27/06/2018 10:31

Les journalistes interdits d'entrée aux "portes ouvertes" de l'Issep, la nouvelle école fondée par Marion Maréchal

Ce mardi étaient organisées les "portes ouvertes" à l'Issep, la nouvelle école de "sciences sociales, économiques et politiques" fondée par Marion Maréchal à Lyon. Peu de monde, quelques candidats motivés, peut-être autant d'infiltrés.

Les journalistes n'étaient pas les bienvenus. Depuis la conférence de presse de Marion Maréchal vendredi, la consigne est: "plus de médias". "Personne ne vous parlera, car on veut se concentrer sur les étudiants", dit-on à la communication de l'institut.

Sur le trottoir en face, l'AFP attend donc la sortie des postulants.

Il y a certes quelques motivés comme cette jeune fille venue du Vaucluse qui cherche une "alternative", "une nouvelle vision politique et médiatique", reprenant à son compte les éléments de langage de la nièce de Marine Le Pen.

"Ils ont l'air de bien former les gens. Et si on veut mettre un pied dedans, c'est au début qu'il faut s'y prendre", enchaîne Romain, 46 ans, venu avec son fils Alban. Ce qu'il apprécie: le "réseau d'entrepreneurs" derrière une école qui n'est pas là selon lui pour "former des beaux parleurs".

Christophe a 44 ans. Fonctionnaire en région parisienne, il ne cache pas qu'il est encarté Rassemblement national (ex-FN) depuis un bail. De passage à Lyon, lui est surtout venu par curiosité.

"Je suis intéressé par la formation professionnelle, les cours de doctrine et la prise de parole en public". Ce "projet est extrêmement ambitieux" et "je connais des LR intéressés", avance-t-il mais "si les diplômes ne sont pas reconnus, ça va être compliqué".

Sur la matinée, une trentaine de personnes au maximum se sont présentées.

Une affluence quelque peu faussée par les infiltrés. Mocassins jaunes sans chaussette et tee-shirt noir près du corps, ce jeune étudiant en journalisme a mis ce qu'il pensait être la tenue du postulant à une école où tous les courants de l'extrême-droite seront représentés.

"A l'intérieur, l'ambiance était bizarre. Les gens étaient là, sans être là. J'ai rencontré un expert en négociations qui sera sans doute un futur enseignant. J'ai collé au basques d'un mec de Génération Identitaire".

Deux autres journalistes ressortent de l'école, dont cette correspondante d'un grand quotidien allemand. Elle est rentrée sans annoncer sa qualité faute d'avoir pu accéder à la conférence de presse de vendredi, où avaient été refusés Libération et Rue89Lyon.

Marion Maréchal "essaie de rassembler les droites et l'extrême droite et c'est peut-être la manière la plus intelligente de le faire, contrairement à (ce que fait) Wauquiez", analyse-t-elle.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de satine1
27/juin/2018 - 15h13

Elle a créé un mini science-po.....de l'extrème droite, si je comprends bien. Certains sortants seront donc les cadres de son parti futur.  Froid dans le dos quand même.....smiley

Portrait de franceaf
27/juin/2018 - 12h19

les journalistes crachent sur le fn depuis des dizaines d'années ainsi que sur sa famille .. elle a complétement raison de ne pas les laisser rentrer .... et j'espère bien que cet école soit créée a des fins politique ..... les autres "écoles" fabrique depuis des  années les bien pensants qui descendent la France au plus bas ....

Portrait de kaboom2000
27/juin/2018 - 11h10

La photo choisit pour la mettre en valeur!

Portrait de jarod.26
27/juin/2018 - 10h48
l'excuse bien bidon