24/06/2016 18:09

EN DIRECT - Brexit: Nicolas Sarkozy demande un "nouveau traité" européen - La Bourse de Paris en forte baisse à -8,04 %

18h09: Le président américain Barack Obama a pris acte vendredi du Brexit, affirmant que le Royaume-Uni et l’Union européenne resteraient «des partenaires indispensables» des Etats-Unis, la candidate à sa succession Hillary Clinton soulignant comme lui la «relation spéciale» entre Washington et Londres.

17h42: La Bourse de Paris a terminé sur un plongeon de 8,04% vendredi, à l’unisson des autres places boursières européennes, dans un marché ébranlé par la déflagration qui a suivi le vote britannique en faveur d’un Brexit.

L’indice CAC 40 a perdu 359,17 points, à 4.106,73 points, dans un volume d’échanges exceptionnellement élevé de 11,7 milliards d’euros.

17h21: "L'application des règles pour la sortie doit se faire dans les délais les plus courts" (Stéphane Le Foll)

"Ce vote est un choc" (Stéphane Le Foll)

16h52: Le vote historique en faveur d'un retrait du Royaume-Uni de l'UE est du à "l'attitude présomptueuse et superficielle" du gouvernement britannique qui a organisé le référendum, a estimé vendredi le président russe Vladimir Poutine.

16h50: Un débat sans vote sur l'Europe se tiendra mardi à 15h à l'Assemblée nationale, en lieu et place des questions au gouvernement, pour évoquer les conséquences du Brexit, a-t-on appris aujourd'hui dans l'entourage du président Claude Bartolone.
16h26:
La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne a suscité plus de six millions de tweets entre jeudi et vendredi matin, et la campagne qui a précédé le référendum a été dominée par les partisans du Brexit, a indiqué le réseau social vendredi.
6,4 millions de tweets ont été échangés à ce sujet entre jeudi 6H00 GMT, à l'ouverture des bureaux de vote, et vendredi 9H00, peu après le discours où David Cameron annonçait sa démission prochaine.
Le pic a été atteint lors du discours du Premier ministre britannique, avec 13.300 tweets par minute.
A titre de comparaison, la mort du musicien Prince avait généré plus de huit millions de tweets en quelques heures au mois d'avril.

15h14: "Ce qu’a dit le peuple britannique, d’autres peuples en Europe auraient pu le dire. Nous ne pouvons pas l’ignorer" (Nicolas Sarkozy)

"Le peuple britannique a choisi de quitter l’Union européenne. Ce choix doit être respecté"

"L’Europe désormais à 27 ne peut plus fonctionner de cette manière. La question de sa refondation est donc urgente"

"Il faut un gouvernement économique de la zone euro avec un président stable"

"Le processus d’élargissement de l’Europe doit clairement être stoppé"

"La crise que nous vivons est majeure. Le message des Britanniques éclate à la face de tous les gouvernements d’Europe"

Nicolas Sarkozy, président du parti Les Républicains, a demandé vendredi, après la victoire du Brexit, un «nouveau traité» européen, qui prévoit notamment le rétablissement des contrôles aux frontières et l’arrêt du processus d’élargissement de l’Union européenne.

15h00: Le cabinet PwC estime que le Brexit pourrait coûter 70 000 à 100 000 emplois dans le secteur des services financiers britanniques d'ici 2020.

14h40: François Hollande recevra le président du Sénat Gérard Larcher (LR), puis celui de l'Assemblée nationale Claude Bartolone (PS) aujourd'hui à l'issue du Conseil des ministres extraordinaire post-Brexit convoqué à 16 heures, indique l'Élysée.
Le chef de l'État s'entretiendra également tour à tour demain après-midi avec "les responsables politiques des grandes formations représentées aux Parlements français et européen", et donc, parmi eux, le Front national.

14h38: "François Hollande ne peut pas engager seul le destin de notre peuple" (François Fillon)

14h07: Il est désormais essentiel de "rénover" la "maison Europe", a déclaré vendredi le président du Conseil italien Matteo Renzi, au lendemain du vote des Britanniques en faveur d'un retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne.
"L'Europe est notre maison", mais "cette maison doit être rénovée, rafraîchie", a affirmé M. Renzi, lors d'une brève allocution devant la presse.

14h00: Le Japon, qui préside cette année le G7, a fait savoir vendredi qu'il allait communiquer rapidement avec ses partenaires au sein de ce groupe de pays industrialisés, afin de discuter de la réponse à apporter après le choc du non britannique à l'Europe.

12h46: Le Brexit est "un coup porté à l'Europe et au processus d'unification de l'Europe" (Angela Merkel)

12h44: Ecosse - La Première ministre relance l'option d'un nouveau référendum sur l'indépendance

12h42: La sortie de l'Union européenne votée par les Britannique se fera "sans précipitation", a déclaré vendredi le chef de la campagne pour un Brexit, Boris Johnson, dans une première déclaration devant la presse.
Commentant la décision du peuple britannique de quitter l'UE, à l'issue d'un référendum jeudi, il a ajouté que l'Europe fédérale était "une idée noble qui n'est plus justifiée", alors que ce vote remet profondément en question les fondements de l'UE.

12h33: "Le choix des électeurs britanniques est un électrochoc" (Manuel Valls)

"Refonder une Europe en écoutant les peuples" (Manuel Valls)

"C'est le révélateur d'un malaise trop longtemps ignoré" (Manuel Valls)

12h16: "C'est un choix douloureux que je regrette profondément" (François Hollande)

"La France sera à l'initiative pour que l'Europe se concentre sur l'essentiel"

"L'Europe doit porter des projets et non pas se perdre en procédures"

"Le vote des Britanniques met gravement l'Europe à l'épreuve"

François Hollande demande au Royaume-Uni de lancer "dès que possible" la procédure de sortie de l'UE

François Hollande appelle au "sursaut" face "aux populismes et aux extrémismes"


EN DIRECT - Les Britanniques claquent la porte... par morandini

12h10: L'UE demande au Royaume-Uni de lancer la procédure de sortie "dès que possible"

12h00: Frédéric Oudéa, président de la Fédération bancaire française, a estimé vendredi que les «banques françaises seront parmi les moins +impactées+» par les conséquences du Brexit.

«Je ne crois pas que ce soit les banques françaises qui seront les plus +impactées+ dans leurs choix opérationnels» par rapport à d’autres établissements car «elles ont gardé deux pieds à la fois à Paris et à Londres», a renchéri le patron de la Société Générale lors d’une conférence de presse de la Fédération bancaire française.

11h32: "Le peuple britannique a apporté aux peuples européens une éclatante leçon de démocratie" (Marine Le Pen)

"Oui, il est possible de sortir de l'UE" (Marine Le Pen)

11h28: "C'est d'abord l'échec de cette Europe qui a une adresse : celle du gouvernement allemand" (Jean-Luc Mélenchon)

11h27: "J'ai appris avec gravité le résultat du référendum britannique. C’est un jour triste pour l'Europe et pour toutes les villes européennes", a déclaré Anne Hidalgo, maire de Paris, sur son compte Twitter

11h22: Le Royaume-Uni va rester un partenaire "fort et engagé" de l'Otan malgré sa décision historique de sortir de l'Union européenne, a réagi vendredi à Bruxelles le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Jens Stoltenberg.
"Le Royaume-Uni demeurera un allié fort et engagé de l'Otan et continuera à jouer son rôle dirigeant au sein de notre Alliance", a assuré M. Stoltenberg. Doté de la dissuasion nucléaire et d'une armée capable de se projeter à l'extérieur, Londres est un des piliers majeurs de l'Otan.

11h00: Le Brexit, "c'est fantastique", a déclaré vendredi Donald Trump, le candidat républicain à la Maison Blanche, à son arrivée en Ecosse pour la réouverture de l'un de ses parcours de golf.
"Je pense que c'est extraordinaire, je pense que cela va être extraordinaire. C'est fantastique", a-t-il déclaré à la presse après avoir atterri en hélicoptère à Turnberry, sur la côte ouest écossaise.

10h51: La banque américaine JPMorgan, qui emploie 16.000 personnes au Royaume-Uni, a prévenu vendredi qu'elle pourrait déplacer des emplois hors du pays à la suite de la victoire du Brexit au référendum.
"Nous aurons peut-être besoin d'apporter des changements à la structure de notre entité légale européenne et à la localisation de certains emplois", a indiqué la direction de la banque dans un mémo interne consulté par l'AFP, alors que son PDG Jamie Dimon avait dit avant le scrutin que 1.000 à 4.000 emplois pourraient être déplacés.

10h31: Un Conseil des ministres extraordinaires se tiendra à l'Elysée à 16h00

10h30: Le risque que la Grande Bretagne perde sa note AAA "augmente" à l'issue de la victoire des partisans d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE).

Le Brexit représente une "incertitude majeure" pour l'économie britannique très dépendante des investissements étrangers, et "la seule certitude est que cette incertitude va durer", a ajouté Jean-Michel Six, chef économiste pour l'Europe de l'agence de notation SP Global Ratings.

10h00: La Bourse de Francfort s'effondrait à l'ouverture de la séance vendredi, l'indice vedette Dax lâchant non loin de 10% après la décision du Royaume-Uni de quitter l'Union européenne.

Après une ouverture en chute de 9,94%, l'indice des trente valeurs allemandes vedettes fondait encore de 9,60% à 9.272,19 points à 07H07 GMT.

09h58: La Banque d'Angleterre prête à débloquer 250 milliards de livres

09h45: La chancelière allemande, Angela Merkel, s'exprimera à 12h30 après avoir consulté les partis représentés au Bundestag, rapporte Le Figaro

09h41: Le président de la banque britannique HSBC évoque "une nouvelle ère pour le Royaume-Uni et les entreprises britanniques" après la victoire du Brexit.

"Nous allons travailler sans relâche dans les semaines et mois à venir pour aider nos clients à se préparer à ce nouvel environnement", a souligné Douglas Flint dans un communiqué.

09h24: Le Premier ministre britannique David Cameron annonce son intention de démissionner et souhaite un nouveau Premier ministre en octobre.

S'exprimant devant la presse devant sa résidence londonienne du 10 Downing Street, il estime qu'un autre chef de gouvernement devra engager les négociations de sortie de l'UE.

"Les Britanniques ont pris une décision claire", a-t-il déclaré. Et d'ajouter : "Je pense que le pays a besoin d'un nouveau leader pour prendre cette direction".

Il a précisé qu'il resterait en place jusqu'à l'automne et la désignation d'un nouveau leader par son Parti conservateur lors de son congrès en octobre.


Brexit: Le Premier ministre britannique David... par morandini

09h11: Le commissaire européen aux Affaires économiques et financières et ancien ministre Pierre Moscovici participera à la réunion ministérielle de crise convoquée à 09H00 à l'Elysée par François Hollande après le Brexit, a-t-on appris auprès de l'entourage du chef de l'Etat.

Sont également attendus au palais présidentiel, les ministres des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault et des Finances Michel Sapin ainsi que le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Harlem Désir, a-t-on indiqué de même source, précisant que d'autres membres du gouvernement pourraient se joindre à cette réunion.

09h09: La Bourse de Paris s'effondre de près de 8 % à l'ouverture

08h52: Sur Twitter, des internautes ont lancé le hashtag JesuisEurope

.

08h41: François Hollande s'exprimera sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne après avoir convoqué une réunion ministérielle de crise autour de lui à l'Elysée, a annoncé la présidence.

Sont attendus au palais présidentiel les ministres des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault et des Finances Michel Sapin ainsi que le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Harlem Désir, a indiqué l'entourage du chef de l'Etat, précisant cependant que d'autres membres du gouvernement pourraient s'y joindre.

Le président français avait lancé jusqu'au jour du référendum jeudi de multiples avertissements aux Britanniques, estimant que "l'avenir de l'Union européenne" se jouait avec ce scrutin

. Aux yeux de Paris, a-t-il mis en garde, la sortie du Royaume-Uni de l'UE serait "irréversible".

08h32: Alain Juppé, favori à droite pour l'élection présidentielle de 2017 en France, a estimé vendredi matin que "le choc historique" du Brexit imposait d'"écrire un nouveau chapitre de l'Histoire de l'Europe".

"C'est un choc historique pour la Grande-Bretagne, d'abord, son peuple est souverain, il a fait son choix, à lui maintenant de gérer les défis qu'il va avoir à relever.

C'est un choc historique pour nous aussi", a dit le maire de Bordeaux sur Europe 1 "Je crois que la plus grosse erreur que nous pourrions faire ce serait de laisse entendre qu'à 27 on va continuer comme avant", a-t-il poursuivi.

07h53: Le président de la République François Hollande s'exprimera après une réunion ministérielle prévue à 9 heures.

07h19: Florian Philippot, Front National, demande un référendum en France sur l'appartenance à l'Union Européenne.

07h10: L'Ecosse et l'Irlande du Nord ont majoritairement voté contre la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, ce qui pourrait avoir des conséquences internes au pays.

La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon a rappelé que l'Ecosse "voit son avenir au sein de l'UE" tandis que le Sinn Fein irlandais estimait que la Grande-Bretagne n'avait plus de mandat pour gouverner l'Irlande du Nord.

07h05: Les marchés financiers internationaux, livre sterling en tête, sont en chute libre avant l'ouverture des Bourses européennes après que les principales chaînes de télévision britanniques ont annoncé que les électeurs du pays avaient voté en faveur d'une sortie de l'Union européenne, un résultat qui fait planer une menace sur l'existence même du bloc.

La victoire du camp favorable à une sortie de l'Union européenne pourrait conduire la Réserve fédérale à s'abstenir de toute hausse des taux d'intérêt cette année, voire entraîner de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire de la part des grandes banques centrales.

06h41: Le camp des partisans d'une sortie du pays de l'UE aurait 12.374.763 voix, contre 11.663.024 votants pour le maintien dans l'UE.

On ne peut pas encore affirmer avec certitude que le Brexit deviendra une réalité, mais une tendance en ce sens se dessine.

06h32: La livre sterling chute au plus bas face au dollar depuis 1985

La livre britannique, qui s'était envolée au-dessus de 1,50 dollar à la fermeture des bureaux de vote britanniques, est tombée au plus bas depuis 1985 vendredi dans les échanges asiatiques, selon les annales de l'agence financière Bloomberg, sur des craintes de Brexit.

06h22: Le leader des indépendantistes du Ukip, Nigel Farage revendique la victoire Le dirigeant du parti indépendantiste britannique Nigel Farage a revendiqué la victoire du camp du "Leave" au référendum sur le maintien ou non du Royaume-Uni dans l'UE vendredi vers 05h00.

Il a parlé d'un "Jour de l'indépendance" britannique.

Un peu moins de cent circonscriptions doivent encore rendre publics leurs résultats.

06h03: Le camp des partisans d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, le "Leave", est donné vainqueur du référendum organisé jeudi sur le maintien ou non du Royaume-Uni dans l'UE par les projections de la BBC, SkyNews et d'ITV.

.


GB_mp4-450 par morandini

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de mecbreizh
25/juin/2016 - 11h54 - depuis l'application mobile

kl raclure de bidet ce mec, c lui qui nous obligé a aller la dedans!

Portrait de étonnée
25/juin/2016 - 07h20
BUCK JOHN a écrit :

Est-ce que Sarko se rappelle que le si adulé  General De Gaulle ne voulait pas de la Grande Bretagne et que Pompidou l'a fait entrer afin que les voix centristes de Duhamel favorables à la GB se portent sur sa candidature lors de la presidentielle de 1969. Donc, la Gb était dans l'Europe par calcul politique.

est ce que le sarko se rappelle qu'il s'est assis sur le référendum de 2005 mais il se fout de qui le bonhomme bizarre ces politiques qui, dans l'adversité,  sont pleins de bonnes idées qu'ils 'n'ont pas mises en pratique alors qu'ils étaient au gouvernement,  de quoi nous écœurer de la politique et des politiciens, ils se remplissent les poches, se gavent au nez des contribuables et viennent nous donner des leçons d'économie et de morale

Portrait de gismok
24/juin/2016 - 23h38

Ils ont osé bravo aux Anglais et passer le choc je suis sur que les anglais seront s'en sortir sans cette Europe ....l'europe a besoin d'un bon coup de balai , ils sont trop nombreux 27 , 12 suffirait , Bruxelles  donne beaucoup d'argent partout à tous les pays , beaucoup trop d'aide mais en contre partit oppose ses lois qui égorgent et qui enfoncent chaque petits pays ce n'est pas normal et chaque pays versent des sommes énormes à Bruxelles on l'a vu pour la Gréce , pour le Portugual et bien d'autres , seule l'Allemagne qui aussi dirige pas mal s'en sort , tout pour Mme Merkel et nous la France comme un toutou on est à ses pieds , plus de cette Europe , plus de Bruxelles et ces maitres du monde assis dans leur fauteuil qui ne s'occupe pas des gens qui souffrent qui n'ont plus rien pour vivre et qui sont malheureux on a rien a gagné de cette Europe laissons partir tous ceux qui veulent sortir de l'europe et refaire une Europe à 12 en donnant moins d'aide que chacun fasse eux même leur compte , que chacun dirige

 son pays sereinement sans les donneurs de leçons et faisons tous les pays un référendum c'est ça la démocratie et repartir à zéro pour ceux qui le désire si Bruxelles donne plus d'aide vous verrez que tous les pays partiront , j'ai vu un reportage tous les français qui vivent en Engleterre reçoivent de la france l'aide au logement , l'aide pour les écoles   ect ..es ce bien normal alors que des français vivant  sur notre sol n'ont souvent rien de tout ça ..alors réfléchissons aujourd'hui sur une Europe plus juste pour chaque citoyens et ne nous laisson pas diriger par Bruxelles ou Merkel

Portrait de AntiH
24/juin/2016 - 23h02

Si vous aviez beaucoup d'argent à placer, choisiriez vous la France, avec un président "ennemi de la finance", ou choisiriez vous un pays qui s'est libéré des contraintes Européennes ? Choisiriez vous un pays qui a son libre arbitre, ou un pays soumis aux caprices de quelques élus Européens ? L'Angleterre retrouve sa liberté, et se libère de la lourde bureaucratie Européenne. Les élus Européens ont la frousse de voir des pays sortir de l'union. Car l'Europe nous maintient la tête sous l'eau, pendant que des élus se gavent . Si l'Angleterre réussit sa sortie, et relance son économie, cela remettra en cause les avantages, et les détournements financiers, de nombre de députés Européens, avant tout autre chose.

Portrait de BUCK JOHN
24/juin/2016 - 21h50

Est-ce que Sarko se rappelle que le si adulé  General De Gaulle ne voulait pas de la Grande Bretagne et que Pompidou l'a fait entrer afin que les voix centristes de Duhamel favorables à la GB se portent sur sa candidature lors de la presidentielle de 1969. Donc, la Gb était dans l'Europe par calcul politique.

Portrait de KANGABA
24/juin/2016 - 20h57
Rondo a écrit :

@KANGABA

Hé oui ceci s'appelle la DÉMOCRATIE la très GRANDE-BRETAGNE n'est pas la France de Hollande et Sarkozy .

La démocratie comme tu peut le remarquer n'est pas la panacée. Cela peut même être un gros problème lorsque des populistes manipulent les foules a des fin électoralistes.

Portrait de Ange gardien
24/juin/2016 - 20h00

Le traite de 2005 veut nous refaire un nouveau traité intitulé "bien-profond-pour-les-sans-dents"...

Portrait de Planisphère
24/juin/2016 - 20h00

Donald Trump, Boris Johnson, la revanche des blonds mal coiffés...

Portrait de Antidiscrimination
24/juin/2016 - 19h13
Cmarte a écrit :
Ça fait peur de voir un Président tel que le notre , au commande dans une cette situation dramatique ... que nous réserve t-il encore ?

Lol mon dieu, je crains le pire!! Si il est aussi bon en politique en France, j'imagine mal pour le reste!smiley

Portrait de Laziq
24/juin/2016 - 18h29
Swifty a écrit :
Il faut réfléchir autrement , ce n'est pas aussi simple que ça , du moins comme vous l’interpréter . En France se sont les banques qui on chuté , les mêmes qui investisse des capitaux des fonds etc... Donc oui si les actionnaires prennent peur se n'est pas pour rien , et ce n'est que la partie visible de l'iceberg . Les Anglais comprendront à leur dépens leur volonté de sortir de l' Euro , quand il faudra mettre la main à la poche pour payer leur sortie " surtout que ce qui ressort de se référendum est plus un vote sanction contre la politique de Cameron ... Et il ne faut pas oublier que l'UK a sa propre monnaie ,cela nous donne juste un aperçu si demains la France retourné aux Francs comme le veut le FN .....

1/

Je ne comprends pas.

 

Le Brexit a pour conséquence que les actionnaires ont peur... en France.

 

Heu... si j'étais Britannique ayant voté Out, je serais plié de rire.

 

2/

Vous écrivez "quand il faudra mettre la main à la poche pour payer leur sortie"... ça c'est du bourrage de crâne.

 

Qu'un changement créé de l'incertitude, d'accord, c'est dans la nature des choses.

 

Mais le coup du "il faudra mettre la main à la poche", personne ne le sait réellement. Et aucun économiste ou prévisionniste ne s'est risqué à parier ses revenus et sa fortune sur cette affirmation.

Portrait de AntiH
24/juin/2016 - 18h27
Swifty a écrit :
Il faut réfléchir autrement , ce n'est pas aussi simple que ça , du moins comme vous l’interpréter . En France se sont les banques qui on chuté , les mêmes qui investisse des capitaux des fonds etc... Donc oui si les actionnaires prennent peur se n'est pas pour rien , et ce n'est que la partie visible de l'iceberg . Les Anglais comprendront à leur dépens leur volonté de sortir de l' Euro , quand il faudra mettre la main à la poche pour payer leur sortie " surtout que ce qui ressort de se référendum est plus un vote sanction contre la politique de Cameron ... Et il ne faut pas oublier que l'UK a sa propre monnaie ,cela nous donne juste un aperçu si demains la France retourné aux Francs comme le veut le FN .....

Vous parlez bien de cette Europe qui nous a été imposée ? Cette Europe à laquelle les Français avaient dit non, suite au référendum sur Maastricht. Vous rappelez vous de nos vies avant cette Europe ? Personnellement je vivais beaucoup mieux, en gagnant beaucoup moins. Donc, à part nous ruiner, que nous apporte cette  Europe ? N'étions nous pas bien mieux avec l'Europe des 12 ? Cette Europe c'est le grand n'importe quoi. Elle est un non sens qui ne sert qu'à engraisser quelques élus de plus. Bravo à l'Angleterre qui s'est libérée d'un boulet qui instaure une concurrence déloyale, qui met à genoux les pays les plus développés. A l'image de la situation que connait la France. Et faire croire qu´une sortie de l'Europe, met fin à toutes relations commerciales, et d'une bêtise sans nom. La Chine a t elle besoin de faire partie de l'Europe pour y importer massivement ses produits ?

 

Portrait de Laziq
24/juin/2016 - 17h56

"La Bourse de Paris termine en très forte baisse à 8,04 %"

 

Mais la Bourse de Londres, elle, ne perd que 2,76% !

 

Cherchez l'erreur ! Qui l'a Dans l'os ? Pas les Rosbeefs !

 

Sans compter qu'à Londres les valeurs les plus affectées sont celles de promoteurs immobiliers et les banques.

 

Ca se rattrapera à court terme passé le vent de folie ou/et avec une déclaration britannique visant à rassurer les investisseurs.

Portrait de ajc21
24/juin/2016 - 17h31
KANGABA a écrit :

Malheureusement pour ceux qui n'auront pas votés en faveur du brexit, il auront a subir les conséquences de leurs con patriotes qui ont cédés au sirènes du populisme !

On pourra dire si c'est une connerie que dans quelques années, quand les modalités de départ auront été définies et après quelques années de fonctionnement hors UE, avant c'est impossible de savoir. Ce sera une connerie si la GB se plante, mais si au contraire être hors de L'UE lui permettait de s'en sortir bien mieux.  Personne ne le sait

 

Portrait de montiti22
24/juin/2016 - 17h30

La france s'en sortira grace à messieurs Moscovici, Héro et Désir !!!

Un trio où nous sommes certain d'un avenir sécurisantsmiley

Portrait de KANGABA
24/juin/2016 - 17h17

Malheureusement pour ceux qui n'auront pas votés en faveur du brexit, il auront a subir les conséquences de leurs con patriotes qui ont cédés au sirènes du populisme !

Portrait de zig et puce
24/juin/2016 - 17h11

Merci les britanniques, oui merci à eux ! grâce à ce vote , j'ai pu me délecter des infos sans avoir en toile de fond l'euro 2016 toutes les dix secondes  et les neuneus (et je pèse mes mots)avec leurs perruques tricolores faute de gout (la aussi je pése mes mots)  , bon ça ne durera pas , mais put1  que ça fait du bien.

Portrait de dadouronron
24/juin/2016 - 16h27
super_toto a écrit :

Puisqu'il est question de la baisse de la livre Sterling, qui à mon avis est très temporaire, il y a une donnée que je n'arrive pas à trouver : le ratio de la dette publique anglaise dans les différentes devises (livre Sterling, euro, dollars...)

Ben déja un quart de la dette publique est détenue par la Bank of England, donc ils pourront jouer avec la monnaie. Ce qui nous est interdis par le traité de Lisbonne, l'Europe c'est génial.

Portrait de Isaduci
24/juin/2016 - 16h03
Laziq a écrit :

Question - qui ne se veut pas embarrassante :

 

Pour arriver à ce montant, j'imagine que ces économistes ont envisagé une certaine baisse de la Livre Sterling... ce chiffre est-il précisé ?

 

Ceci dit, si la Livre baisse par rapport à l'Euro et d'autres devises :

 

- Ca rend les produits britanniques à l'export plus compétitifs.

 

- De même, le tourisme devient plus avantageux pour les étrangers.

Pour 1000 Euros... on reçoit plus de Livres qu'avant.

Bref, pourquoi cela nuirait-il au tourisme ? Je ne comprends pas.

 

pour être honnête et sans vouloir vous fâcher, vous n'avez pas complètement tort, néanmoins j'ai une petite de réflexion , 70% des touristes en Angleterre sont Européens, alors si le brexit fait tituber  l'Europe, il y aura peut-être un peu moins de volontaire, non ?

Portrait de dadouronron
24/juin/2016 - 15h59
Laziq a écrit :

S'agissant des banquiers, ce n'est même pas certain.

 

Un cabinet prévoit des pertes d'emploi dans le domaine bancaire !

 

Ah bon ? C'est oublier que le gouvernement britannique peut modifier ses lois et sa fiscalité pour rendre plus attractif encore la place de Londres.

Voilà

Tout est dit : il suffira au gourvernement brittanique d'assumer une position de paradis fiscal , ce qu'il aura le droit de faire puisqu'il n'aura plus à se conformer au diktat des Merkel-hollande et consorts.

Et vous verrez que d'un seul coup la terre anglaise sera très fertile pour les grandes entreprises européennes... 

Portrait de Laziq
24/juin/2016 - 15h54
Isaduci a écrit :

les économistes ont chiffré un coût de 127 milliard d'€, soit 5% du PIB du pays, lié au commerce entre le royaume-uni et l’Europe, un taux de chômage accroissant, et un tourisme en baisse

 

Question - qui ne se veut pas embarrassante :

 

Pour arriver à ce montant, j'imagine que ces économistes ont envisagé une certaine baisse de la Livre Sterling... ce chiffre est-il précisé ?

 

Ceci dit, si la Livre baisse par rapport à l'Euro et d'autres devises :

 

- Ca rend les produits britanniques à l'export plus compétitifs.

 

- De même, le tourisme devient plus avantageux pour les étrangers.

Pour 1000 Euros... on reçoit plus de Livres qu'avant.

Bref, pourquoi cela nuirait-il au tourisme ? Je ne comprends pas.

 

Portrait de dadouronron
24/juin/2016 - 15h54

Ce qu’a dit le peuple britannique, d’autres peuples en Europe auraient pu le dire. Nous ne pouvons pas l’ignorer" (Nicolas Sarkozy)

OHHHHHH LE GROS FOUTAGE DE G....LE

C'est pas lui qui s'est assis avec mépris sur notre vote en 2005 ???????

Qu'on lui coup la langue à cet homme là, au bagne à Cayenne !!!!!

Portrait de Isaduci
24/juin/2016 - 15h48
utopiste a écrit :

vous pensez vraiment que le tourisme va baisser ??? Rien que pour la ville de Londres, son histoire, son image ect ect, méme avec des prix qui doublent n'empéchera pas les gens d'y aller, c'est un pays bien trop emblématique mondialement . La GB ne perdra pas de sa splendeur juste parceque les economistes sont alarmistes. il y a des valeurs bien plus fortes et plus profondes que les chifffres et la panique des banquiers , heureusement sur cette terre.

enormement de jeunes français partaient à Londres pour y vivre, y travailler, faire leur études, et je suis certains que méme avec un visa, une frontiéres ou je ne sais quoi, ils continueront et chercheront à y aller coute que coute.

 

L'Angleterre à une image tellement forte (bien plus forte que la France d'ailleurs qui a toujours fait un complexe d'infériorité), que méme de chercher à la salir, personne n'y parviendra.

je ne cherche pas du tout à salir l'Angleterre surtout au niveau touristique, c'est un très beau pays,

Portrait de Laziq
24/juin/2016 - 15h40
Isaduci a écrit :

les économistes ont chiffré un coût de 127 milliard d'€, soit 5% du PIB du pays, lié au commerce entre le royaume-uni et l’Europe, un taux de chômage accroissant, et un tourisme en baisse

 

Mouais.

 

Les économistes ne sont pas des dirigeants, dirigeants d'entreprise ou dirigeants politiques.

 

Le propre des dirigeants est d'innover : quand un marché est perdu, d'en trouver un autre. De rendre telle offre ou tel secteur d'activité plus attractif. D'encourager la création, les innovations. Etc., etc.

 

Rien n'est figé.

 

Si on avait écouté les économistes, on en serait encore à s'éclairer à la bougie et à se déplacer à cheval.

Portrait de Isaduci
24/juin/2016 - 15h33
Laziq a écrit :

Sur le long terme, la richesse d'une nation repose sur les talents et les vertus de sa population - j'inclus l'Etat bien évidemment.

 

Ne pas comprendre cela, c'est n'avoir rien compris à l'histoire de l'humanité depuis... ses débuts.

 

Merci de m'expliquer sur quels éléments reposent ton affirmation considérant que les Britanniques hors UE deviendront subitement moins talentueux et moins vertueux ?

les économistes ont chiffré un coût de 127 milliard d'€, soit 5% du PIB du pays, lié au commerce entre le royaume-uni et l’Europe, un taux de chômage accroissant, et un tourisme en baisse

 

Portrait de Laziq
24/juin/2016 - 15h29
ajc21 a écrit :

ou au contraire très malins, on le saura dans quelques années;

 

Possible.

 

Maintenant les Britanniques vont pouvoir négocier leur propre TAFTA avec les Américains.

 

Entre le pragmatisme de Londres et l'idéologie de Bruxelles, je sens que les Britanniques vont se faire moins couillonner que nous.

Portrait de ajc21
24/juin/2016 - 15h20
@medianalyse a écrit :

QU'est ce qu'ils sont con ces Anglais!

ou au contraire très malins, on le saura dans quelques années;

 

Portrait de Laziq
24/juin/2016 - 15h19
starshooter29920 a écrit :
Au moins les anglais ont des couilles, les seuls qui pleurent ce sont les banquiers, et ce n'est certainement pas moi qui vais les plaindres, ceux sont à cause d'eux et de ceux qui s'en graissent à Bruxelles sur notre dos que nous sommes dans la merde

S'agissant des banquiers, ce n'est même pas certain.

 

Un cabinet prévoit des pertes d'emploi dans le domaine bancaire !

 

Ah bon ? C'est oublier que le gouvernement britannique peut modifier ses lois et sa fiscalité pour rendre plus attractif encore la place de Londres.

Portrait de starshooter29920

Au moins les anglais ont des couilles, les seuls qui pleurent ce sont les banquiers, et ce n'est certainement pas moi qui vais les plaindres, ceux sont à cause d'eux et de ceux qui s'en graissent à Bruxelles sur notre dos que nous sommes dans la merde

Portrait de Laziq
24/juin/2016 - 15h10
Isaduci a écrit :

Ce brexit va coûter une fortune à l'Angleterre mais bon maintenant nous sommes fixés, ils ont toujours eus un pied dedans un pied dehors, là les deux sont au même endroit,

Sur le long terme, la richesse d'une nation repose sur les talents et les vertus de sa population - j'inclus l'Etat bien évidemment.

 

Ne pas comprendre cela, c'est n'avoir rien compris à l'histoire de l'humanité depuis... ses débuts.

 

Merci de m'expliquer sur quels éléments reposent ton affirmation considérant que les Britanniques hors UE deviendront subitement moins talentueux et moins vertueux ?

Portrait de Quarkx
24/juin/2016 - 15h03

Hollande recevra Le Pen demain !

Youpi !  Le cours de la livre plonge mais ceux  l'or et la morue remontent en flèche !