne dit pas la fin de l'histoire. Il a été pris en charge, il n'avait rien. IUlk a

Portrait de markolopo
2/juillet/2019 - 15h07

C'est inadmissible.

Les urgences auraient dû gérer son cas en 5 min... en le foutant à la porte et en le poursuivant pour fausse déclaration de renseignements ayant inutilement mobilisé les services de secours.

Portrait de endimion34
2/juillet/2019 - 11h55

allez encore un député débile, donc sachez monsieur le député, que les urgences sont plein d'abrutis qui vont là bas alors que leurs problèmes dépendent du médecin traitant. beaucoup ne sont pas encore au courant que le médecin traitant prend le tiers payant et qu'on ne paie plus son docteur préféré (oui j'adore mon médecin, c'est une crème). et que en cas de réelle urgence, ben il y a les cliniques privées qui ont pour certaines un service d'urgence, et qui prennent aussi la carte vitale et la mutuelle, donc 0 dépense, et tu es accueillit de suite. le souci vient d'un manque d'informations / éducations des patients. j'ai vu des mecs faire la queue aux urgences pour avoir... du doliprane. la ministre de la santé ne peut rien faire face à la connerie des gens. non pas que la chine soit un exemple, mais le fait qu'ils notent les citoyens sur leurs actes permettraient peut être aux français de réfléchir à leurs incivilités

les urgences c'est pour les urgences, point barre

Portrait de loui quatorz
2/juillet/2019 - 11h43

bienvenue dans le monde réèl