14/10/2015 15:30

Jean-Marie Le Pen assigne le Front national en justice pour demander sa réintégration

Le fondateur et ancien président du Front national, Jean-Marie Le Pen, assigne le FN en justice pour demander sa réintégration, a annoncé son avocat.

Jean-Marie Le Pen, 87 ans, a été exclu le 20 août du parti, sanctionné par le bureau exécutif après de nouvelles provocations à propos de la Shoah, jugées pénalisantes pour la stratégie de "dédiabolisation" du FN menée par sa fille.

Selon cette assignation, dont le journal L'Opinion publie des extraits, le cofondateur du parti réclame 2 millions d'euros de dommages et intérêts, en réparation notamment du préjudice porté "à sa dignité, à son honneur, à sa notoriété et à son action politique".

Interrogé par RTL, Jean-Marie Le Pen a précisé "[qu']il faut que les gens assument leur responsabilités et ne les balancent pas par-dessus leur épaule. Monsieur Tapie, dont l'honneur me semble plus fragile que le mien, demande 50 millions d'euros".

Et d'ajouter : "Le Front national ne respecte pas les décisions de justice. Il a été condamné trois fois et persiste dans son intention de m'écarter".

Le fondateur du FN indique qu'il se battra "usque ad mortem (jusqu'à la mort)".

"Toute ma vie je n'ai pas accepté de plier (...) Le dialogue est toujours possible. Si le bureau du Front national annule sa décision d'exclusion, les choses seront réglées", ajoute l'homme politique sur RTL.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de patnfred
14/octobre/2015 - 17h59 - depuis l'application mobile

On ne pourrait pas l'envoyer en Syrie Papy ? Qu'il nous foutte la paix....

Portrait de To1805
14/octobre/2015 - 17h32 - depuis l'application mobile

Personnus enculus

Portrait de dadouronron
14/octobre/2015 - 17h00

pffff, et dire que c'est trop tard pour une petite canicule...

Portrait de Serpentaire
14/octobre/2015 - 16h47

Cuius ratio Gallia

Portrait de Miss France
14/octobre/2015 - 16h05

Il faut reboulonner le Menhir !

Portrait de rocky1
14/octobre/2015 - 16h04

gesticularum ergo sum