06/05 18:23

Paris : Les six pompiers ont été placés sous le statut de témoin assisté dans le cadre d'une enquête sur le viol d'une étudiante norvégienne dans la caserne Plaisance

18h21: Les six pompiers ont été placés sous le statut de témoin assisté par le juge d'instruction, a appris France 3 de source judiciaire. Ils sont soupçonnés d'avoir violé en réunion une jeune Norvégienne à la caserne Plaisance, dans la nuit du vendredi 3 au samedi 4 mai.

La victime affirme avoir d'abord eu "un rapport consenti" avec l'un des pompiers, âgé de 26 ans, "dans le noir", dans la chambre de ce dernier. Mais cette relation sexuelle aurait été "suivie d'autres non consenties avec des pompiers, six ou sept, selon elle", d'après France 3. La jeune fille se serait ensuite réfugiée dans les toilettes de la caserne avant d'être découverte par ses amies, "en état de choc".

11h13: Six sapeurs-pompiers de Paris en garde à vue depuis samedi dans le cadre d’une enquête pour «viols en réunion» vont être présentés dans la journée à un juge d’instruction en vue de leur mise en examen, a annoncé lundi le parquet.

Au total, huit soldats du feu avaient été placés en garde à vue samedi après la plainte d’une étudiante norvégienne de 20 ans qui dénonçait des faits de viol en réunion survenus dans la nuit de vendredi à samedi, selon une source proche du dossier, confirmant les informations du Parisien qui a révélé l’affaire ce week-end.

A l’issue de 48 heures de garde à vue dans les locaux du 3e district de police judiciaire, six d’entre eux âgés de 23 à 35 ans ont été présentés lundi matin à la section des affaires militaires du parquet de Paris.

Ils doivent désormais comparaître dans la journée devant un juge d’instruction «dans le cadre d’une information judiciaire qui sera ouverte des chefs de viols en réunion et non-empêchement de crime», a indiqué le parquet.

Selon deux sources proches de l’enquête, tous ne sont pas impliqués dans les faits de viol, certains d’entre eux étant soupçonnés de «non-empêchement de crime».

Dans la nuit de vendredi à samedi, un des pompiers s’était rendu vers 4H00 du matin à la caserne Plaisance, dans le 14e arrondissement de la capitale, accompagné de cette étudiante norvégienne rencontrée lors d’une soirée arrosée dans un bar, a expliqué la source proche du dossier, précisant qu’il ne faisait pas partie des hommes présentés lundi à la justice.

Devant les enquêteurs, la jeune femme «a décrit une relation consentie avec ce pompier et ensuite des relations imposées par d’autres», a-t-on ajouté de même source.

L’étudiante s’est alors enfermée dans les toilettes avant de quitter les lieux. Elle a été retrouvée, en état de choc, par une de ses amies au petit matin.

08h05: C'est une terrible affaire qui éclabousse ce lundi matin les pompiers de Paris. Sept pompiers de la caserne Plaisance, dans le 14e arrondissement de Paris sont désormais en garde à vue dans le cadre de l'enquête en flagrance ouverte par le parquet pour viol en réunion.

Trois d'entre eux avaient été interpellés dès samedi matin, quatre autres les ont rejoint ce dimanche. Ils sont actuellement entendus dans les locaux de la 3e division de la police judiciaire.

D'après les premiers éléments, les trois hommes interpellés dans un premier temps ont expliqué être sortis dans un bar du 6e arrondissement pour le pot de départ d'un de leur collègue en début de soirée. C'est là qu'ils ont fait la connaissance d'étudiantes norvégiennes. Selon les déclarations des pompiers, la soirée s'est ensuite poursuivie dans un autre bar avant que certains d'entre eux - accompagnés de trois jeunes femmes - ne reviennent vers 4h du matin à la caserne.

Une des étudiantes aurait alors eu une relation sexuelle consentie avec un des pompiers après quoi elle se serait fait violer par plusieurs d'entre eux dans une chambre de la caserne.

Les gardés à vue affirment au contraire que les relations sexuelles suivantes étaient également consenties.

La jeune fille a été retrouvée - en état de choc - par une de ses amies.

La chambre où se sont déroulés les faits a été placé sous scellé et sous surveillance, pour des investigations de police technique et scientifique. Le porte-parole des Pompiers, Gabriel Plus a affirmé au Parisien qu'à l'issue de leur garde à vue les pompiers devraient être suspendus "pour faciliter l’enquête de commandement, déjà diligentée", a-t-il déclaré.

"Si les soupçons de viols sont avérés nous ferons preuve de la plus grande fermeté" a-t-il prévenu, dénonçant, si les faits sont avérés, des "agissements (...) contraires aux valeurs défendues par les sapeurs pompiers de Paris".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Harriet
6/mai/2019 - 20h54
C'ptain What° a écrit :

Je dirai même que le port de l'uniforme est un facteur aggravant car il représente la droiture et l'honnêteté. 

Maintenant je reste circonspect sur les faits vu que les protagonistes ne sont placés que sous le régime de "témoin assisté".. Apparemment le procureur manque de billes. 

Tout à fait , il faut attendre les résultats de l'enquête et ceux des tests ADN etc ... (D'où le statut de témoin assisté ? )

Néanmoins, le fait qu'elle ait reconnu une relation consentie, tend à prouver sa lucidité/bonne foi : une mythomane n' aurait probablement pas fait le "distinguo"  ... smiley

Portrait de Harriet
6/mai/2019 - 19h57
HomoloGay a écrit :

Non ! Le viol est indéfendable (sous réserve de la présomption d'innocente). La gamine souhaitait avoir des relations avec UN pompier, pas avec toute la caserne.

On ne peut que donner un conseil de prudence à nos jeunes filles, mais en aucun cas une victime doit être culpabilisée.

Tout à fait  ... smiley

De plus, le port de l'uniforme (les pompiers de Paris étant  des militaires) peut mettre en confiance des étudiantes étrangères désireuses de découvrir la capitale et  s'amuser , sans pour autant que ça se termine en "tournante" smiley ... 

Portrait de A.Thomas
6/mai/2019 - 18h25
HomoloGay a écrit :

Non ! Le viol est indéfendable (sous réserve de la présomption d'innocente). La gamine souhaitait avoir des relations avec UN pompier, pas avec toute la caserne.

On ne peut que donner un conseil de prudence à nos jeunes filles, mais en aucun cas une victime doit être culpabilisée.

Bravo monsieur!

Portrait de francischerasse
6/mai/2019 - 14h24
falko a écrit :

Nos heros qui sauvent des vies nous cachent ils qq chose?lol

ils cachent énormément de choses !!!! trop meme

Portrait de francischerasse
6/mai/2019 - 14h23

a force d'être vénéré par tout le monde et mis au devant de la scène chaque jour, a force de leur distribuer des médailles à tour de bras, les mecs se pensent au dessus des lois. L'humilité, ils ne connaissent plus!

Portrait de Greenday2013
6/mai/2019 - 13h55

Encore une naïve qui va dans les casernes de pompiers en pleine nuit.

Elle pensait jouer à la belote, certainement.

Portrait de Tonydi
6/mai/2019 - 11h47 - depuis l'application mobile
Lilou.St.Bo a écrit :

Référence stupide au "rêve américain" ; lequel rêve n'a strictement rien à voir avec un viol ou une quelconque autre exaction ! 

@Lilou.St.Bo sans déconner!!! Toi pas avoir compris je pense...

Portrait de Lilou.St.Bo
6/mai/2019 - 11h11
Tonydi a écrit :
Le rêve américain... Ah bah non c’est bien français!

Référence stupide au "rêve américain" ; lequel rêve n'a strictement rien à voir avec un viol ou une quelconque autre exaction ! 

Portrait de medo2511
6/mai/2019 - 10h03

Pourquoi les autres filles n'ont pas porté plainte, elles ? Elles ont été témoins et pas violées ? 

Portrait de Tonydi
6/mai/2019 - 08h42 - depuis l'application mobile

Le rêve américain... Ah bah non c’est bien français!