07/12/2015 10:46

Barack Obama promet à une Amérique inquiète de «traquer les terroristes»

Barack Obama a tenté dimanche soir de rassurer une Amérique inquiète après l’attentat de San Bernardino, promettant de «traquer les terroristes» où qu’ils soient et de vaincre le groupe Etat islamique.

«La menace du terrorisme est réelle, mais nous la vaincrons. Nous détruirons l’EI et toute autre organisation qui chercherait à nous nuire», a lancé le président américain lors d’une allocution solennelle derrière un pupitre installé dans le Bureau ovale.

Reconnaissant que nombre d’Américains se demandaient s’ils faisaient face à «un cancer» sans traitement, le président des Etats-Unis a appelé ses compatriotes à ne pas céder à la peur ou à la tentation de stigmatiser les musulmans.

«L’EI ne parle pas au nom de l’Islam, ce sont des voyous, des tueurs», a-t-il martelé, appelant à considérer les musulmans comme des alliés plutôt qu’à «les repousser à travers la suspicion ou la haine».

Pour autant, a-t-il souligné avec force, les musulmans doivent aussi assumer leurs responsabilité et lutter -- sans chercher d’excuses -- contre les «idéologies extrémistes» qui ont progressé au sein de certaines de leurs communautés.

Sans annoncer d’inflexion dans sa stratégie de lutte face à l’EI, M. Obama a réitéré que les Etats-Unis ne se laisseraient pas entraîner dans une «longue et coûteuse» guerre au sol en Irak et en Syrie, où une coalition menée par Washington bombarde les jihadistes depuis plus d’un an.

«Nous ne réussirons pas si nous abandonnons nos valeurs ou si nous cédons à la peur», a-t-il martelé, appelant à faire preuve de détermination face à une «menace terroriste» qui «est entrée ces dernières années dans une nouvelle phase», avec des attaques de nature différente que celles du 11-septembre 2001.

C’est la troisième fois seulement que M. Obama s’exprimait depuis le Bureau ovale. La première eut lieu en juin 2010, après la marée noire dévastatrice dans le Golfe du Mexique, la deuxième en août 2010 pour la fin des opérations de combat en Irak.

A un an de son départ de la Maison Blanche, le président américain peine à convaincre du bien-fondé de sa stratégie de lutte contre les jihadistes qui ont revendiqué ces derniers mois nombre d’attentats à travers le monde, dont ceux qui ont ensanglanté Paris le 13 novembre.

Selon un sondage CNN/ORC rendu public dimanche soir juste avant son allocution, 68% des Américains jugent que la réponse militaire face à l’EI n’a pas été assez agressive. Selon ce sondage, réalisé avant la fusillade de San Bernardino, 60% des personnes interrogées (contre 51% en mai) désapprouvent la façon dont le président fait face à la question du terrorisme.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Micheldu17.02
7/décembre/2015 - 17h25

Concernant les USA après l' avoir aperçu fotuitement,  j'ai fait une recherche en écrivant :

" Pasteur US Bataclan death métal ", c' est le deuxième article proposé .

Ce pasteur intégriste, Steven Anderson,  arrose tous azimuts: les musulmans , les français  qui ont mérité leur sort, parce que vicieux et fans d' un groupe de "sodomites" , 50 % étant pour l' adultère, pour l' avortement..etc.... non seulement le type est vraiment gratiné mais..... il a de l' audience........smiley

Étonnons nous qu' après cela un illuminé prenne un fusil d' assaut afin de détruire toute  "source d' iniquité"..smiley.....

Quoi que, en France un prêtre Lyonnais, Hervé Benoit ,  tient le même discours qualifiant les victimes du Bataclan de:  "morts vivants, de pauvres enfants de la génération bobo en transe extatique, etc....."....smiley

Portrait de Micheldu17.02
7/décembre/2015 - 16h09

Avec ou sans terroristes, les USA ne les ont  pas attendus  pour avoir les massacres de masses, il font très bien sans.