29/06/2018 06:57

Fusillade dans un quotidien aux USA: L'homme qui a fait 5 morts et plusieurs blessés identifié. Il était en conflit avec le journal depuis plusieurs mois

06h52: Les enquêteurs s'intéressent à d'éventuels contentieux qui auraient opposé l'auteur présumé et le quotidien.

Le suspect est un "adulte blanc" qui approche la quarantaine, selon la police. "Il n'est pas particulièrement coopératif" face aux enquêteurs, avait commenté Steve Schuh, responsable local du comté Anne Arundel où est situé Annapolis.

Selon plusieurs médias américains, il s'agit de Jarrod Ramos, un habitant du Maryland de 38 ans. Certains ont indiqué qu'il avait poursuivi en justice le journal.

Un article du Capital Gazette, posté sur son site internet le 22 septembre 2015 et consulté jeudi par l'AFP, mentionne une décision favorable au quotidien dans le cas de poursuites en diffamation lancées en 2011 par Jarrod Ramos, résidant à Laurel (Maryland) "à la suite d'un article sur un plaider-coupable (de Ramos) pour harcèlement". Elle a été confirmée en appel.

06h34: Un homme a ouvert le feu jeudi dans la salle de rédaction d'un journal à Annapolis, la capitale de l'Etat américain du Maryland, faisant au moins cinq morts, selon les autorités locales qui ont précisé que le suspect avait été arrêté.

"Il y a cinq morts à notre connaissance. Il y a d'autres personnes qui sont gravement blessés", a indiqué à la presse Bill Krampf, le chef par intérim de la police locale.

Un suspect a été arrêté et est actuellement interrogé par la police, a précisé de son côté Steven R. Schuh, un responsable du comté d'Anne Arundel, à une heure de route de la capitale fédérale Washington.

Cet individu qui a ouvert le feu dans la salle de rédaction du quotidien d'Annapolis Capital Gazette, serait un homme blanc âgé d'une vingtaine d'années, selon la chaîne de télévision CBS.

Ses motivations sont pour l'instant inconnues. Selon le Baltimore Sun, propriétaire du Capital Gazette depuis 2014, la fusillade a commencé à 14h40 locales.

L'un des journalistes présents au moment des faits en a fait le récit dans une série de messages du Twitter.

"Un tireur a ouvert le feu à mon travail, plusieurs personnes sont mortes", a écrit Phil Davis. "Le tireur a tiré à travers la porte en verre du bureau et a ouvert le feu sur plusieurs employés", a-t-il ajouté.

"Il n'y a rien de plus terrifiant que d'entendre plusieurs personnes se faire tirer dessus alors que vous êtes caché sous votre bureau et que vous entendez le tireur recharger son arme", a-t-il également raconté alors qu'il se trouvait dans les locaux de la police, attendant d'être interrogé par les enquêteurs.

Le journal partage cet immeuble avec d'autres entreprises.

Il a été rapidement évacué, les rescapés ont été mis en sécurité, et les locaux entièrement fouillés par la police. Les chaînes de télévision locales montraient un quartier bouclé par de nombreuses voitures de police dans cette petite ville de la côte est des Etats-Unis connues pour ses bâtiments historiques.

La Maison Blanche a fait savoir de son côté que le président américain Donald Trump avait été informé de la situation à Annapolis, comme il est d'usage lors de grosses fusillades. "J'ai été informé de la fusillade au Capital Gazette d'Annapolis, dans le Maryland. Mes pensées et prières accompagnent les victimes et leurs familles. Merci aux premiers secours qui sont actuellement sur place", a tweeté le président Trump.

Harry Logan, le gouverneur du Maryland, a réagi en se disant "totalement dévasté par cette tragédie". Des mots de circonstances qui sont répétés lors des fusillades qui endeuillent régulièrement les Etats-Unis.

Ces derniers mois, ce sont surtout dans des lycées, en Floride ou plus récemment au Texas, que des tireurs ont fait parler les armes.

.

Jeudi 28 juin

.

22h49: Un nouveau bilan fait état de 5 morts selon les médias américains

22h34: Une fusillade a éclaté dans la salle de rédaction d'un journal à Annapolis, la capitale de l'Etat du Maryland, à une heure à l'est de Washington, faisant plusieurs morts, selon des médias américains. Cette fusillade dans les locaux du Capital Gazette a fait plusieurs morts et plusieurs blessés mais ce bilan n'a pas été confirmé de source officielle. Selon la chaîne CBS, citant deux sources anonymes, il y aurait quatre morts.

"Le tireur a tiré à travers la porte en verre du bureau et a ouvert le feu sur plusieurs employés", a-t-il également écrit. L'autorité chargée du contrôle des armes à feu (ATF) "répond à une fusillade au Capital Gazette à Annapolis", a écrit sur son compte Twitter cette agence. Un officier de police local, Ryan Frashure a fait état de plusieurs blessés, mais a refusé d'en dire plus sur le bilan de cette fusillade. Il a simplement estimé qu'il ne s'agirait pas d'un bilan de "tuerie de masse".

Selon le Baltimore Sun, propriétaire du Capital Gazette depuis 2014, la fusillade a éclaté à 14h40 locales (18h40 GMT). La police a fait état de la présence d'un "tireur actif" dans le bâtiment de ce journal.

"Confirmation d'un tireur actif", a écrit sur Twitter la police du comté d'Anne Arundel dans le Maryland. "Le bâtiment a été évacué. Les officiers continuent de fouiller l'immeuble".

Le journal partage cet immeuble avec d'autres entreprises. Les chaînes de télévision locales montraient un quartier bouclé par de nombreuses voitures de police. Aucune information n'avait été révélée sur le suspect qui, selon la chaîne CNN, a été arrêté.

La police a refusé de confirmer cette information. La Maison Blanche a fait savoir de son côté que le président américain Donald Trump avait été informé de la situation à Annapolis, comme il est d'usage lors de grosses fusillades.

"Nos pensées et nos prières accompagnent ceux qui ont été touchés", a déclaré, en reprenant la formule d'usage, Lindsay Walters, l'une des porte-parole de l'exécutif américain. Harry Logan, le gouverneur du Maryland, a réagi en se disant "totalement dévasté par cette tragédie".

Les fusillades se sont multipliées aux Etats-Unis ces derniers mois, en particulier dans des lycées, suscitant un intense débat sur la dissémination des armes à feu dans le pays. Il est extrêmement rare que des fusillades de ce type se produisent dans des rédactions de journaux.

22h15: "Le bâtiment a été évacué. Les officiers continuent de fouiller l'immeuble", indique la police locale après la fusillade survenue dans la salle de rédaction d'un journal à Annapolis

22h00: Phil Davis, un journaliste du "Capital Gazette" présent sur place, a posté des messages sur Twitter. "Un seul tireur a tiré sur plusieurs personnes dans mon bureau, certains d'entre eux sont morts", a-t-il déclaré sur le réseau social en précisant que l'individu a "tiré à travers la vitre".

"Il n'y a rien de plus effrayant que d'entendre des gens se faire tirer dessus pendant que vous êtes sous votre bureau, et ensuite d'entendre le tireur recharger son arme", a continué Phil Davis dans un autre message.

21h56: Ce que l'on sait

Une fusillade a éclaté dans la salle de rédaction d'un journal à Annapolis, la capitale de l'Etat du Maryland, à une heure à l'est de Washington, ont rapporté jeudi des médias américains. 
Des médias ont indiqué que cette fusillade avait fait des morts et plusieurs blessés mais ce bilan n'a pas été confirmé de source officielle. Selon la chaîne CBS, citant deux sources anonymes, il y aurait quatre morts. 

L'autorité chargée du contrôle des armes à feu (ATF) "répond à une fusillade au Capital Gazette à Annapolis", a écrit sur son compte Twitter cette agence. 
La police a fait état de la présence d'un "tireur actif" dans le bâtiment de ce journal. "Confirmation d'un tireur actif", a écrit sur Twitter la police du comté d'Anne Arundel dans le Maryland. "Le bâtiment a été évacué. Les officiers continuent de fouiller l'immeuble".

La Maison Blanche a fait savoir que le président américain Donald Trump avait été informé de la situation à Annapolis.

Les fusillades se sont multipliées aux Etats-Unis ces derniers mois, en particulier dans des lycées, suscitant un intense débat sur la dissémination des armes à feu dans le pays.

21h54: La Maison Blanche a fait savoir que le président américain Donald Trump avait été informé de la situation à Annapolis.

21h50: La police a fait état de la présence d'un "tireur actif" dans le bâtiment de ce journal. "Confirmation d'un tireur actif", a écrit sur Twitter la police du comté d'Anne Arundel dans le Maryland. "Le bâtiment a été évacué. Les officiers continuent de fouiller l'immeuble".

21h46: Selon CBS News, quatre personnes ont été tuées lors de la fusillade dans les locaux du journal local

21h35: L'autorité chargée du contrôle des armes à feu (ATF) "répond à une fusillade au Capital Gazette à Annapolis" a écrit sur son compte Twitter cette agence.

21h34: Une fusillade a fait plusieurs morts dans un journal à Annapolis, la capitale de l'Etat du Maryland, non loin de Washington, ont rapporté jeudi des médias américains. La fusillade qui a également fait des blessés a eu lieu dans la salle de rédaction de ce journal selon les médias.

21h31: Selon les médias américains, la fusillade a eu lieu dans la salle de rédaction d'un journal à Annapolis

21h29: Un suspect a été appréhendé, a annoncé le shérif sur la chaîne Fox News

21h28: Etats-Unis: Plusieurs morts et au moins sept blessés dans une fusillade dans le Maryland - Un suspect a été arrêté

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Jacques J.
29/juin/2018 - 00h37
Uranox a écrit :

Un pays qui aime autant les armes paie son adulation pour les armes ..rien à foutre 

Cependant, 90% des films américains et des jeux vidéos à succès reposent sur une succession de tueries à l'arme à feu, et ont un grand succès auprès des français... La culture américaine s'exporte partout, hélas. 

Portrait de Uranox
28/juin/2018 - 22h56

Un pays qui aime autant les armes paie son adulation pour les armes ..rien à foutre