30/11/2018 08:39

Le TGI de Marseille a validé la cession de McDonald's, cession dénoncée par leurs salariés et au cœur d'un long conflit social

Le tribunal de grande instance de Marseille a validé la cession de plusieurs restaurants McDonald's, cession dénoncée par leurs salariés et au cœur d'un long conflit social, mais ce feuilleton judiciaire n'est pas fini, un autre volet de cette affaire étant déjà en appel. L'avocat des salariés Ralph Blindauer a annoncé dans la foulée qu'il allait faire appel.

Les salariés voulaient "annuler" toutes les cessions.

Les salariés réclamaient l'annulation totale du projet de cession de six restaurants appartenant à Jean-Pierre Brochiero, dont cinq ont déjà été vendus à un nouveau franchisé, Mohamed Abbassi, en septembre. Le sixième, le "McDo" de Saint Barthélémy, dans les quartiers Nord, et ses 77 salariés, devait lui être cédé à une autre société, Hali Food, et devenir un restaurant asiatique halal.

Cette cession a été interdite par une ordonnance du juge des référés du TGI de Marseille le 7 septembre.

A l'audience devant le TGI de Marseille, le 18 octobre, la première sur le fond sur l'ensemble de ce dossier de cession, Me Blindauer avait demandé au tribunal de "tout annuler, car si Hali Food est une fraude, la reprise par Abbassi en est une aussi". Dans son jugement jeudi, le tribunal a débouté le comité d'entreprise et le CHSCT de l'ensemble de leurs demandes.

Les représentants des salariés "procèdent par voie d'allégations non étayées, soutenant la thèse d'une fraude sans en démontrer la réalité", ont notamment affirmé les juges.

"Cette décision est une très bonne nouvelle pour la sécurisation de l'emploi des cinq restaurants transmis", a réagi le vendeur des restaurants, Jean-Pierre Brochiero. "En ce qui concerne Saint-Barthélémy, nous allons continuer à travailler en espérant que la raison l'emportera", a-t-il ajouté.

Ailleurs sur le web

Vos réactions