13/01 10:16

Gilets Jaunes - Les images de la tentative de lynchage de l'équipe de journalistes de LCI à Rouen attaquée par une dizaines d'individus, malgré la protection d'un service de sécurité

Nos confrères de Paris-Normandie ont diffusé la vidéo de l'équipe de LCI prise à partie de façon très violente hier à Rouen. Une attaque d'une telle violence que l'un des deux membres chargé de leur sécurité à du être hospitalisé.

D’après la préfecture de la Seine-Maritime, qui confirme les informations de Paris-Normandie, l’un des agents de sécurité serait venu au secours de son collègue. Il a alors été agressé par des manifestants et souffre d’une fracture du nez. Les quatre membres de l’équipe ont déposé plainte au commissariat de police de Rouen.

A Paris, une équipe de journalistes de LCI a aussi été prise à partie par quelques manifestants et une journaliste jetée à terre avant d'être protégée par d'autres manifestants, a constaté un journaliste de l'AFP. Le ministre de la Culture Franck Riester a dénoncé sur Twitter un "ignoble lynchage" à Rouen.

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Grivaux a, lui, poussé un "coup de gueule" sur le réseau social: "Depuis des semaines des équipes de journalistes sont prises à partie et subissent des violences de la part de manifestants partout en France".

A Toulon, dans le Var, deux journalistes vidéo de l'AFP ont été menacés alors qu'ils filmaient des échauffourées, avant de trouver refuge dans un restaurant.

D'abord pris à partie par un jeune homme sans gilet jaune, ils ont été poursuivis par une dizaine de personnes et ont reçu "des claques dans le dos, dans la caméra" et un "coup de pied (...) dans la hanche", a raconté l'un d'eux.

A Marseille, la tension est brièvement montée, au début de la manifestation, quand une dizaine de gilets jaunes ont empêché de travailler une journaliste vidéo de France 3 et deux photographes locaux, les contraignant à s'éloigner, en insultant "les journalistes, qui ne font que mentir".

"La seule info, c'est sur les réseaux sociaux", criait la "gilet jaune" à l'origine de l'incident.

"A #Toulouse, une horde de #GiletsJaunes se défoule sur UNE journaliste de @ladepechedumidi SEULE dans sa voiture. +On va te sortir et te violer+", a rapporté Lionel Laparade, un rédacteur en chef adjoint du journal sur Twitter.

A Paris, un agent de sécurité accompagnant un vidéaste de l'AFP a, lui, reçu des coups de matraque de la part des forces de l'ordre. "Dans notre démocratie, la presse est libre", a réagi le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner sur Twitter.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Visiteur96
13/janvier/2019 - 19h53

Les journaleux de LCI disent qu'il y a 50 000 gilets jaunes ?!

Looool.

C'est vraiment dommage que ce gouvernement de la honte se mette à genoux (Mesures d'urgence à 11 Milliards) devant juste 50 000 personnes. Un peu paradoxal tout ça non ?

Soyons sérieux, la moitié de la France est gilet jaune ou a minima sympatisante. Il suffit d'écouter les gens autour de nous pour s'en rendre compte. Et c'est bien parce que la moitié de la France en a marre de cet amateurisme gouvernemental que nos soi-disant "élites" de l'ENA font dans leur froc (permettez-moi l'expression).

Les GJ sont tellement peu nombreux et faibles qu'ils sont capables de défoncer la porte d'un Ministère (MI.N.I.S.T.E.R.E) et de ravager la cour intérieure pendant 10 min…. sans être inquiétés.

Portrait de B612
13/janvier/2019 - 15h52

Inadmissible mais le résultat d'un traitement de l'info spectaculaire qui fait de l'audience. Celui-ci n'allant pas dans le sens de la vérité, puisqu'ils n'en montrent surtout qu'un aspect. Mais agresser les médias, en plus d'être inadmissible car violent, est de plus anti-constructif, car contribue à la décrédibilisation du mouvement.

On a pu aussi voir par exemple hier à Toulouse une femme Gilet Jaune empêcher d'autres manifestants d'en découdre avec les forces de l'ordre, aidé par la suite par d'autres manifestants. Vu seulement dans deux médias, un média local et un média alternatif ("Toulouse : une Gilet jaune pacifiste s'interpose entre des manifestants et des policiers").

Portrait de swatss
13/janvier/2019 - 13h16
Bactérie a écrit :

Hitler sortait son pays de la ruine, de l'hyperinflation et de l'esclavage financier pendant que les bolchéviks faisaient ce qu'ils font à chaque fois, massacrer leur propre peuple.

Il a permis à chaque allemand d'avoir du travail, dignement payé, une maison et d'offrir une vie meilleure à leurs enfants, pendant que les bolchéviks donnaient à leur peuple ce qu'ils leur donnent à chaque fois, la famine et les camps.

La base du national socialisme c'est l'idéologie blut und boden qui est à l'origine de l'écologie et du devoir de protection prioritaire envers le petit peuple qui fait bouffer tout le monde.

Hitler n'est pas diabolisé pour des soi-disant gazages. D'ailleurs on voit bien dans l'histoire très récente au proche orient que chaque fois qu'un chef d'état dérange le système, ce même système l'accuse de gazer tout le monde pour justifier d'aller lui faire la guerre et on se rend compte très vite que ces gazages n'étaient que des mensonges.

Si Hitler est diabolisé, c'est parce qu'il avait construit un régime qui permettait à un pays d'être prospère et social tout en étant débarrassé de la finance et du racket institutionnel par la dette.

Tous les chefs d'état qui ont essayé ont connu le même sort que lui.

La vache pour sortir autant de bêtise faut en avoir des grosses et bien accrochés....Sinon j'en suis sûr vous êtes ajour dans les cotisations regret du III e reich .

Portrait de Visiteur96
13/janvier/2019 - 12h01
Tonton85 a écrit :

Il est marrant de voir votre façon de penser. Si ce qui se dit va dans votre sens c'est la pure vérité. Mais dès que c'est à l'inverse, c'est mensonges, calomnies, fake news ou complaisance.

Tout n'est jamais tout noir ou tout blanc. Et c'est rarement celui qui crie le plus fort qui a raison.

 

Je suis d'accord avec vous. Ce n'est pas celui qui aboie le plus qui a raison, et tout n'est pas noir ou blanc. Mais là, on a affaire à un scandale d'Etat qui dépasse l'entendement. Comment pouvez-vous entendre TOUS les journalistes annoncer doctement : "Il y a 50 000 manifestants, et 80 000 forces de l'ordre". CE N'EST PAS POSSIBLE. On est carrément dans le domaine du "tout noir". Je ne cautionne pas la violence, mais, devant un tel déni de réalité, on peut malheureusement la comprendre. Je demande solennellement aux journalistes de se reprendre tout de suite, pendant qu'il en est encore temps, de justifier leurs salaires, et de ne pas répéter béatement les mensonges éhontés de ce gouvernement de purs amateuristes !!!

Portrait de sylviane69
13/janvier/2019 - 11h41

ne pas aimer les journalistes (pour ne citer qu'eux) justifie-t-il cette haine et leur taper dessus à ce point là.Les GJ disent qu'on est en dictature, mais c'est plutôt eux qui sont dans la dictatureFaut voir comme on se fait tomber dessus quand on leur dit qu'on est pas d'accord avec telle ou telle action.

Portrait de Tonton85
13/janvier/2019 - 11h38
Visiteur96 a écrit :

Franchement, je comprends la haine des gens. Les journaliste ne font pas leur travail !!! Ils sont à la solde de la préfecture, et répètent une propagande mensongère honteuse ! (mobilisation à la baisse (lol !), des chiffres divisés par 10 où les manifestants sont moins nombreux que les CRS (lol, c'est un peu gros leurs conneries).

On respectera les journalistes quand ils commenceront à faire le travail pour lequel ils sont payés !

Il est marrant de voir votre façon de penser. Si ce qui se dit va dans votre sens c'est la pure vérité. Mais dès que c'est à l'inverse, c'est mensonges, calomnies, fake news ou complaisance.

Tout n'est jamais tout noir ou tout blanc. Et c'est rarement celui qui crie le plus fort qui a raison.

 

Portrait de Tonton85
13/janvier/2019 - 11h35
Bactérie a écrit :

Que ce soit les black blocs ou GJ qui tapent ces fumiers, peu importe.

Vu le nombre de lynchages policiers qu'ont subit les manifestants et que les journalistes font exprès d'ignorer car ça ne sert pas la propagande officielle, c'est très bien qu'ils mangent un peu.

Ils ne mangeront jamais autant que nous et je ne vois pas pourquoi quand c'est eux, ça doit tout de suite être plus important que quand c'est nous.

Après il faut être honnête, dans le cas de Rouen, ils n'ont pas été tapé car journalistes mais parce qu'ils ont été confondus avec des agents de la BAC qui tirait à flux tendu sur la foule depuis le matin.

Peut être parce que eux "mangent" dans l'exercice de leur métier.

Vous, vous n'avez qu'à pas harceler les forces de l'ordre ou ne pas vous placer en 1ères lignes avec les casseurs.

Portrait de Visiteur96
13/janvier/2019 - 11h16

Franchement, je comprends la haine des gens. Les journaliste ne font pas leur travail !!! Ils sont à la solde de la préfecture, et répètent une propagande mensongère honteuse ! (mobilisation à la baisse (lol !), des chiffres divisés par 10 où les manifestants sont moins nombreux que les CRS (lol, c'est un peu gros leurs conneries).

On respectera les journalistes quand ils commenceront à faire le travail pour lequel ils sont payés !

Portrait de dominique34
13/janvier/2019 - 11h12
robert75xx a écrit :

si les journalistes étaient impartiaux, ça n'arriverait pas ce genre de probleme sur le terrain. donc en réalité le probleme est extrêmement facile à régler.

entre la désinformation H24 de BFMacron , les photos truqués de france3 etc etc   

pas moins de 70 réactions/jour.....vous allez battre le record

Portrait de jarod.26
13/janvier/2019 - 11h03
la grande classe oO
Portrait de vinze
13/janvier/2019 - 11h00 - depuis l'application mobile

Nous violents ? Non maîtresse, c'est de leur faute. C'est les journalistes qui ont commencé ! Ils sont pas gentils. Nous on n'a rien fait ! Je vous jure maîtresse.

Portrait de vinze
13/janvier/2019 - 10h59 - depuis l'application mobile

Nous violents ? Non maîtresse, c'est de leur faute. C'est les journalistes qui ont commencé ! Ils sont pas gentils. Nous on n'a

Portrait de lysniais
13/janvier/2019 - 10h51

Lynchage? lol, oui on voit les pneus prêts à être enflammée pour les mettre sur les journaleux et pis y en a un qui a la corde pour les pendre et on voit les chevaux au loin pour les écarteler! Toujours dans la demi-mesure les médias; peut-être devraient-ils réfléchir à leur positionnement sur ces faits avant de se victimiser!

Portrait de Philou.2
13/janvier/2019 - 10h39
Pierma a écrit :
Nous n’en pouvons plus de ces fauteurs de trouble. Plus rien n’a de sens. Pitoyable.

je crains que même si le gvt donnait encore un peu plus, ils n'arrêtaient pas pour autant ? Une haine gardée enfuie depuis longtemps s'exprime depuis le 17/11/18 .. ça devient une thérapie de groupe ou chacun déversent son histoire..

Portrait de Pierma
13/janvier/2019 - 10h31 - depuis l'application mobile

Nous n’en pouvons plus de ces fauteurs de trouble. Plus rien n’a de sens. Pitoyable.

Les plus vus