26/11/2017 09:45

Rescapé du Bataclan, Guillaume, 31 ans, s'est suicidé, victime d'un traumatisme psychologique qu'il n'a jamais réussi à surmonter

Guillaume, 31 ans prénommé a mis fin à ses jours visiblement n'ayant jamais pu se remettre de la tuerie du Bataclan alors qu'il était dans la salle lors du drame qui s'est produit en 2015.

Le 13 novembre 2015, il assistait au concert des Eagles of Death Metal lorsqu'un commando de jihadistes a ouvert le feu et tué 90 personnes qui assistaient au concert. Guillaume était "suivi par un psychiatre et un psychologue" mais il "n’avait souhaité se faire aider ni par sa famille, ni par l’une des associations de victimes, il voulait rester seul", affirme l'association "13 novembre : Fraternité et Vérité", qui a annoncé la nouvelle sur sa page Facebook.

L'association déplore l'isolement de certains rescapés qui n'ont pas souhaité se faire aider pour évoquer ces attaques dont ils ont été témoins.

Avec l’accord de la famille, l’association a souhaité communiquer sur le décès de Guillaume pour rappeler l’importance du suivi psychologique pour les rescapés d’attentats. "Nous nous devons de rappeler combien il est important de prendre conscience de la nécessité de se faire accompagner, par sa famille en tout premier lieu, par une association, par un médecin, un psychiatre, un psychologue", écrit l’association. "Le traumatisme psychologique subi à l’occasion de ces attentats est profond, il est durable, il doit être considéré et soigné".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Capri
26/novembre/2017 - 14h46

Ça s’appelle le PTSD - Post traumatic stress disorder. C’est quelque chose de très connu. TOUS les témoins directs de scènes traumatisantes / scènes de guerre, morts... ont obligation d´etre suivis, de parler, d’effacer les images traumatisantes.

Il y a eu 2 fois plus de morts américains après la guerre du Vietnam par suicide que pendant cette même guerre au combat.

Les soldats Français de retour d’Afghanistan passent 3 semaines sur une île aux Seychelles avant de rentrer pour « effacer » les images traumatisantes de guerre. Ce n’est pas pour rien.

Quand on sait tout ça et qu’on pense aux personnes (les enfants en particulier) témoins de massacres en Syrie, en Libye... on se dit que les impacts seront énormes et pour de nombreuses années... les agents de mort font des dégâts pour longtemps.

Portrait de dada790145
26/novembre/2017 - 12h20

c'est malheureusement de + en + le cas car il y a de + en + de personnes isolés et qui n'arrive pas a se reconstruire , c'est horrible il n'avait que 31 ans , je ne peux pas croire que personne n'ait vu qu'il allait mal au point d'en finir . L’entourage compte vraiment bcp dans ces moments la et a cet âge la je crois qu'il n'a pas eu les amis pour l'aider a oublier ce drame et continuer a vivre .

Portrait de Dragon75
26/novembre/2017 - 11h21 - depuis l'application mobile
Patatrac a écrit :

Vous avez raison , toutes mes pensées à la famille , je voudrais bien savoir si les victimes de ces barbares sont suivies où abandonnées par le gouvernement , on en entend jamais parler dans les médias , ils laissent plus de place aux terroristes , c'est vraiment navrant . J'attends un tweet de Macron pour présenter ces condoléances à la famille . 

@Patatrac si vous avez lire il est bien écrit Guillaume était "suivi par un psychiatre et un psychologue" mais il "n’avait souhaité se faire aider ni par sa famille, ni par l’une des associations de victimes, il voulait rester seul", affirme l'association "13 novembre : Fraternité et Vérité",

Portrait de ajc21
26/novembre/2017 - 10h26

Quelle tristesse, mais malheureusement je crains que ce ne soit pas le dernier entre 13 novembre et 14 juillet, cela doit être tellement difficile de vivre avec ces horreurs dans la tête

Portrait de brems
26/novembre/2017 - 10h12

Quelle tristesse pour lui et ses proches. Mais ça doit être difficile de continuer à vivre quand on a perdu des proches et/ou quand on a vu toutes ces horreurs. C est comme revenir de la guerre. Je plains toutes ces victimes. Courage à elles !