08/11/2017 07:15

Révolution sur Twitter: On peut désormais publier des messages deux fois plus longs, jusqu'à 280 caractères !

On peut désormais publier sur Twitter des messages deux fois plus longs, jusqu'à 280 caractères: une mini-révolution pour le réseau social, déjà inaugurée par le président américain Donald Trump, et destinée à attirer plus de twittos.

"Nous allongeons la limite du nombre de caractères! Nous voulons que ce soit plus facile et plus rapide pour tout le monde de s'exprimer", a tweeté le groupe sur son compte mardi. De son côté, le patron-fondateur Jack Dorsey a tweeté plus sobrement "140+140!".

Twitto hyperactif, le président américain Donald Trump a inauguré le nouveau format en publiant un peu plus tard un message de 216 caractères sur son discours prononcé en Corée du Sud.

"Notre but était de rendre (l'allongement) possible tout en s'assurant que l'on conservait la vitesse et la brièveté qui font de Twitter, Twitter", a expliqué le réseau social, qui avait lancé récemment un test auprès de certains utilisateurs.

Jugeant les essais concluants, "nous lançons le changement dans toutes les langues" en caractères latins, pour lesquelles la limite de 140 caractères posait problème aux utilisateurs, contrairement au japonais, coréen ou chinois, langues plus compactes, a poursuivi Twitter. Lorsque les utilisateurs ont plus de place, ils tweetent "plus facilement et plus souvent", a justifié le groupe, qui n'a jamais dégagé de bénéfices.

Paradoxalement, le groupe se réjouit du fait que les utilisateurs test ont néanmoins continué à publier majoritairement des messages en moins de 140 caractères, préservant ainsi "la brièveté" de Twitter, qui le distingue, par exemple, de Facebook. Twitter s'attend donc à ce que la nouvelle limite soit finalement peu utilisée.

Le groupe californien estime que la limite à 140 caractères fait perdre du temps à l'utilisateur, qui doit modifier ou couper son message, au risque de se décourager et de ne pas twitter du tout. Comme lors de l'annonce du test en septembre, la généralisation des 280 caractères a suscité une avalanche de réactions sur le réseau, beaucoup d'utilisateurs s'amusant à tester la nouvelle longueur tandis que d'autres, une nouvelle fois, en profitaient pour railler Donald Trump.

"J'abandonnerai volontiers mes 140 caractères supplémentaires si Twitter désactive le compte de Trump", a ainsi noté DaShanne Stokes, héraut des droits civiques aux Etats-Unis, estimant que la décision de Twitter donnait au président "une arme plus puissante pour faire du mal à plus de gens".

L'annonce a laissé de marbre les investisseurs, le titre reculant de 0,31% à 19,57 dollars dans les échanges électroniques suivant la clôture de Wall Street vers 02h30 GMT.

Ailleurs sur le web

Vos réactions