03/11/2017 11:47

EXCLU- Les premières images choc du documentaire de France 24 sur le fentanyl, une drogue 50 fois plus puissante que l'héroïne - VIDEO

France 24 diffuse samedi un reportage choc sur les ravages causés par le fentanyl, un puissant opioïde à l'origine d'un envol des surdoses chez les toxicomanes et au coeur d'une grave crise sanitaire en Amérique du Nord. Dans "Canada, dans l'enfer du fentanyl", qui sera diffusé samedi à 9H15 dans l'émission Ligne Directe, le journaliste Derek Thomson a enquêté à Vancouver, auprès de personnes toxicomanes, forces de l'ordre et autres professionnels de santé confrontés à l'explosion des décès liés à cette substance, un analgésique opioïde "50 fois plus puissant que l'héroïne".

Dans cette métropole de l'ouest du Canada, le fentanyl se consomme en pleine rue, pur ou mélangé à d'autres drogues. Les toxicomanes ignorent souvent ce qu'ils s'injectent, malgré les risques considérables de surdose en cas de prise de cet opioïde, même en très fiable quantité. Avec d'autres médicaments opiacés, le fentanyl est au coeur de la très grave crise sanitaire dite des opiacés aux Etats-Unis et au Canada, en raison d'une envolée ces derniers mois des surdoses liées à l'abus de ces substances, le plus souvent en mélange avec d'autres produits. Le reportage, qui contient des séquences très dures dont une scène d'injection de drogue en pleine rue, décrit comment l'arrivée du fentanyl à Vancouver et en Colombie-britannique a fait complètement dérailler les vies de consommateurs d'héroïne qui parvenaient auparavant à gérer tant bien que mal leur addiction. Ils se retrouvent contraints de multiplier les prises à cause de la brieveté des effets de la substance, dépensent des centaines de dollars par jour pour combler leur manque, et risquent surtout l'overdose à tout moment. Les pompiers locaux sont débordés avec 20 à 90 appels par jour pour des surdoses.

La police a elle monté une brigade spéciale d'une trentaine d'agents mobilisés à plein temps pour endiguer ce fléau, qui provoque en moyenne un décès par jour à Vancouver. Une tâche qui paraît impossible vu les chiffres égrénés par leur sergent-chef, Bill Spearn : un demi-milligrame de fentanyl suffit pour tuer une personne, et un sac d'un kilo de poudre pure peut donc provoquer potentiellement deux millions de décès... La substance, fabriquée en Chine, arrive directement par voie postale, témoigne le policier, et elle est très difficile à repérer parmi les millions de colis qui arrivent toutes les semaines au Canada. Le sergent-chef pense d'ailleurs que ce n'est "qu'une question de temps" avant que le fentanyl, déjà omniprésent en Amérique du Nord, n'envahisse le monde entier...

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Brian
3/novembre/2017 - 13h35 - depuis l'application mobile

Un monde perdu.

Portrait de pas2bol
3/novembre/2017 - 13h20

Lorsque les blancs se droguent on appelle ça "une crise sanitaire", c'est très drôle. Les gouvernements ont laissé faire dans les quartiers pauvres pour endormir la révolte sociale et maintenant que les zones rurales connaissent la même crise économique, pas de boulot pour les jeunes, misère sexuelle, etc. les gouvernements recommencent avec les même recettes. Bientôt les armes déversées en Libye reviendront en France et la question du port d'arme sera mise sur la table. L'enfer c'est les autres...