03/02/2015 15:17

L'organisation RSF appelle les religieux à signer une "proclamation sur la liberté d'expression"

L'organisation Reporters sans frontières (RSF) a présenté mardi le texte d'une "proclamation sur la liberté d'expression" qu'elle souhaite faire signer à tous les responsables de lieux de culte en France, une initiative diversement accueillie par les religieux.
Cette déclaration postule que "nul ne peut imposer son sacré à autrui" et que "chacun est libre d'exprimer et de diffuser des critiques, même irrévérencieuses, envers tout système de pensée politique, philosophique ou religieux".
"La liberté d'information et d'expression, celle des journalistes comme des citoyens, ne saurait être contrainte ou limitée par les convictions ou les sensibilités des uns ou des autres", affirme encore le texte de l'ONG de défense de la liberté de la presse.
"Certains estiment qu'il faudrait en rabattre un peu sur la liberté d'expression, au nom de la prudence, du respect des sensibilités des uns ou des autres. Cela réduirait sacrément le débat public", a fait valoir le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire, lors d'une conférence de presse.
RSF, qui avait dit préparer cette initiative au soir des grandes manifestations du 11 janvier après les attentats parisiens, en a présenté le contenu en présence du président de l'Observatoire de la laïcité, Jean-Louis Bianco. Ce dernier lui a apporté son "soutien entier" en plaidant l'existence d'un "lien étroit, consubstantiel, entre liberté de conviction et liberté d'expression".
RSF s'est aussi félicité d'avoir reçu l'appui de plusieurs responsables religieux, dont Dalil Boubakeur en qualité de recteur de la Grande Mosquée de Paris, le président de la Fédération protestante de France (FPF) François Clavairoly et la présidente de l'Union bouddhiste de France (UBF), Marie-Stella Boussemart, "à titre personnel".
L'Eglise catholique n'a elle pas réagi officiellement à l'initiative, mais Christophe Deloire a fait état de ses possibles "réserves" après s'en être entretenu avec Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France (CEF).
"Ce n'est pas une opération hostile aux religions", a souligné le secrétaire général de RSF, qui a demandé à être auditionné le 11 février par la Conférence des responsables de culte en France (CRCF) pour défendre sa démarche.

Ailleurs sur le web

Vos réactions