23/03 13:01

Les crédits à la consommation ont progressé de +5% en 2018 par rapport à l’année précédente, selon l'Association Française des Sociétés Financières

Il y a quelques jours, l'Association Française des Sociétés Financières (ASF) a publié ses statistiques concernant la production de crédit à la consommation sur l'année 2018.

L'année dernière, « dans un contexte économique et social perturbé », les crédits à la consommation ont progressé de 5% par rapport à 2017, comme le rapporte le site Taux.com. Trois mois sont "particulièrement dynamiques", constate l'ASF : avril (+11,6%), juillet (+12,2%) et octobre (+9,2%). Sur l'ensemble du quatrième trimestre, l'activité a enregistré une hausse de +2,3%. Une faible hausse par rapport aux précédents trimestres de l'année (+3,5% au premier trimestre, +7,7% au printemps 2018 et +7,4% au cours de l'été 2018).

Dans ses statistiques de l'année 2018, l'Association Française des Sociétés Financières détaille les différents secteurs dans lesquels sont utilisés les crédits à la consommation (voir plus bas) : les financements de biens d'équipement, financements d'automobiles neuves, le prêt personnel, les crédits renouvelables et le financement des automobiles d'occasions.

Cofidis, Cetelem, Hello bank!, Macif, Carrefour Banque, Axa Banque, BNP Paribas, La Banque Postale... Parmi les nombreux sites proposant des crédits à la consommation, il est parfois difficile de s’y retrouver. Pas de panique ! Il existe des sites comme Taux.com qui peuvent vous aider dans vos démarches. En effet, il s'agit d'un comparateur de crédit renouvelable, prêt personnel, crédit automobile et moto, prêt travaux, rachat de crédit et prêt immobilier en France.

Il est ainsi très facile et rapide de comparer différentes offres de crédit proposées par les organismes financiers, permettant ainsi d'obtenir le meilleur taux.

Les financements de biens d'équipement

Sur l'ensemble de l'année 2018, les financements de biens d'équipements ont progressé de 4,7% par rapport à la précédente année, à 3,1 millions d'euros. Dans le détail, au premier trimestre, une baisse de -2% a été enregistrée avant qu'au printemps 2018, la courbe s'inverse avec +5,2%. Une embellie qui a continué pour les deux autres derniers trimestres : +7% au troisième trimestre et +8,1% au dernier trimestre 2018.

A noter que, dans cette catégorie, sont inclus les financements pour plusieurs équipements comme l’électroménager, les équipements multimédias ou encore les meubles.

Les financements d'automobiles neuves

Alors que les nouvelles immatriculations ont augmenté de 3% l'année dernière — le plus haut niveau depuis les sept dernières années —, l'Association Française des Sociétés Financières note que les financements de voitures particulières neuves enregistrent une hausse de 9,5% par rapport à 2017.

Dans le détail, les quatre trimestres de 2018 sont dans le vert : une croissance de +7,4% au premier trimestre, +12,7% au printemps, +12,8% durant l'été pour finir sur une hausse de 4,9% pour le dernier trimestre 2018. À noter que les trois quarts des financements d'automobiles neuves concernent les LOA, les Locations avec Option d'Achat. Ces derniers étaient en hausse de +13,5% en 2018.

Le prêt personnel

"Malgré quelques mois en recul, les prêts personnels affichent une évolution positive sur chacun des quatre trimestres 2018", précise l'Association Française des Sociétés Financières qui indique que, sur l’année, une croissance de +3,8% par rapport à l’année précédente.

Dans le détail, au premier trimestre, les prêts personnels ont affiché une hausse de 1,8% par rapport à la même période un an auparavant. Ensuite, au printemps, ils ont progressé de +5,9% et de +7,1% durant l'été 2018. Enfin, l'année s'est terminée avec une légère hausse : +0,9%.

"Avec une production annuelle de 13,9 Mds d’euros, le prêt personnel demeure, comme les années précédentes, le produit de financement des établissements spécialisés en crédit à la consommation le plus utilisé par les particuliers, devant les crédits affectés, les crédits renouvelables et la LOA", indique l'ASF.

Les crédits renouvelables

Autrefois appelé "crédit revolving", le crédit renouvelable est une formule de crédit à la consommation, comme le rappelle le site de l'Institut National de la Consommation, qui correspond à la mise à disposition d'une somme d'argent que le bénéficiaire peut utiliser librement. "Le montant disponible est reconstitué au fur et à mesure de vos remboursements, dans la limite du montant autorisé", ajoute l'INC.

L'année dernière, l'activité des crédits renouvelables a connu une baisse de -0,5%. Dans le détail, au premier trimestre, elle a connu une baisse de 0,7%, avant que la tendance ne s'inverse au printemps et au cours de l'été avec, respectivement, +0,5% et 0,4%. L'année 2018 s'est terminée comme elle avait commencé avec une baisse : -1,9% au dernier trimestre.

Financements d'automobiles d'occasion

Sur l'ensemble de l'année 2018, ces financements progressent de 11,8% avec 4,3 millions d'euros. Dans le détail, les trois premiers trimestres sont passés au-dessus des 10% : +13,1% au premier trimestre, +16,8% au printemps et +10,5% au cours de l'été. Seul point noir : le dernier trimestre avec un financement d'automobiles d'occasion en recul de -10,1%.

En un an, le chiffre de surendettement en baisse de 10%

Les données de l’Association Française des Sociétés Financières sont dévoilées alors que la Banque de France a rendu publique son rapport concernant le surendettement, il y a quelques semaines.  Selon les chiffres recueillis, les précaires et les femmes sont les plus vulnérables face au surendettement. L'an dernier, près de 163.000 dossiers de surendettement ont été déposés auprès des commissions de surendettement, un chiffre en baisse de 10% sur un an et de 27% par rapport à 2013.

Par ailleurs, près de 92.000 nouveaux cas de surendettement ont été enregistrés, en recul de 4,4% sur un an. "Il s'agit du volume le plus faible depuis 1998", note la Banque de France. Depuis 2011, la part des dettes de crédit à la consommation dans la dette globale des ménages surendettés a chuté de plus de 20 points, passant de 58,2% à 37,8% du total.

En revanche, de 2010 à 2017, l'endettement immobilier a quasiment atteint le même niveau que le crédit à la consommation (35,2% du total de l'endettement) alors qu'il ne concerne que 15% des surendettés, les trois quarts d'entre eux étant locataires.

Ailleurs sur le web

Vos réactions