26/08/2018 10:16

Suède: 300 militants néonazis manifestent à Stockholm sous les huées de contre-manifestants qui demandent l'interdiction du mouvement

300 militants néonazis ont manifesté samedi à Stockholm sous les huées de contre-manifestants et de dirigeants politiques qui demandent l'interdiction de leur mouvement. 

Encadrés par un service d'ordre équipé de boucliers en plexiglas, les militants du Mouvement de résistance nordique (NMR) se sont réunis en milieu de journée sur une place de la capitale, à deux pas du palais de justice. Aux abords de la place, des centaines d'opposants à la manifestation tenus à distance par un imposant dispositif de sécurité ont tenté de couvrir les discours des orateurs néonazis en scandant des slogans ou en tapant sur des barrières en fer.

Parmi eux, la ministre de la Culture Alice Bah Kuhnke, de père gambien et de mère suédoise, a expliqué vouloir "être là où les nazis sont".

Bien qu'ultraminoritaire, la nébuleuse néonazie se fait depuis quelques années plus bruyante dans l'espace public et les réseaux sociaux, tirant avantage d'une législation libérale en matière d'expression et de manifestation. Fondé en 1997, le MNR est considéré par le magazine anti-racisme Expo comme l'organisation nazie la plus violente en Suède, dont de nombreux militants sont des délinquants de droit commun.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de stbx00
26/août/2018 - 14h06
Seaskua... a écrit :

Je suis toujours étonnée que l'on demande l'interdiction de mouvements politiques dans une démocratie, sans chercher des solutions aux raisons qui ont conduit à la montée en puissance de ces mouvements.

Il est certain qu'un mouvement neonazi est un concept nauséeux. Tout autant qu'un mouvement black-block ou un mouvement d'extrême-gauche détruisant tout sur son passage à chaque manifestation. La solution pourrait être d'interdire l'ensemble mais curieusement cela n'est jamais proposé par ceux qui ont une indignation à géométrie variable.

 

J'ignore tout de ce mouvement suédois mais j'ai cru lire, en début d'année 2018, que le 1er Ministre suédois prétendait déployer l'armée en raison des violences et des agressions sexuelles dans des quartiers à forte population d'immigrés de son territoire.

Alors, évidemment l'outrance des uns conduit à l'outrance des autres. Mais les dirigeants suédois auraient pu réfléchir à leur politique migratoire et poser la question par référendum au peuple suédois. Cela aurait évité de hurler à la xénophobie parce que certaines et certains refusent de croire à la fable de l'immigration : chance pour la Suède.

Ce mouvement n'a pas été créé suite aux décisions migratoires récentes de la Suède mais il y a plus de 20 ans...

Manifestement depuis tout ce temps ils n'ont pas été interdit...

Portrait de swatss
26/août/2018 - 10h24

Pour une fois l'emploi du mot Suédois employé par certains aura tout son sens.... smiley